** News / Nouvelles ** Archivé

Good day ladies,

The Local 2002 Women’s committee is looking for sisters who would like to be part of the committee. The committee tackles issues that are important to women. We are presently working on domestic violence and human trafficking.

If you would like to join the dynamic local 2002 Women’s committee, please email Ada Zampini.

Bonjour Mesdames,

Le comité des femmes de la section locale 2002 cherche des femmes qui aimeraient faire partie du comité. Le comité s’attaque aux enjeux qui sont importants à toutes les femmes. On travaille présentement sur la violence conjugale et Le trafic d’être humain.

Si vous souhaitez rejoindre le comité, envoyez-moi un e-mail – Ada Zampini.


Air Canada Bargaining Committee

Comité de négociation d’Air Canada

Union Elections will be taking place for the Air Canada Bargaining Representative. If you would like to present yourself, make sure your nomination is received prior to the 25 april 2002 at 12 pm eastern

Des élections syndicales auront lieu pour le représentant aux négociations d’Air Canada. Si vous souhaitez vous présenter, assurez-vous que votre candidature est reçue avant le 25 avril 2002 à 12 h HNE.

https://www.unifor2002.org/News-Room/Air-Canada/AC-Customer-Sales-and-Service/Elections/Air-Canada-CSSA-Notice-of-Election-for-5-Standing

Unifor Statement on Equal Pay Day 2022

In Canada, this year Equal Pay Day is April 12, 2022. Equal Pay Day marks the day that the average woman must work in order to have earned what the average man did in 2021. It’s 2022 and unions and other progressive organizations are still fighting to close the pay gap in Canada. We pride ourselves on so many progressive labour conditions but when it comes to ensuring women are paid equally we still fall short.

The pay gap is not just about gender. It’s about the intersectional lives of women of colour, Indigenous women, immigrant and migrant women, women with disabilities, elderly women and women who identify as LGBTQ. As women’s lives intersect with other forms of discrimination they experience, the gap increases substantially.

This year will be marked with an Ontario All-Party Leaders Debate on Women’s Economic Justice, making it the first Women’s political debate since 1985. It is well past time for women to be included in shaping policy to remove the gap. Visit equalpaycoalition.org to RSVP to watch the debate live on April 12 from 7:00 p.m. to 9:00 p.m. ET!

Unifor believes in equal pay for equal work. That belief informs our advocacy for legislation at the federal and provincial levels to ensure working women are treated equitably by all employers, unionized or not.  

The union also works with coalition partners to fight for progressive policies that will shape a better future for all women. We join the Equal Pay Coalition in five key asks to end the gender pay gap.

  • Raising the minimum wage to a living wage,
  • Mandating paid sick days for workers,
  • Implementing the Pay Transparency Act,
  • Establishing affordable, accessible public child care with decent wages and conditions for child care workers, and
  • Rebuilding the economy by funding public services and providing health, community & social services, and education workers with decent wages and working conditions.

Just last month, we took a strong step toward these goals as Ontario joined every other province and territory and finally signed a child care agreement with the federal government. Progress is possible when we fight together.

For more information on Equal Pay Day, including facts to dispel common myths, please visit www.equalpaycoaliton.org.

Download the statement from our website.

***

Déclaration d’Unifor à l’occasion de la journée de l’égalité salariale

Cette année au Canada, la Journée de l’égalité salariale a lieu le 12 avril 2022. La Journée de l’égalité salariale marque la journée où la femme moyenne doit travailler pour gagner ce que l’homme moyen a gagné en 2021. Nous sommes en 2022 et les syndicats et les autres organisations progressistes se battent toujours pour combler l’écart salarial au Canada. Nous sommes fiers de nos nombreuses conditions de travail progressistes, mais lorsqu’il s’agit de garantir aux femmes un salaire égal, nous ne sommes toujours pas à la hauteur.

L’écart salarial n’est pas seulement une question de genre. Il est question de la multidimensionnalité de la vie des femmes de couleur, des femmes autochtones, des femmes immigrantes et migrantes, des femmes ayant une incapacité, des femmes âgées et des femmes qui s’identifient comme membres de la communauté LGBTQ. Lorsque la vie des femmes recoupe d’autres formes de discrimination, l’écart augmente considérablement.

Cette année sera marquée par un débat des chefs de tous les partis de l’Ontario sur la justice économique des femmes, ce qui en fera le premier débat politique sur les femmes depuis 1985. Il est plus que temps que les femmes participent à l’élaboration des politiques visant à combler l’écart. Visitez equalpaycoalition.org pour réserver votre place et regarder le débat en direct le 12 avril de 19h00 à 21h00 ET !

Unifor croit au principe du salaire égal pour un travail égal. Cette conviction guide nos efforts en faveur d’une loi applicable à l’échelle fédérale et provinciale afin que les femmes qui travaillent soient traitées équitablement par tous les employeurs, que les milieux de travail soient syndiqués ou non.

Le syndicat collabore également avec des partenaires pour lutter en faveur de politiques progressistes qui façonneront un meilleur avenir pour toutes les femmes. Nous nous joignons à l’Equal Pay Coalition pour demander la fin de l’écart salarial entre les genres en revendiquant les cinq priorités suivantes :

  • augmenter le salaire minimum pour atteindre un salaire décent;
  • rendre obligatoires les congés de maladie payés;
  • adopter le projet de loi sur la transparence salariale;
  • mettre en place des services publics de garde d’enfants abordables et accessibles et offrir des conditions et des salaires décents aux travailleuses et travailleurs du secteur des services de garde d’enfants;
  • reconstruire l’économie en finançant les services publics et en offrant des conditions de travail et des salaires décents aux travailleuses et travailleurs des secteurs de la santé, de l’éducation, ainsi que des services communautaires et sociaux.

Le mois dernier, nous avons fait un grand pas vers ces objectifs lorsque l’Ontario a rejoint toutes les autres provinces et tous les territoires et a finalement signé une entente sur la garde d’enfants avec le gouvernement fédéral. Nous pouvons faire des progrès lorsque nous luttons ensemble.

Pour de plus amples renseignements sur la Journée de l’égalité salariale, y compris des faits pour réfuter les mythes communs, visitez le site http://equalpaycoalition.org/.

Téléchargez la déclartion depuis notre site web.


Passer à l’action Signer la pétition Sign the Petition

Thumbnail

Envoyez ce courriel à votre député(e), au ministre fédéral des Transports et au premier ministre Trudeau pour exiger de meilleurs investissements, un meilleur service et un meilleur accès au service national de transport ferroviaire de passagers au Canada, VIA Rail.

Notre service public national de transport ferroviaire de passagers, VIA Rail, continue de souffrir du manque de financement et d’investissements gouvernementaux à long terme, de l’absence d’un mandat législatif, ainsi que de l’usure de l’équipement et de l’infrastructure.

L’élimination d’itinéraires et la réduction de la fréquence du service donnent aux Canadiens moins d’options de transport accessibles, en particulier dans les communautés éloignées.

De plus, la nécessité de partager les voies ferroviaires et d’accorder un droit de passage prioritaire aux marchandises entraîne des retards qui peuvent souvent s’étendre sur plusieurs jours.

Alors que des pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni réalisent des investissements importants et historiques pour améliorer et renforcer leurs réseaux nationaux de transport ferroviaire de passagers, le Canada reste à la traîne.

Les Canadiens ont besoin d’un service de transport ferroviaire de passagers moderne, abordable, fiable et sûr. Ces investissements peuvent générer d’importants avantages économiques, sociaux et environnementaux.

https://surlesrails.unifor.org/passer_a_laction

Our national public passenger rail system, VIA Rail, continues to suffer due to a lack in long-term government funding and investments, no legislative mandate and outdated equipment and infrastructure.

The elimination of routes and reduced frequency of service means that Canadians have fewer accessible transportation options, particularly in remote communities.

Further, the need to share tracks and give priority right of way access to freight is resulting in delays that can often stretch into days.
While countries, such as the U.S. and U.K., are making significant, historic investments in improving and enhancing their national passenger rail networks, Canada continues to slip further behind.

Canadians need a modern, affordable, reliable and safe passenger rail service. These investments can generate significant social, economic and environmental benefits.

https://backontrack.unifor.org/take_action


Air Canada Bargaining Committee Comité de négociation d’Air Canada

Did you ever think you wanted to be part of the air Canada Bargaining team? If So now is the time Read file below . Si vous souhaitez vous porter candidat au poste de représentant négociateur, veuillez lire le fichier ci-dessous

https://www.unifor2002.org/News-Room/Air-Canada/AC-Customer-Sales-and-Service/Elections/Air-Canada-CSSA-Notice-of-Election-for-5-Standing


Bonjour
L’intervenant auprès des femmes Judith Portelance se retirera de
son poste le 11 Avril 2022 pour réaliser ses rêves. J’aimerais profiter
de l’occasion pour remercier personnellement Judith de son travail
acharné dans le cadre de ses fonctions. BONNE CHANCE JUDITH!
Avec Judith partie, nous chercherons une nouvelle intervenante
auprès des femmes. Les détails de l’affichage se trouvent sur le site
du Syndicat.

https://www.unifor2002.org/News-Room/Air-Canada/AC- Customer-Sales-and-Service/Air-Canada-Vacancy-for-(1)-Bilingual- Women%E2%80%99s-A-(2)?lang=fr-ca


Good day,

Judith Portelance our Women’s Advocate will be stepping down
from the position to pursue her dreams on April 11 2022 . I would
like to thank Judith for the exceptional work that she has done not
only for me and the Union, most importantly for the Women who
relied on her knowledge, and expertise . GOOD LUCK JUDITH !
With Judith’s departure we will be looking for a new Women’s
Advocate. Details of the posting can be found on Union site.

https://www.unifor2002.org/News-Room/Air-Canada/AC-Customer-Sales-and-Service/Air-Canada-Vacancy-for-(1)-Bilingual-Women%E2%80%99s-A-(2)?lang=en-us



Merci Thank You

Ada Zampini


On the Day of Mourning, we remember the thousands of workers who have been killed or injured on the job, or contracted a workplace-related disease or illness.

As we carefully exit the COVID-19 pandemic lockdowns, with the virus becoming endemic, we remind all locals and their leadership to use this moment to review protocols, identify opportunities for training, and raise awareness among your members about the importance of workplace health and safety.

As we approach the Day of Mourning, take the time to review this checklist with Health and Safety representatives and Local Executives:

  • Have you reviewed the negotiated language in collective agreement(s) to ensure it meets the health and safety needs of your workplace(s)?
  • Does your collective agreement have Paid Education Leave (PEL) to ensure your members have access to ongoing health and safety training?
  • Has a representative from each workplace or unit taken recent Health and Safety courses from the Unifor Family Education Centre in Port Elgin, at an Area School, or through Unifor Online Education?
  • Have you called a special meeting of your Joint Occupational Health and Safety Committee to identify gaps in knowledge or processes both in the prevention and in the aftermath of a workplace incident or hazard identification? 
  • Are Local leadership well-trained in Health and Safety, knowledgeable about their responsibilities, and able to identify when employers, regulators, police or other stakeholders need to be involved in a workplace incident or hazard identification?

We encourage you to participate in the Day of Mourning. Participation may include moments of silence in the workplace, flags at half-mast for the day, flying the Day of Mourning flag, and wearing Day of Mourning armbands that can be ordered from the national union.

Local unions may also want to get involved in planning and preparation for Day of Mourning events in their municipality.

Create an opportunity to discuss this day with your members, as it is difficult to prioritize health and safety if members are not aware of the ongoing incidents of workplace injuries, illness and death. Since the founding of Unifor in 2013, there have been 56 members who have died due to workplace injury or illness. We must do all we can to prevent this from happening again.

As April 28 approaches, let’s review and renew our efforts to make this important day meaningful for our members and the victims who must never be forgotten by taking action to keep each other safe at work.

***

Logo d'Unifor Le Jour de deuil Le 28 Avril

En ce jour de deuil, nous rendons hommage aux milliers de personnes qui sont mortes ou qui ont été blessées au travail, ou qui ont contracté une maladie liée au travail.

Au moment où nous sortons prudemment des confinements en raison de la pandémie de COVID-19 et où le virus devient endémique, nous rappelons à toutes les sections locales et à leurs dirigeantes et dirigeants de profiter de ce moment pour revoir les protocoles, identifier les possibilités de formation et sensibiliser vos membres à l’importance de la santé et de la sécurité au travail.

À l’approche du Jour de deuil, trouvez le temps d’examiner cette liste de contrôle avec les représentantes et représentants de la santé et de la sécurité et les dirigeantes et dirigeants locaux :

  • Avez-vous révisé le texte négocié dans la ou les conventions collectives pour vous assurer qu’il répond aux besoins en matière de santé et de sécurité de votre ou vos lieux de travail ?
  • Votre convention collective prévoit-elle des congés d’études payés (CEP) pour que vos membres aient accès à une formation continue en matière de santé et de sécurité ?
  • Une représentante ou un représentant de chaque lieu de travail ou unité a-t-il récemment participé à des formations sur la santé et la sécurité au Centre familial d’éducation d’Unifor à Port Elgin, dans une école de la région ou par le biais de l’éducation en ligne d’Unifor ?
  • Avez-vous convoqué une réunion spéciale de votre comité mixte sur la santé et la sécurité au travail pour identifier les lacunes dans les connaissances ou les processus, tant dans la prévention que dans les suites d’un incident sur le lieu de travail ou de l’identification d’un danger ? 
  • Les dirigeantes et dirigeants des sections locales sont-ils bien formés en matière de santé et de sécurité, connaissent-ils leurs responsabilités et sont-ils en mesure de déterminer quand les employeurs, les organismes de réglementation, la police ou d’autres intervenants doivent être impliqués dans un incident sur le lieu de travail ou dans l’identification d’un danger ?

Nous vous encourageons à participer au Jour de deuil, notamment en observant des moments de silence sur le lieu de travail, en mettant les drapeaux en berne pour la journée, en arborant le drapeau du Jour de deuil et en portant un brassard de deuil que vous pouvez commander auprès du syndicat national).

Les sections locales peuvent également vouloir s’impliquer dans la planification et la préparation des événements du Jour de deuil dans leur municipalité.

Saisissez l’occasion pour discuter de cette journée avec vos membres ; en effet, il est parfois difficile de donner la priorité à la santé et à la sécurité si les travailleuses et les travailleurs ne sont pas au courant des blessures, des maladies et de décès qui surviennent constamment sur les lieux de travail. Depuis sa fondation en 2013, le nombre de membres d’Unifor décédés à la suite d’une blessure ou d’une maladie au travail s’élève à 56. Il importe de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter que cela ne se reproduise.

À l’aube du 28 avril, revoyons et renouvelons nos efforts pour que cette date importante ait un sens pour nos membres et que les victimes ne soient jamais oubliées, en prenant des mesures pour assurer la sécurité des uns et des autres au travail.

Bourses d’études québécois

Les bourses sont de retour. Veuillez lire les fichiers joints pour plus d’informations. DATE LIMITE 29 JUILLET 2022 à 23h59 heure de l’Est,

The Bursaries are back. Read files below for more information. DEADLINE 29 JULY 2022 at 23:50 Est.

2022-02-11_Bouses-detudes-Formulaire-de-demandeDownload

2022-02-11_Bourses-detudes-dUnifor_Lettre-aux-slDownload

Air Canada: Vacancy for (1) Bilingual Women’s Advocate position – Eastern Region Apply Below

Air Canada: Un (1) poste vacant d’intervenante bilingue auprès des femmes – Région de l’Est Postulez ci-dessous

https://www.unifor2002.org/News-Room/Air-Canada/AC-Customer-Sales-and-Service/Air-Canada-Vacancy-for-(1)-Bilingual-Women%E2%80%99s-A-(2)?lang=fr-ca

Trans Day of Visibility 2022

Unifor recognizes and invites all members to celebrate the International Transgender Day of Visibility on March 31, 2022. This annual day celebrates the value and resilience of transgender people both within the union and around the world.

Trans people are those who identify with a gender other than the one assigned at birth and exist within all countries, communities and religious groups around the world. This identity is separate from an individual’s sexual orientation.

Transphobia and anti-trans discrimination remains prevalent in Canada and is closely associated with growing far-right movements and political parties. This makes workers’ commitments to equity and justice more urgent and demands that we celebrate and build off tangible wins.

On December 8, 2021, Canada’s conversion therapy law, passed unanimously by the House of Commons, received Royal Assent.

Activists and survivors from across the country campaigned for decades to discredit and ban this dangerous practice.

The fight for trans rights, dignity, and equality is not yet won. The continued need for solidarity and allyship with the trans community is a must for workers. As workers, we understand the importance of allyship. As an ally you inform those around you that you are supportive and attentive to the needs of the trans community. We must never forget that our allyship is predicated on actively listening and making change with, and for, trans communities.

A slew of anti-trans laws adopted across the United States reverberated in LGBTQ2 communities and families in recent months. These laws should serve as a reminder to all workers of the fragility of legal protections, and the importance of continued, devoted solidarity for trans, non-binary and two-spirit people. 

Unifor wishes to honour trans, non-binary and two-spirit members, who continue to help build our union and strengthen our movement. Our union and society are made better, more educated, and compassionate through their contributions and labour.

Unifor asks members to share a message of support and solidarity on the Trans Day of Visibility.

Click here to download poster

Click here to download shareable

***

Trans flag in the wind

Journée internationale de la visibilité transgenre 2022

Le 31 mars 2022, Unifor salue et invite tous les membres à célébrer la Journée internationale de la visibilité transgenre. Cette journée annuelle célèbre la valeur et la résilience des personnes transgenres tant au sein du syndicat que dans le monde entier.

Les personnes transgenres sont celles qui s’identifient à un sexe autre que celui qui leur a été assigné à la naissance et existent dans tous les pays, communautés et groupes religieux du monde. Cette identité est distincte de l’orientation sexuelle d’un individu.

La transphobie et la discrimination anti-trans demeurent prévalentes au Canada et sont étroitement associées aux mouvements et partis politiques d’extrême droite en pleine expansion. Les engagements des travailleuses et des travailleurs en matière d’équité et de justice sont donc plus urgents et exigent de célébrer et de tirer parti d’avancées tangibles.

Le 8 décembre 2021, la Loi sur la thérapie de conversion du Canada, adoptée à l’unanimité par la Chambre des communes, a reçu la sanction royale.

Des activistes et des survivants de tout le pays ont fait campagne pendant des décennies pour discréditer et interdire cette pratique dangereuse.

La lutte pour les droits, la dignité et l’égalité des personnes trans n’est pas encore gagnée. Le maintien de la solidarité et de l’alliance avec la communauté transgenre est une nécessité pour les travailleuses et travailleurs. Ces derniers comprennent l’importance de l’allié. À ce titre, vous informez votre entourage de votre soutien et de votre attention aux besoins de la communauté trans. Nous ne devons jamais oublier qu’en tant qu’allié, nous devons écouter activement et apporter des changements avec, et pour, les communautés trans.

Au cours des derniers mois, une série de lois anti-trans adoptées à travers les États-Unis ont eu des répercussions sur les communautés et les familles LGBTQ2. Ces lois devraient rappeler à tous les travailleurs et travailleuses la précarité des protections légales, et l’importance du maintien d’une solidarité dévouée pour les personnes trans, non binaires et bispirituelles. 

Unifor tient à rendre hommage aux membres trans, non binaires et bispirituels, qui continuent de participer à bâtir notre syndicat et à renforcer notre mouvement. Grâce à leurs contributions et à leur travail, notre syndicat et notre société deviennent meilleurs, plus instruits et plus compatissants.

Unifor demande à ses membres de partager un message de soutien et de solidarité à l’occasion de la Journée internationale de la visibilité transgenre.

Cliquez ici pour télécharger l’affiche

Cliquez ici pour télécharger la version partageable

To: All Unifor members, Local Union Presidents, Recording Secretaries and Staff


Dear members,

On Wednesday, the Unifor leadership team provided an update on the National Executive Board’s (NEB) review of an independent external investigation regarding a complaint that former National President Jerry Dias violated the union’s Constitution.

The findings of the investigation are deeply disappointing and disturbing. We understand the outrage that many of you feel. We share that outrage too.

Jerry Dias stands charged with breaching Article 4, of the Constitution, the union’s Code of Ethics and Democratic Practices,  after the investigator determined that on the balance of probabilities Dias breached his obligations in an interaction with a third party supplier. The breach did not involve any Unifor funds.

We are now providing a further update on the investigation. It is Unifor’s strict practice to maintain the confidentiality of complainants; we see confidentiality as an important component of an effective internal complaints process.

However, expressing a desire to be transparent, we can confirm with his permission that Unifor Assistant to the National President Chris MacDonald filed the Code of Ethics Complaint against Jerry Dias.

The investigator found that upon receipt of the funds Chris MacDonald took immediate steps to report it. He was determined to be a credible witness.

Furthermore, the investigator’s mandate also included a review of the conduct of the complainant. The investigator determined that Chris MacDonald did not engage in any breach of the Unifor Constitution.

The investigator also determined there was interference in the form of contact with the complainant.

As you may be aware, Jerry Dias released a statement that he is entering a residential rehabilitation facility to deal with substance abuse issues. We hope that he is getting the medical treatment that he feels that he needs. We also understand that a news organization has come into possession of a medical document about Jerry Dias. Be assured that Unifor was not the source of any such document. In compliance with our privacy policies, Unifor will not be commenting further on his health or on what inferences may be drawn from the medical documentation released to media.

Recap of the facts that the external, independent investigation determined:

  • In December 2021 and January 2022, Dias promoted a supplier’s rapid test kits to various Unifor employers, either directly or through Unifor staff under his direction. Several employers of Unifor members purchased tests as a result of Dias’ introductions. 
  • At some point prior to January 20, 2022, Dias accepted the sum of $50,000 from the supplier. 
  • On January 20, 2022 Dias gave a Unifor employee what Dias said was half of the funds ($25,000), telling the employee that it had come from the supplier.  
  • The employee subsequently lodged a complaint under the Unifor Code of Ethics and delivered the funds that he received from Dias to the National Secretary-Treasurer. 

After receiving the complaint on January 26, our union acted immediately. We commissioned an external independent investigator and gave them full power to conduct a thorough inquiry. 

Jerry Dias was asked to participate in the investigation but the findings were made without the benefit of his evidence. He has provided medical documentation indicating that he suffers from a number of health issues and went on medical leave on February 6, 2022. On March 11, he notified the NEB of his immediate retirement due to health issues.

The results of the investigation were provided to the National Secretary-Treasurer’s office on March 15, 2022. On March 21 and 22, the investigator’s findings were reviewed by the NEB.

Next Steps:

As outlined in our Constitution, there will be a hearing before the NEB, where Jerry Dias will have an opportunity to fully present information and arguments concerning the charge. 

The NEB has also passed a motion to ask all candidates for national officer positions in the upcoming elections to pause their campaign activities, for the time being, while the union focuses on this situation.

The NEB will meet in the coming weeks to discuss the vacancy of the National President position. The members of your National Executive Board have been outstanding in dealing with this matter so far.

It is our deeply held belief that no Unifor member is above our Constitution or its Code of Ethics.

Accountability and transparency are core principles of our union. We will continue to keep you informed by providing timely updates on future developments. Our work as a union will continue, according to the principles of democracy, solidarity, transparency and accountability on which we have always relied, to move you and all Unifor members forward.

In solidarity,

Lana Payne, Unifor National Secretary Treasurer
Renaud Gagné, Unifor Québec Director
Gavin McGarrigle, Unifor Western Regional Director
Naureen Rizvi, Unifor Ontario Regional Director
Linda MacNeil, Unifor Atlantic Regional Director


Aux : Membres, présidentes et présidents des sections locales, secrétaires archivistes et tout le personnel d’Unifor


Chers membres, 

Mercredi, l’équipe de dirigeantes et dirigeants d’Unifor a fait le point sur l’examen par le Conseil exécutif national (CEN) d’une enquête externe indépendante concernant une plainte selon laquelle l’ancien président national Jerry Dias aurait violé les statuts du syndicat.

Les conclusions de l’enquête sont profondément décevantes et troublantes. Nous comprenons l’indignation que beaucoup d’entre vous ressentent. Nous partageons également cette indignation.

Jerry Dias est accusé d’avoir enfreint l’article 4, des statuts, le Code d’éthique et des pratiques démocratiques du syndicat, après que l’enquêteuse ait déterminé que, selon la prépondérance des probabilités, Jerry Dias a manqué à ses obligations lors d’une interaction avec un fournisseur tiers. L’infraction n’impliquait aucun fonds d’Unifor.

Nous fournissons maintenant une mise à jour supplémentaire sur l’enquête. Unifor a pour pratique stricte de préserver la confidentialité des plaignants; nous considérons la confidentialité comme un élément important d’un processus de plainte interne efficace.

Cependant, dans un souci de transparence, nous pouvons confirmer, avec sa permission, que l’adjoint du président national d’Unifor, Chris MacDonald, a déposé la plainte en vertu du Code d’éthique contre Jerry Dias.

L’enquêteuse a constaté qu’après avoir reçu les fonds, Chris MacDonald a immédiatement pris des mesures pour les signaler. Il a été établi qu’il était un témoin crédible.

En outre, le mandat de l’enquêteuse comprenait également l’examen de la conduite du plaignant. L’enquêteuse a conclu que Chris MacDonald n’a pas enfreint les statuts d’Unifor.

L’enquêteuse a également établi qu’il y avait eu ingérence sous forme de contact avec le plaignant.

Comme vous le savez peut-être, Jerry Dias a déclaré qu’il entrait dans un établissement de réadaptation résidentiel pour traiter des problèmes de toxicomanie. Nous espérons qu’il reçoit le traitement médical dont il a besoin. Nous avons également appris qu’une organisation médiatique a obtenu un document médical concernant Jerry Dias. Soyez assurés qu’Unifor n’est pas à l’origine de la fuite de ce document. Conformément à sa politique de protection de la vie privée, Unifor ne fera pas d’autres commentaires sur sa santé ou sur les conclusions que l’on peut tirer des documents médicaux remis aux médias

Récapitulation des faits que l’enquête externe et indépendante a établis :

  • En décembre 2021 et janvier 2022, Jerry Dias a fait la promotion des trousses de test rapide d’un fournisseur auprès de divers employeurs d’Unifor, soit directement, soit par l’intermédiaire du personnel d’Unifor sous sa direction. Plusieurs employeurs de membres d’Unifor ont acheté des tests à la suite des présentations de Jerry Dias.
  • À un certain moment avant le 20 janvier 2022, Jerry Dias a accepté la somme de 50 000 $ du fournisseur.
  • Le 20 janvier 2022, Jerry Dias a donné à un employé d’Unifor ce qu’il a dit être la moitié des fonds (25 000 $), en disant à l’employé que cette somme provenait du fournisseur.
  • L’employé a par la suite déposé une plainte en vertu du Code d’éthique d’Unifor et a remis les fonds qu’il avait reçus de Jerry Dias à la secrétaire-trésorière nationale. 


Après avoir reçu la plainte le 26 janvier, notre syndicat a agi immédiatement. Nous avons mandaté une enquêteuse externe indépendante et lui avons donné les pleins pouvoirs pour mener une enquête approfondie.

Nous avons demandé à Jerry Dias de participer à l’enquête, mais les conclusions ont été établies sans qu’il ait apporté de témoignage. Il a fourni des documents médicaux indiquant qu’il souffre d’un certain nombre de problèmes de santé et a pris un congé médical le 6 février 2022. Le 11 mars, il a informé le CEN de sa retraite immédiate en raison de problèmes de santé.

Les résultats de l’enquête ont été communiqués au bureau de la secrétaire-trésorière nationale le 15 mars 2022. Les 21 et 22 mars, les conclusions de l’enquêteuse ont été examinées par le CEN.

Voici les prochaines étapes :

Comme le prévoient nos statuts, il y aura une audience devant le CEN, au cours de laquelle Jerry Dias aura l’occasion de présenter des informations et des arguments complets concernant l’accusation.

Le CEN a également adopté une motion demandant à tous les candidats et candidates aux postes de dirigeantes et dirigeants nationaux lors des prochaines élections de mettre en pause leurs activités de campagne, pour le moment, pendant que le syndicat se concentre sur cette situation.

Le CEN se réunira au cours des prochaines semaines pour discuter de la vacance du poste de président national. Les membres de votre Conseil exécutif national se sont montrés remarquables dans le traitement de cette question jusqu’à présent.

Nous croyons profondément qu’aucun membre d’Unifor n’est au-dessus des statuts ou du Code d’éthique du syndicat.

La responsabilité et la transparence sont des principes fondamentaux de notre syndicat. Nous continuerons à vous tenir informés en vous fournissant des mises à jour dans les meilleurs délais sur les développements futurs. Notre travail en tant que syndicat se poursuivra, selon les principes de démocratie, de solidarité, de transparence et de responsabilité sur lesquels nous nous sommes toujours appuyés, pour vous faire progresser, vous et tous les membres d’Unifor.

En toute solidarité,

Lana Payne, secrétaire-trésorière nationale d’Unifor
Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor
Gavin McGarrigle, directeur de la région de l’Ouest d’Unifor
Naureen Rizvi, directrice de la région de l’Ontario d’Unifor
Linda MacNeil, directrice de la région de l’Atlantique d’Unifor


International Day for the Elimination of Racial Discrimination Statement

Déclaration à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale

Unifor members raise fists at a racial justice march.

Il reste encore beaucoup de travail à faire.

Le 21 mars, Unifor reconnaît la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale. Toutefois, ce n’est pas une célébration.

Le 21 mars 1960, des policiers du comté de Sharpeville, en Afrique du Sud, ont ouvert le feu sur un groupe de personnes qui manifestaient pacifiquement contre les lois oppressives, faisant 69 morts. Le massacre est commémoré chaque année par un nouvel engagement de la société à mettre fin au racisme sous toutes ses formes.

« Nous nous engageons de nouveau à éradiquer le racisme sous toutes ses formes », a déclaré Christine Maclin, directrice du Service des droits de la personne d’Unifor.

« Le racisme est encore une réalité pour plusieurs et la pandémie a exacerbé la haine, le harcèlement, les abus et la violence en ligne. Nous devons tous collectivement éradiquer le racisme, la violence et le mal. Il est de notre responsabilité commune de ne pas faire reposer la recherche de solutions uniquement sur les épaules des victimes. »

Le racisme divise les travailleuses et travailleurs et Unifor s’engage à favoriser la solidarité dans l’ensemble de notre syndicat et de nos communautés.

Unifor s’engage également à rendre les milieux de travail exempts de racisme. Depuis septembre 2020, nous avons négocié l’intégration de plus de 100 intervenantes et intervenants en justice sociale dans les conventions collectives.

Ces intervenantes et intervenants assurent la liaison avec les employeurs, les sections locales et le syndicat national dans le cadre de ses efforts de lutte contre le racisme, s’attaquant à la discrimination raciale dans les milieux de travail et faisant équipe avec des organismes communautaires.

Du 12 au 17 juin 2022, nous organisons notre première formation d’intervenants en justice raciale au Centre d’éducation de Port Elgin d’Unifor.

Les cinq intervenantes en justice raciale d’Unifor, soit Margaret Olal de la section locale 3000, Peycke Roan de la section locale 975, Japna Sidhu-Brar de la section locale 4005, Cindy Ostapyk de la section locale 4002 et Marie-France Fleurantin de la section locale 62, ont travaillé sans relâche pour élaborer des plans à partager avec nos intervenantes et intervenants.

Ces agentes de liaison ont travaillé avec diligence de mars à novembre 2021 auprès de plus de 200 organismes communautaires et sections locales pour créer une boîte à outils de lutte contre le racisme qui fournit aux dirigeantes et dirigeants des sections locales les ressources dont ils ont besoin pour aider à éradiquer le racisme.

Dans le cadre de cette séance de formation, Unifor fournit également un questionnaire qui permet aux membres de partager anonymement leurs histoires et leurs expériences du racisme, dans le but d’établir un cadre interne de lutte contre le racisme, lequel invitera les dirigeantes et dirigeants, les militantes et militants et les membres d’Unifor à se mobiliser et à combattre le racisme.

Il est faux de croire que les lois et les pratiques racistes ont été abolies dans de nombreux pays. La plupart des gestes racistes ne sont jamais signalés et trop de personnes, de communautés et de sociétés souffrent de l’injustice et de la stigmatisation qu’entraîne le racisme, y compris de la réalité bien trop courante qui donne l’impression que la question du racisme n’a jamais été abordée.

Le 21 mars, Unifor demande à ses membres de reconnaître leurs propres préjugés, de dénoncer le racisme et d’intervenir pour nous assurer que nous faisons tous notre part pour éradiquer le racisme.

Inscrivez les comités des droits de la personne de vos sections locales auprès du Service national des droits de la personne, soutenez les actions communautaires visant à éradiquer le racisme, et faites de votre milieu de travail, de la société et du Canada un endroit plus inclusif.

There’s still much work to be done.

On March 21, Unifor acknowledges the International Day for the Elimination of Racial Discrimination. It’s not a celebration, though.

On that day in 1960, police officers in the township of Sharpeville, South Africa opened fire on a group of people peacefully protesting oppressive pass laws, killing 69. The anniversary of the massacre is remembered annually with a recommitment for society to end racism in all its forms.

“We are recommitting to our responsibility to eradicate racism in all its forms,” said Christine Maclin, Unifor’s Human Rights Director.

“Racism is still a reality for so many and the pandemic has propelled online hate, harassment, abuse and violence. We all need to eradicate racism, violence and harm collectively. It’s our shared responsibility to not just put finding solutions on victims’ shoulders.”

Racism divides the working class and Unifor is committed to building solidarity across our union and communities.

Unifor is also committed to making workplaces anti-racist. Since September 2020, we have bargained for over 100 Racial Justice Advocates in collective agreements.

These advocates liaise with employers, locals and the national union with its anti-racism work, addressing racial discrimination in workplaces and connecting to community organizations.

From June 12 to 17, 2022, we’re hosting our first Racial Justice Advocate training at Unifor’s Port Elgin Education Centre.

Our five Unifor Racial Justice Liaisons – Margaret Olal from Local 3000, Peycke Roan Local 975, Japna Sidhu-Brar from Local 4005, Cindy Ostapyk from Local 4002 and Marie-France Fleurantin with Local 62 – have tirelessly developed plans to share with our advocates.

These liaisons diligently worked from March to November 2021 with over 200 community organizations and local unions to create an “Anti-Racism Toolkit” that provides local leaders with the resources they need to help eradicate racism. 

Unifor is also providing a questionnaire at this training session that allows members to anonymous share their stories and experiences with racism, in an effort to build an internal framework for fighting racism, which will guide Unifor leaders, activists and members to get involved and fight racism.

There is a misconception that racist laws and practices have been abolished in many countries. Most racist acts are never reported and too many individuals, communities, and societies suffer from the injustice and the stigma that racism brings, including the all- too-normal reality that racism never really feels like it has been addressed.

On March 21, Unifor is asking members to continually check their own bias, to call out racism and step in to make sure that we are all doing our part to eradicate racism.

Register your local Human Rights committees with the national Human Rights Department, support community actions that stand up to racism and make your workplace, society and Canada, a more inclusive place to be.


Unifor statement on World Water Day

Déclaration d’Unifor à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau

Saving water and world environmental protection concept. Element of this image furnished by NASA

Déclaration d’Unifor à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau

Depuis 1993, le 22 mars est la Journée mondiale de l’eau des Nations unies. Il s’agit d’une célébration annuelle visant à sensibiliser et à agir sur les questions liées à l’eau, en particulier les deux milliards de personnes qui vivent sans accès à l’eau potable.

Le thème de cette année – les eaux souterraines – a été choisi de façon à rendre visible l’invisible. La protection des eaux souterraines contre la contamination est l’une des principales priorités des communautés autochtones dans tout le Canada. Des actions directes et des conflits ont fait la une des actualités lorsque des militants, qui s’efforcent de se faire entendre des entités gouvernementales et privées, ont adopté des tactiques de blocage à divers emplacements d’infrastructures clés, comme des autoroutes et des lignes ferroviaires.

Plutôt que d’inclure les communautés autochtones dans le processus de prise de décisions, des projets d’infrastructure susceptibles d’affecter de manière irréversible les territoires ancestraux traditionnels ont été mis en œuvre, et certains gouvernements ont encore davantage criminalisé la dissidence, comme c’est le cas avec le projet de loi 1 de l’Alberta.

Le Canada peut et doit faire mieux.

Les gouvernements doivent respecter les engagements constitutionnels qu’ils ont pris envers les peuples autochtones, inuits et métis. Unifor soutient les principes inscrits dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA), y compris la nécessité d’une consultation et d’une pleine participation socio-économique.

De récentes décisions de justice transforment également l’obligation morale du Canada de respecter les droits et les titres autochtones en obligation légale.

Dans Nation Tsilhqot’in c. Colombie-Britannique (2014), la Cour suprême a reconnu la revendication de titre des Tsilhqot’in sur une étendue de 1 750 kilomètres carrés de territoire hors réserve. Cette décision est importante et signifie que le titre autochtone portant sur le territoire traditionnel englobe le droit de contrôler tous les aspects de l’utilisation des terres, y compris l’exploitation des ressources.

Les communautés autochtones et non autochtones tirent profit d’infrastructures sécuritaires qui créent de bons emplois et génèrent des redevances ou des dividendes, lesquels servent à renforcer les services communautaires et à améliorer le niveau de vie des travailleurs et travailleuses.

Les projets de développement ne doivent pas être imposés aux communautés qui s’y opposent. Unifor soutient les projets de développement responsables qui ajoutent de la valeur à nos vastes ressources naturelles partagées. Le syndicat demande à tous les gouvernements et aux intérêts privés de mettre en œuvre des prises de décisions conjointes qui incluent authentiquement les communautés et voix autochtones. Ces processus doivent privilégier le consentement libre, préalable et éclairé des communautés autochtones dans toutes les régions affectées par de tels projets.

Comme l’a déclaré une professeure de droit de l’Université du Manitoba lors d’un webinaire d’Unifor en 2021, « les peuples autochtones sont les partenaires du Canada dans la confédération, un avantage et non un fardeau, ni un ‘risque’ à gérer… Les peuples autochtones sont des décideurs, et non simplement l’une des nombreuses parties prenantes, dans les décisions concernant leurs terres et leurs territoires ».

Téléchargez la déclaration sur notre site web.

Unifor statement on World Water Day

Since 1993, March 22 has been United Nations World Water Day. It is an annual observance to raise awareness of and take action on water-related issues, particularly the two billion people who live without access to safe water.

This year’s theme—groundwater—was chosen to make the invisible visible. Protecting groundwater from contamination is one of the key priorities for Indigenous communities across Canada. Direct action and conflict have been in the news as activists, struggling to be heard by government and private entities, adapted blockade tactics on various areas of key infrastructure, such as highways and rail lines.

Rather than including Indigenous communities in the decision-making process, infrastructure projects have moved forward that could irreversibly affect traditional ancestral territories, some governments have further criminalized dissent, such as the case with Alberta’s Bill 1.

Canada can and must do better.

Governments must live up to the constitutional commitments it has made with Indigenous, Inuit and Métis Peoples. Unifor supports the principles embedded in the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples (UNDRIP) including the necessity of consultation and full socio-economic participation.

Recent court rulings are also turning Canada’s moral obligation to respect Indigenous Rights and Title into legal ones as well.

In Tsilhqot’in Nation v. British Columbia (2014), the Supreme Court recognized the Tsilhqot’in’s title claim to a 1,750 square kilometre tract of non-reserve territory. This is significant and means that Indigenous title to traditional territory encompasses the right to control all aspects of land utilisation, including resource development.

Both Indigenous and non-Indigenous communities benefit from safe infrastructure that creates good jobs and generates royalties or dividends which serve to strengthen community services and improve the standard of living for working people.

Development projects must not be imposed on communities who oppose them. Unifor supports responsible development projects that add value to our vast, shared natural resources. The union calls on all governments and private interests to implement joint decision-making that authentically includes Indigenous communities and voices. These processes must abide by the free, prior, and informed consent of Indigenous communities in all areas affected by any such projects.

As University of Manitoba law professor Brenda Gunn said during a 2021 Unifor webinar, “Indigenous Peoples are Canada’s partners in confederation, a benefit not burden, nor a ‘risk’ to be managed… Indigenous Peoples are decision-makers, not simply one of a myriad of stakeholders, in decisions over their lands and territories.”

Download the statement from our website.



Le retournement de contrat / Contract Flipping

Le message en français suit le texte en anglais
    Unifor Ontario Regional Council (ORC) Passes Resolution Against Contract FlippingMarch 11, 2022Unifor Local 2002 is pleased to announce that the Unifor Ontario Regional Council has overwhelmingly passed our Local’s resolution against Contract Flipping. The motion was passed, with strong support, at the 2021 Virtual Ontario Regional Council which took place from March 9 to 10, 2022.

The resolution was put forward by our Local 2002 delegates who are advocating for change in legislation and demanding that governments end the practice of contract flipping for not just airport workers, but all workers. Today we stood together in solidarity with all of the ORC delegates to pass this resolution.  
 
Congratulations to all of the Local 2002 delegates and Political Action Committee (PAC) who were instrumental in mobilizing and lobbying support for this important issue that affects many of our aviation members. 
Special acknowledgment to the following delegates who spoke at the ORC and who were in full support of the Resolution:Wade Ireland – Unifor Local 2002 Financial Secretary-TreasurerSaul Santiago – Unifor Local 2002 District 301 Vice-ChairpersonSonia Torres – Unifor Local 2002 District 356 Vice-ChairpersonScott Doherty – Executive Assistant to the National Unifor PresidentAnees Munshi – Unifor Local 2002 Political Action Committee ChairpersonBackground on Contract Flipping
The practice of contract-flipping involves subcontracting out services and changing service providers every few years, as a way to unjustly cut back on employees, reduce and stagnate wages and limit employees’ rights. For example, each time a contract for an airport service flips, workers are then forced to reapply for their job with the new company, often with significant wage cuts and reduced benefits. Under Canada’s federal labour laws, which overseas sectors like air transport this practice is entirely legal. 
 
This practice is also used in Provincially regulated sectors to keep wages as close to the minimum wage as possible.  The Liberal Party had stated previously it was “ready to study, and if necessary, fix any loophole in the Canada Labour Code that might leave Canadian workers vulnerable”. In last year’s budget (2021) they voiced their intent to bring Legislation that would protect workers who are the victims of Contract Re-Tendering (Contract Flipping).

GET INVOLVED – THE TIME TO ACT IS NOW!I encourage all Locals to support lobbying the government for creating legislation that protects workers especially when contracts are retendered (Contract Flipping).Write a letter to urge all respective MPs to support and to use their position to ensure that the government follows through with the promised legislation.In Solidarity,
Tammy Moore
President – Unifor Local 2002Le Conseil régional de l’Ontario d’Unifor (CRO) adopte une résolution contre le retournement de contratLe 11 mars 2022La section locale 2002 d’Unifor est heureuse d’annoncer que le Conseil régional de l’Ontario d’Unifor a adopté à une écrasante majorité la résolution de notre section locale contre le retournement de contrat. La motion a été adoptée, avec un fort soutien, au Conseil régional virtuel de l’Ontario qui s’est déroulé les 9 et 10 mars 2022.

La résolution a été proposée par nos délégués et déléguées de la section locale 2002 qui plaident pour que les gouvernements changent les lois afin d’interdire la pratique du retournement de contrat, non seulement pour le personnel aéroportuaire, mais pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs. Aujourd’hui, nous nous sommes levés avec les délégués et déléguées du CRO pour adopter cette résolution.  
 
Félicitations à nos représentantes et représentants, ainsi qu’au comité d’action politique (CAP), qui ont joué un rôle déterminant dans la mobilisation et le lobbyisme en faveur de cet enjeu important qui touche bon nombre de nos membres du secteur de l’aviation. 
 
Nous tenons à remercier tout particulièrement les déléguées et délégués suivants qui ont pris la parole au CRO et qui ont pleinement appuyé la résolution :Wade Ireland, secrétaire-trésorier financier de la section locale 2002 d’UniforSaul Santiago, vice-président du district 301 de la section locale 2002 d’UniforSonia Torres, vice-présidente du district 356 de la section locale 2002 d’UniforScott Doherty, adjoint exécutif au président national d’UniforAnees Munshi, présidente du comité d’action politique de la section locale 2002 d’UniforContexte du retournement de contrat
La pratique du retournement de contrat consiste à sous-traiter des services, puis à changer de fournisseur de services toutes les quelques années afin de priver le personnel d’augmentations de salaire, de sécurité d’emploi et de leurs droits. Par exemple, chaque fois qu’un contrat pour un service aéroportuaire est retourné, travailleuses et travailleurs doivent postuler à nouveau pour récupérer leur emploi dans la nouvelle entreprise, souvent à salaire et avantages sociaux moindres.

Cela est tout à fait légal en vertu des lois fédérales du travail qui encadrent des secteurs comme le transport aérien. 
 
Cette pratique est aussi utilisée dans des secteurs sous réglementation provinciale pour garder les salaires aussi près que possible du salaire minimum. Le Parti libéral avait déclaré auparavant qu’il était « prêt à étudier et, si nécessaire, à corriger toute lacune dans le Code canadien du travail qui rendrait les travailleuses et travailleurs canadiens vulnérables ». Dans le budget de l’année dernière (2021), il a exprimé son intention d’adopter une loi pour protéger les travailleuses et les travailleurs qui sont victimes d’un retour en appel d’offres (retournement de contrat).
 
IMPLIQUEZ-VOUS : C’EST LE MOMENT DE PASSER À L’ACTION !J’encourage toutes les sections locales à appuyer le lobbyisme auprès du gouvernement pour la création d’une loi qui protège les travailleurs et les travailleuses, notamment dans le cas d’un retour en appel d’offres (retournement de contrat).Écrivez une lettre pour exhorter vos députés et députées à nous soutenir et à utiliser leur position pour s’assurer que le gouvernement donne suite à sa promesse.En toute solidarité,
Tammy Moore
Présidente de la section locale 2002 d’Unifor

GIDIP DISA-BULLETIN February 2022

BULLETIN RCRI Février 2022


10 jours de congé payés pour les victimes de violence conjugale

10 day time off paid for domestic violance

Pétition Petition:

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-9459/index.html

Journee international des droits des femmes / International Women’s Day

""

Les femmes d’Unifor se réuniront à l’occasion de la Journée internationale des femmes 2022 pour célébrer les importantes victoires issues de décennies de militantisme au sein de notre syndicat, comme l’équité salariale et les services de garde d’enfants. Si cette année nous oblige encore à naviguer dans les eaux troubles de la pandémie, rien ne nous empêche de faire pression pour obtenir des gains substantiels. Tandis que nous nous rassemblons pour réfléchir, nous gardons le cap sur l’avenir en sachant qu’ensemble, nous sommes invincibles.

Toutes les femmes d’Unifor sont invitées à cet événement. Les participantes doivent s’inscrire via Zoom. Si vous avez des questions, veuillez adresser un courriel à registration@unifor.org

Si vous avez des exigences en matière d’accessibilité, veuillez envoyer un courriel à inscriptions@unifor.org avant le 1er mars 2022.

Inscrivez-vous  

Téléchargez les affiches de la JIF, les éléments à partager sur les réseaux sociaux et le fond d’écran Zoom ici

Unifor women will come together on International Women’s Day 2022 to celebrate significant wins that are the result of decades of activism within our union, such as Pay Equity and Child Care. Although we continue to navigate another difficult year in the pandemic, we have not let up on pushing for important gains. As we gather to reflect, we will also look forward to our future with the knowledge that together we remain unstoppable.

All Unifor women are invited to this event. Participants must register through Zoom. If you have any questions please email registration@unifor.org

If you have any accessibility requirements please email registration@unifor.org by March 1, 2022.

Register Now
 

Download IWD posters, social media shareables and Zoom background here

Vacation Reconciliation Bulletin / Bulletin sur le rapprochement des congés



Programme d’aide aux employés et à la famille (PAEF)
  1 844 880-9143

Employee and family assistance program (EFAP)1.844.880.9142

https://lifeworks.com/en

You are not alone . Le Paef est là pour nous en cas de besoin

 Irene Martinez

Funeral services for Irene will take place on Saturday March 5th from 14:00-17:00 and then followed by mass at 17:00.

Les funérailles d’Irène auront lieu le 5 mars entre 14 :00-17 :00 suivis de la messe à 17 :00.

Urgel Bourgie

3955 Chemin Cote-de-Liesse

St.Laurent, QC, H4N 2N5


SCHEDULE EXTENDED

Montreal Contact Center Schedule Timeline:

 Contact Center Schedule will be extended from the 02ND Apr-16th Apr

New Schedule Starting the 17th April 2022

Paula/District Chairperson 23 Feb 2022

CRC: 22th-24th Mar

Posting Date: 25thApr-29th Mar

Bid Date: 30th-31st Mar

Schedule Start date: 17th April 2022

Paula/District Chairperson 23 Feb 2022


World Day of Social Justice 2022

More than 60% of the world’s employed population – that is, 2 billion women, men and youth – earn their livelihoods in the informal economy. 

Few workers choose the informal economy.  Workers trapped in these exploitive conditions lack social protections and employment related benefits, and they are twice as likely as workers with regular employment to live in poverty.  Women are disproportionately the labourers of the informal economy and the economic and social justice they deserve requires the removal of the barriers to decent and formal work.

On February 21 – World Day of Social Justice 2022 – Unifor joins the United Nations and Global Civil society to focus on the injustices of the informal economy, and we call for the implementation of the International Labor Organization’s recommendation on Transition from the Informal to the Formal Economy (ILO Recommendation 204).

In its call to action on Social Justice Day, the United Nations underscored that the social problems of the informal economy are accentuated by disasters and in particular have been worsened by the COVID 19 pandemic.

Informal work is a global problem, including in the developed world where globalization and unbridled capitalism is resulting in new forms of informal work and non-standard work.  While Canada is on record voting to support ILO Recommendation 204, little has been done to address these issues in the face of rising precariousness and inequality in Canada. Recent studies have shown that a quarter or more of all jobs in Canada are “non-standard” and 8% of workers are employed in the so-called digital gig economy.  Canadian governments have failed these workers who deserve recognition and the protection of labour law, including a free and fair pathway to unionization.  

Unifor salutes the global organizers and advocates for the dignity of work who struggle against the super exploitation of the informal economy.  Through the work of the Unifor Social Justice Fund (SJF) and worker-to-worker solidarity, we recommit to achieving decent work for all. In Canada, Unifor will expand its efforts to support and organize precarious workers, casual and gig workers who are excluded from the social protections they deserve.

Since 1990, the SJF has supported more than 1,100 projects in Canada and 46 other countries.

Through the fund, Unifor supports strong human rights – standing in solidarity with people in countries where political repression weakens worker’s voices and threatens their human rights.

Along with many global unions such as IndustriALL, International Transport Workers Federation and UNI Global Union, Unifor supports work to establish and reinforce labour and gender rights – including the right to form independent labour unions, the right to work safely and the creation of decent working conditions in Countries such as Mexico, Colombia and Bangladesh.

The SJF also builds partnerships to provide support and work in solidarity with many respected organizations in Canada and around the world.

In solidarity,

Lana Payne
National Secretary-Treasurer


Journée mondiale de la justice sociale 2022

Plus de 60 % de la population active mondiale, soit 2 milliards de femmes, d’hommes et de jeunes, gagnent leur vie dans l’économie informelle.

Peu d’entre eux choisissent l’économie informelle. Les travailleuses et travailleurs piégés dans ces conditions d’exploitation ne bénéficient pas de protections sociales et d’avantages liés à l’emploi, et sont deux fois plus susceptibles de vivre dans la pauvreté que les travailleuses et travailleurs ayant un emploi régulier. Les femmes sont de manière disproportionnée les travailleuses de l’économie informelle et la justice économique et sociale qu’elles méritent passe par la suppression des obstacles à un travail décent et formel.

Le 21 février – Journée mondiale de la justice sociale 2022 – Unifor se joint aux Nations Unies et à la société civile mondiale pour mettre l’accent sur les injustices de l’économie informelle, et demande la mise en œuvre de la recommandation de l’Organisation internationale du travail sur la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle (recommandation 204 de l’OIT).

Dans son appel à l’action à l’occasion de la Journée mondiale de la justice sociale, l’ONU a insisté sur le fait que les problèmes sociaux de l’économie informelle sont accentués par les catastrophes et ont notamment été aggravés par la pandémie de COVID 19.

Le travail informel est un problème mondial, y compris dans le monde développé où la mondialisation et le capitalisme débridé entraînent de nouvelles formes de travail informel et de travail atypique. Bien que le Canada ait voté en faveur de la recommandation 204 de l’OIT, peu de mesures ont été prises pour résoudre ces problèmes face à l’augmentation de la précarité et des inégalités au Canada. Des études récentes ont montré qu’un quart ou plus de tous les emplois au Canada sont « atypiques » et que 8 % des travailleuses et des travailleurs sont employés dans ce qu’on appelle la « gig economy » (économie à la demande) numérique. Les gouvernements canadiens ont laissé tomber ces travailleuses et travailleurs qui méritent la reconnaissance et la protection du droit du travail, y compris une voie libre et équitable vers la syndicalisation. 

Unifor applaudit les organisateurs et les défenseurs de la dignité du travail à travers le monde qui luttent contre la super exploitation de l’économie informelle. Grâce au travail du Fonds de justice sociale (FJS) d’Unifor et à la solidarité entre travailleuses et travailleurs, nous nous engageons à nouveau à obtenir un travail décent pour tous. Au Canada, Unifor intensifiera ses efforts pour soutenir et syndiquer les travailleuses et travailleurs précaires, occasionnels et indépendants qui sont privés des protections sociales qu’ils méritent.

Depuis 1990, le FJS a appuyé plus de 1 100 projets au Canada et dans 46 autres pays.

Par l’entremise de ce fonds, Unifor soutient les droits de la personne – en étant solidaire des personnes dans les pays où la répression politique affaiblit la voix des travailleuses et des travailleurs et met leurs droits en péril.

Avec de nombreux syndicats mondiaux tels qu’IndustriALL, la Fédération internationale des ouvriers du transport et UNI Global Union, Unifor apporte son soutien au travail visant à établir et à renforcer les droits des travailleuses et des travailleurs – y compris le droit de constituer des syndicats indépendants, le droit de travailler en toute sécurité et la création de conditions de travail décentes dans des pays tels que le Mexique, la Colombie et le Bangladesh.

Le FJS établit également des partenariats pour apporter un soutien et agir en solidarité avec de nombreuses organisations reconnues au Canada et dans le monde.

En toute solidarité,

Lana Payne
Secrétaire-trésorière nationale

Pink Shirt Day | La Journée du chandail rose

Greetings,

Tomorrow is Pink Shirt Day, when we can all take a stand against bullying. We too often see communities, workplaces, and families being divided. Through these divides, some have permitted, and even encouraged, bullying behaviours in the name of their cause.

This is harmful, and no matter the reason, we should never harm each other. Tomorrow, lets all wear pink t-shirts and send a unified message that we are standing up against any form of bullying.

Pink Shirt Day began in 2007 when a student in Nova Scotia was bullied for wearing a pink shirt to school. It has since been recognized annually worldwide as a day to stand against bullying. 

For Pink Shirt Day 2022, we are calling on Unifor members to wear pink, post on social media and send photos of themselves wearing pink shirts to support anti-bullying.

Email your photos to communications@unifor.org and watch the sea of pink grow on our Unifor Facebook Album.

Proposed post:

I’m wearing pink on #PinkShirtDay to stand up to bullies. Today and every day, @UniforTheUnion stands against bullying.

***

Bonjour,

La Journée du chandail rose a lieu demain. Nous pouvons tous faire front commun contre l’intimidation. Trop souvent, nous voyons des communautés, des milieux de travail et des familles se diviser. Au nom de leur cause, certains ont toléré, et même encouragé, l’intimidation.

Le climat devient toxique, et peu importe la raison, nous ne devrions jamais nous faire du mal les uns aux autres. Demain, portons tous un chandail rose pour démontrer d’une seule voix que nous nous opposons à toute forme d’intimidation.

La Journée du chandail rose a vu le jour en 2007 après qu’un élève de la Nouvelle-Écosse ait été victime d’intimidation pour avoir porté un chandail rose à l’école. Depuis, cette journée est reconnue dans le monde entier comme une journée de mobilisation contre l’intimidation.

Pour la Journée du chandail rose 2022, nous invitons les membres d’Unifor à porter le rose et à publier des photos d’eux portant un chandail rose dans les médias sociaux pour lutter contre l’intimidation.

Envoyez vos photos à l’adresse communications@unifor.org et voyez la vague de rose se déployer dans notre album Facebook.

Publication proposée :

Je porte le rose pour la #Journeeduchandailrose afin de faire front commun contre l’intimidation. Aujourd’hui et chaque jour, @SyndicatUnifor dénonce l’intimidation.

Levée des restrictions fédérales sur les voyages – un soulagement pour les travailleuses et travailleurs de l’aviation

Lifting of Federal travel restrictions relief for aviation workers

Unifor welcomes today’s announcement by the federal government to lift several travel restrictions as of Feb. 28, 2022.

“Canadians are ready to travel for work and for pleasure,” said Scott Doherty, the Executive Assistant to the Unifor’s National President. “Having these rules lifted will not only encourage more people to want to travel, but it removes some of the red tape for those returning to Canada.”

Mandatory on-arrival testing and quarantine is no longer required for air travel. Upon landing in Canada, the government says travellers will be subjected to random arrival testing, without quarantining while awaiting results. PCR tests are also no longer mandated for entry to Canada. Instead, arriving travellers can show a negative Rapid Antigen Test result taken on the day of arrival, the same as for entry to the United States.

In addition, the Canadian government is downgrading the travel advisory and re-opening airports closed to international travel. The government will also be distributing free rapid tests at airports.

“Airline workers have been working tirelessly throughout the pandemic, and today’s announcement is welcome relief for all workers in the airline sector,” said Tammy Moore, Chair of Unifor’s Aviation Council and President of Unifor Local 2002, which represents 12,500 members in Canada’s aviation industry. “We have long been asking for a plan to get the industry back up and running safely and at full capacity.”

Unifor is Canada’s largest union in the private sector, representing 315,000 workers in every major area of the economy. The union advocates for all working people and their rights, fights for equality and social justice in Canada and abroad, and strives to create progressive change for a better future.


Unifor salue l’annonce faite aujourd’hui par le gouvernement fédéral de lever plusieurs restrictions aux voyages à compter du 28 février 2022.

« Les Canadiennes et les Canadiens sont prêts à voyager pour le travail et pour leurs loisirs », a déclaré Scott Doherty, l’adjoint exécutif du président national d’Unifor. « La levée de ces règles va non seulement encourager plus de gens à voyager, mais elle élimine certaines formalités administratives pour ceux qui reviennent au Canada. »

Les tests obligatoires à l’arrivée et la mise en quarantaine ne sont plus exigés pour les voyages aériens. À l’atterrissage au Canada, le gouvernement indique que les voyageurs seront soumis à des tests aléatoires à l’arrivée, sans mise en quarantaine en attendant les résultats. Les tests PCR ne sont également plus obligatoires pour l’entrée au Canada. Les voyageurs qui arrivent peuvent présenter un résultat négatif au test rapide d’antigènes effectué le jour de leur arrivée, comme pour l’entrée aux États-Unis.

De surcroît, le gouvernement canadien révise à la baisse l’avis aux voyageurs et rouvre les aéroports fermés aux voyages internationaux. Le gouvernement distribuera également des tests rapides gratuits dans les aéroports.

« L’annonce d’aujourd’hui est un soulagement bienvenu pour tous les travailleurs et travailleuses du secteur de l’aviation », a déclaré Tammy Moore, présidente du Conseil de l’aviation d’Unifor et présidente de la section locale 2002 d’Unifor, qui représente 12 500 membres de l’industrie de l’aviation au Canada. « Nous demandons depuis longtemps un plan qui permettra à l’industrie de reprendre ses activités en toute sécurité et au maximum de sa capacité. »

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat défend tous les travailleurs et leurs droits, lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et s’efforce de créer des changements progressistes pour un avenir meilleur.


Programme familial d’éducation

Du dimanche 24 juillet au vendredi 5 août 2022

La date limite pour s’inscrire et le 29 avril 2022 à midi HNE

Bourses d’études québécois

Les bourses sont de retour. Veuillez lire les fichiers joints pour plus d’informations. DATE LIMITE 29 JUILLET 2022 à 23h59 heure de l’Est,

The Bursaries are back. Read files below for more information. DEADLINE 29 JULY 2022 at 23:50 Est.


Le programme linguistique d’Air Canada met en lumière une culture qui divise

Air Canada language program shines light on divisive culture

Air Canada se présente comme une entreprise qui favorise la diversité et respecte l’individualité. Cependant, le nouveau programme incitatif du centre d’appels est offensant, controversé et discriminatoire. Il offre des points « Brille » à ceux et celles qui participent au « programme » et qui sont prêts à s’engager à parler certaines langues (en plus de l’anglais et du français).

L’entreprise affirme que ce programme incitatif vise à « soutenir nos clients internationaux ». Si c’est le cas, les priorités devraient être de rapatrier au Canada tout le travail des centres d’appels mondiaux et d’éliminer les indicateurs de rendement clés, une source d’anxiété majeure pour nos membres qui peut les empêcher d’offrir un service décent à la clientèle.

L’offre unique de points « Brille » est irrespectueuse puisqu’elle laisse entendre qu’un employé qui n’a pas la capacité de parler une autre langue n’est pas digne d’une récompense. La direction d’Air Canada a créé une autre division au sein de sa culture de travail. Une discussion avec le syndicat pour accroître la capacité d’établir un lien direct entre les clients et les nombreux employés qui ont les compétences linguistiques nécessaires pour servir nos clients internationaux serait une meilleure approche.

Air Canada oublie que les dispositions de la convention collective actuelle (présentée dans la lettre d’entente no 6 concernant les langues d’itinéraire) énoncent que « les quarts de travail ne doivent pas représenter plus de 25 % des fonctions requises dans chaque lieu de travail ». Exiger que les agentes et agents parlent plusieurs langues enfreint cette disposition.

Unifor s’oppose fermement à ce programme incitatif mal conçu et demande à l’entreprise de le retirer immédiatement. Le syndicat demande à Air Canada de favoriser véritablement la diversité et de respecter sincèrement l’individualité.

En toute solidarité,

Comité de négociation – Air Canada
Steve Murphy – Région du Pacifique
Joanne Goulet – Présidente par intérim, région de l’Ouest
David Peng – Région du Centre
Benoit Lapointe – Région de l’Est
Cheryl Robinson – Région de l’Atlantique
Tammy Moore – Présidente, section locale 2002 d’Unifor
Frances Galambosy – Représentante nationale de service d’Unifor, secteur des lignes aériennes
Leslie Dias – Directrice du secteur des lignes aériennes d’Unifor


Air Canada portrays itself as a company that welcomes diversity and respects individuality. However, the new Contact Centre Incentive Program is offensive, divisive, and discriminatory. It offers Shine Points to those who would participate in the “Program” and are willing to commit to speaking select languages (supplementary to English and French).

The company suggests that this incentive program is to “support our global customers”. If so, the priorities should be to repatriate all worldwide contact centre work back to Canada, and eliminate Key Performance Indicators (KPI’s), a major anxiety for our members that may hinder decent customer service.

The one-time offer of Shine Points is disrespectful, implying that an employee who does not have the ability to speak another language is not worthy of a reward. Air Canada management has created yet another division within its work culture. A discussion with the union to improve the ability to link customers with the many employees that have the language abilities to serve our global customers, would be a better approach.

Air Canada forgets that the language in the current collective agreement (found in Letter of Understanding No. 6 concerning Route Language) states that no more than 25% of functional requirements at each location is required. Skill-setting agents to speak multiple languages violates this provision.

Unifor strongly opposes this ill-conceived incentive program, and calls on the company to withdraw it immediately. The union is asking Air Canada, genuinely, to encourage diversity and respect individuality.

In solidarity,

Air Canada Bargaining Committee
Steve Murphy – Pacific Region
Joanne Goulet – Interim Chairperson, Western Region
David Peng – Central Region
Benoit Lapointe – Eastern Region
Cheryl Robinson – Atlantic Region
Tammy Moore – President, Unifor Local 2002
Frances Galambosy – Unifor National Service Representative, Airline Sector
Leslie Dias – Unifor Director, Airlines Sector

Message du directeur québécois, Renaud Gagné aux sections locales d’Unifor-Québec

Camarades, Consœurs, Confrères,

Comme tous les ans, le mois de février est une occasion unique de faire rayonner l’histoire des communautés noires au sein de notre société. Nous vous invitons à consulter les sites suivants qui se consacrent à l’événement et vous offrent de nombreuses activités.

Les thèmes retenus varient selon les organismes, mais ils célèbrent tous à leur manière le passé, pour mieux aller vers le futur.

Table ronde du Mois de l’histoire des Noirs

Thème : « Honoré le passé, inspiré le futur »

Site : https://www.moishistoiredesnoirs.com/

Table de l’histoire des Noirs de la ville de Québec

Thème : « Rebâtir ensemble après la Covid »

Site : https://histoiredesnoirsquebec.com/

Gouvernement canadien

Thème : « En février et en tout temps: Célébrons l’histoire des communautés noires aujourd’hui et tous les jours »

Site : https://www.canada.ca/fr/patrimoine-canadien/campagnes/mois-histoire-des-noirs.html

Peu importe la manière, le Mois de l’Histoire des Noirs, est un appel à toutes et à tous, à s’intéresser à ces communautés qui font partie intégrante de notre société et dont l’histoire et les réalisations méritent d’être mieux connues.

Bonne découverte et rencontre !

Solidairement,​

Pour Renaud Gagné, directeur québécois

Implement paid sick leave now | Mettez en place les jours de congé de maladie payés dès maintenant 

Bonjour/Hello

Le texte en français suit le texte en anglais.

To: Unifor Local Union Leadership and Staff in the federally regulated private sector

Greetings,

Most of you will have heard by now that the federal government passed Bill C-3 late last year, which provides 10 paid days of sick leave per year for workers in the federal sector. Workers will accumulate sick days at the rate of one day per month up to the maximum each year.

While there are some issues with the bill as it currently stands, the introduction of paid sick leave at the federal level is a promising development and something our union has demanded for years. The absence of proper paid sick leave during the pandemic has been especially difficult for workers who have been forced to choose between losing out on wages or coming into work sick.

However, before workers in the federally regulated sector can start earning their paid sick days, the new provisions have to come into force. The government has said that it needs time to engage with employers to make sure that they are able to implement paid sick leave and to determine if the rules need to be changed for specific classes of workers.

That’s simply not good enough.

In the middle of the worst wave of COVID-19 so far, the government has a duty and obligation to make sure the implementation of paid sick leave is top of the agenda.

As part of the package, the government also promised to convene the provinces and territories to make 10 days of paid sick leave universal across the country. Well, that needs to happen fast. Mandatory paid sick leave is absent in most provinces and territories and B.C. leads the way at a paltry 5 paid sick days.

I recently wrote a letter to the Federal Minister of Labour, Seamus O’Regan, calling on his office to implement paid sick days at the federal level immediately and without exceptions. Employers cannot use regulatory consultations as an opportunity to drag out the implementation of these provisions or to insert so many loopholes that paid sick days are effectively absent for some workers and not others.

Unifor will continue to monitor the developments on this file and we will join our members in keeping up the pressure on the federal government.

Workers cannot afford to wait. We need paid sick days now.

In solidarity,


Aux dirigeant(e)s des sections locales d’Unifor et aux représentant(e)s des membres du secteur privé sous réglementation fédérale

Bonjour,

La plupart d’entre vous ont déjà appris que le gouvernement fédéral a adopté le projet de loi C-3 à la fin de l’année dernière, qui prévoit 10 jours de congé de maladie payés par an pour les travailleuses et travailleurs du secteur fédéral. Les travailleuses et travailleurs accumuleront des jours de congé de maladie à raison d’un jour par mois, jusqu’à concurrence du maximum annuel.

Bien que le projet de loi, dans sa forme actuelle, pose quelques problèmes, l’introduction de congés de maladie payés au niveau fédéral est un développement prometteur et une revendication de notre syndicat depuis des années. L’absence de congés de maladie payés adéquats pendant la pandémie a été particulièrement difficile pour les travailleuses et travailleurs qui ont dû choisir entre perdre leur salaire et arrêter de travail pour cause de maladie. 

Cependant, les nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur avant que les travailleuses et travailleurs des secteurs sous réglementation fédérale puissent commencer à accumuler leurs jours de congé de maladie payés. Le gouvernement a déclaré qu’il a besoin de temps pour s’assurer que les employeurs sont en mesure de mettre en œuvre les congés de maladie payés et pour déterminer si les règles doivent être modifiées pour certaines catégories de travailleuses et travailleurs. 

Ce n’est tout simplement pas suffisant.

Au milieu de la pire vague de COVID-19 jusqu’à présent, le gouvernement a le devoir et l’obligation de s’assurer que la mise en œuvre des congés de maladie payés est en tête des priorités. 

Dans le cadre du programme, le gouvernement a également promis de convoquer les provinces et les territoires afin de rendre universel les congés de maladie payés de 10 jours dans tout le pays. Il faut que cela se fasse rapidement. La plupart des provinces et territoires n’ont pas de congés de maladie payés obligatoires, et la Colombie-Britannique est en tête avec un maigre 5 jours de congé de maladie payés. 

J’ai récemment écrit une lettre au ministre fédéral du Travail, Seamus O’Regan, demandant à son bureau de mettre en œuvre les jours de congé de maladie payés au niveau fédéral immédiatement et sans exception. Les employeurs ne peuvent pas utiliser les consultations réglementaires comme une occasion de faire traîner la mise en œuvre de ces dispositions ou d’insérer tellement d’échappatoires que les jours de maladie payés sont effectivement absents pour certains travailleurs et pas pour d’autres.

Unifor continuera de suivre l’évolution de ce dossier et nous nous joindrons à nos membres pour maintenir la pression sur le gouvernement fédéral.

Les travailleuses et travailleurs ne peuvent pas se permettre d’attendre. Nous avons besoin de jours de congé de maladie payés maintenant. 

En toute solidarité,

Jerry Dias

National President

Président national

Aux membres spécialistes – Expérience client d’Air Canada : mise à jour sur les laissez-passer C1 / Air Canada CESs Members: Recent Update to the C1 Travel Passes

janvier 18, 2022 à 17:45

Nous avons probablement tous lu le récent message d’Arielle Meloul-Wechsler, émis le 13 janvier 2022, concernant les soi-disant « améliorations au programme de voyage des employés ». Une fois de plus, Unifor est extrêmement déçu et indigné d’apprendre qu’Air Canada n’a pas consulté les principaux représentants du groupe d’employés de la compagnie à ce sujet. Depuis l’introduction des laissez-passer de voyage B1, de nombreux employés ont ressenti une frustration écrasante et un manque de respect de la part de la compagnie. Les changements apportés au programme de laissez-passer B1 ont créé des divisions au sein des groupes de travail d’Air Canada.

Depuis des années, nous conseillons à la compagnie de revoir le programme et de rendre les laissez-passer plus équitables pour tous les employés. La compagnie a récemment répondu en indiquant qu’elle était en train de réorganiser les laissez-passer. C’est avec une grande consternation que nous sommes mis devant un fait accompli qui ne corrige pas les iniquités et repousse encore plus loin les limites. Une fois de plus, avec les récents changements apportés au programme des laissez-passer, il semble que nos membres aient été laissés pour compte. En ces temps difficiles et sans précédent, ce sont les efforts courageux de nos membres Unifor de première ligne qui ont assuré la viabilité d’Air Canada. Le nouveau programme de voyage amélioré témoigne d’un manque d’appréciation et de respect et ressemble davantage à une gifle en plein visage.

La compagnie a toujours déclaré que les laissez-passer sont un privilège et qu’ils ne sont pas négociés dans la convention collective. Cela ne lui donne toutefois pas le droit de créer un grand fossé entre les employés en renforçant des inégalités stupéfiantes. Air Canada ne peut être autorisée à se cacher derrière la bannière du privilège. Le changement de culture exige la création d’un processus inclusif et équitable.

La nouvelle politique d’Air Canada en matière de laissez-passer nous rappelle la citation du film Animal Farm : « Tous les employés sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres. »

Nous encourageons vivement nos membres à faire de même. Veuillez écrire à Air Canada pour lui faire part de vos sentiments sur la question des laissez-passer de voyage.

En toute solidarité,

Comité de négociation – Air Canada
Steve Murphy – Région du Pacifique
Joanne Goulet – Présidente par intérim, région de l’Ouest
David Peng – Région du Centre
Benoit Lapointe – Région de l’Est
Cheryl Robinson – Région de l’Atlantique
Tammy Moore – Présidente, section locale 2002 d’Unifor
Frances Galambosy – Représentante nationale de service d’Unifor, secteur des lignes aériennes
Leslie Dias – Directrice du secteur des lignes aériennes d’Unifor

January 18, 2022 at 5:45 PM

By now we probably have all read the recent message from Arielle Meloul-Wechsler which was released on January 13, 2022, regarding the so-called “Employee Travel Program Enhancements”. Once again, Unifor is extremely disappointed and outraged to learn about Air Canada’s lack of consultation from key representatives of the company’s employee group on the matter. Since the introduction of the B1 travel passes, many employees have felt overwhelming frustration and disrespected by the company. The divisive changes to the B1 pass program have created division amongst the workgroups within Air Canada.

For years now, we have been advising the company to revisit the program and to make travel passes more equitable for all employees. The company recently responded indicating that they were in the process of revamping the travel passes. It is with great dismay that we are put in front of a fait accompli that does not fix the inequities and pushes the envelope even further. Once again, with the recent changes to the travel pass program, it seems that our members have been left behind. During these difficult and unprecedented times, it is the courageous efforts of our frontline Unifor members that have ensured the viability of Air Canada. The new enhancement travel program demonstrates a lack of appreciation and respect and is more like a slap in the face.

The company has always stated that travel passes are a privilege and they are not bargained into the Collective Agreement. That however does not give them a license to create a great divide among employees by reinforcing staggering inequities. Air Canada cannot be allowed to hide behind the privilege banner. Culture change demands that an inclusive and fair process be created.

Air Canada’s new pass policy reminds us of the quote from the film Animal Farm “All employees are equal, but some employees are more equal than others.”

We strongly encourage our members to do the same; please write to express your feelings to Air Canada on the travel pass issue.

In Solidarity,

Air Canada Bargaining Committee
Steve Murphy – Pacific Region
Joanne Goulet – Interim Chairperson, Western Region
David Peng – Central Region
Benoit Lapointe – Eastern Region
Cheryl Robinson – Atlantic Region
Tammy Moore – President¬ Unifor Local 2002
Frances Galambosy – Unifor National Service Representative, Airline Sector
Leslie Dias – Unifor Director, Airlines Sector


FLASH NEWS JAN 07,2022

We have been advised that they will be actioning some transfer to the Airport. Please ensure your e-transfer is up to date. Snapshot will be taken Sunday Evening
(Jan 09, 2022).

If you are a new hire you must complete 24 months in the Contact Center before you are eligible. Recall Employees must complete 12 months or depending on your individual restrictions.

On a été avisé que la compagnie va actionner des transferts à l’aéroport. Assurez-vous que votre transfert et a jour. La Photo (Snapshot) sera prise Dimanche soir (09 Janvier 2022).

Pour les nouveaux employés, vous devrez compléter 24 mois au Centre D’appelé. Si vous été Rappel après licenciement vous devrez reste 12 mois ou dépendamment des-vous restrictions individuelles.

Thank-you/Merci

Paula/D400

Bulletin RCRI GIDIP Bulletin

Message de Benoit Lapointe

Bonjour tout le monde,

Étant donné le nombre grandissant de cas de COVID19 au centre d’appel de Montréal, le Comité de Santé et sécurité au travail, les représentants syndicaux du District 400 et moi avons rencontré la direction dimanche soir, le 26 décembre afin de tenter de trouver des façons de rendre le lieu de travail plus sécuritaire.

Parmi les solutions que nous avons proposées, mentionnons l’ouverture de nouveaux postes de travail à la maison, la mise en place d’une station de test rapide à l’entrée de l’édifice, l’augmentation de la distanciation entre les postes de travail, le port du masque en tout temps, le remplacement de la petite cuisine par un endroit plus spacieux pour les repas.

En date d’hier, la compagnie étudiait toujours nos propositions et doit nous revenir sous peu avec une réponse. Nous savons toutefois déjà qu’il y a des problèmes d’approvisionnement des équipements de travail à la maison et que les stocks de tests rapides sont malheureusement bas, ce qui n’aide pas la situation.

En attendant, nous demandons à tous les membres de faire preuve d’encore plus de prudence et de respecter à la lettre les consignes sanitaires. Le variant Omicron ne laisse pas de place à la négligence. Il est maintenant clair que la protection vaccinale est beaucoup moins efficace avec ce variant et nous encourageons tous nos membres à obtenir la troisième dose dès que ce sera possible.

Nous vous encourageons aussi à prendre toutes les précautions possibles et à rester à la maison en cas de doute. Le syndicat considère que ce n’est certainement pas le moment de surveiller l’absentéisme à outrance. Nous contesterons toutes mesures disciplinaires excessives.

Nous vous tiendrons au courant des développements sous peu.

En toute solidarité,

Benoit

Hello everyone,

The Health & Safety Committee, the District 400 Representatives and I have met with the company Sunday night December 26th in order to try to find ways to make the Montréal Contact Centre safer following the quick rise in the COVID19 case number over the past few days.

Amongst the many suggestions we brought up, let’s mention more Work at Home openings, a rapid tests station at the work place entrance, more space between work stations, mask wearing at all times, replacing the small kitchen with a larger space for meal breaks.

As of yesterday, the company was still assessing our suggestions and are supposed to come back with an answer later today. We already know that there are problems getting more Work at Home kits in large quantities and that stocks of rapid tests are unfortunately also getting low which doesn’t help the situation.

Meanwhile, we are asking all members to be extra-careful and to respect all sanitary instructions to the letter. The Omicron variant doesn’t leave any space for negligence. It is now clear that the vaccinal protection is much less efficient with this variant and we encourage all our members to get the third dose as soon as it will become available.

We also encourage you to take all the necessary precautions and to stay home in doubt. The Union considers that this is certainly no time to micromanage attendance. We will challenge all excessive disciplinary measures.

We will keep you posted on any development shortly,

In solidarity,

Benoit

As the holiday season approaches, it is important to enjoy time with family and friends, but it is also a time to reflect on the past year and our ongoing economic recovery.

It has been a demanding year for our Local and our members; many of whom have recently returned to a more “normal” pre-pandemic work schedule. The focus of the Executive Board has been and continues to be, meeting with the leadership and members of this great Local. This has meant more travel, but it has been imperative in re-building Local 2002 and engaging with members.

COVID-19 continues to have a tremendous impact on all workers, but your resilience and strength have shown that with solidarity, we will get through this together. The aviation sector continues to rebound and build momentum, and with it has come new opportunities and growth. Already this year, Local 2002 has welcomed new members from three new units: Aéroport de Québec from Québec City, Jean Lesage International Airport; United Ramp Incorporated which is a ground service provider based out of Nanaimo, British Columbia; and the most recent addition is Skylink Express, which consists of pilots based out of Hamilton, Vancouver, Winnipeg and Mirabel airports.

There is no doubt that we have all faced challenges in 2020 and 2021; layoffs, lockdowns, remote working, a lack of social contact with our loved ones, and much more.

As we look forward to the year ahead with increased positivity that we will collectively overcome COVID-19, Unifor Local 2002 will continue to be there for members; to give you and your family a better tomorrow. We also look forward to welcoming you back to face-to-face meetings, conferences, and education courses, when it is safe to do so.

On behalf of the Local 2002 Executive Board and Staff, I would like to extend to all of our members and their families our best wishes for a safe and joyous holiday season.

In Solidarity,

Tammy Moore
President, Unifor Local 2002

À l’approche des Fêtes de fin d’année, il est important de passer du temps avec sa famille et ses amis, mais c’est aussi le moment de réfléchir à l’année écoulée et à notre reprise économique en cours.

L’année a été exigeante pour notre section locale et nos membres, dont beaucoup ont récemment repris un horaire de travail plus « normal » comme avant la pandémie. Le comité exécutif s’est concentré, et continue de le faire, sur les rencontres avec les dirigeant(e)s et les membres de cette grande section locale. Cela a nécessité plus de déplacements, mais c’est impératif pour rebâtir la section locale 2002 et s’engager auprès des membres.

La COVID-19 continue d’avoir un impact énorme sur tous les travailleurs et travailleuses, mais votre résilience et votre force ont montré qu’avec la solidarité, nous nous en sortirons ensemble. Le secteur de l’aviation continue de rebondir et de prendre de l’élan, ce qui entraîne de nouvelles possibilités et de la croissance. Déjà cette année, la section locale 2002 a accueilli de nouveaux membres provenant de trois nouvelles unités: Aéroport de Québec de l’aéroport international Jean Lesage à Québec; United Ramp Incorporated, qui est un fournisseur de services au sol basé à Nanaimo, en Colombie-Britannique; et le plus récent ajout est Skylink Express, qui est composé de pilotes basés aux aéroports de Hamilton, Vancouver, Winnipeg et Mirabel.

Il ne fait aucun doute que nous avons tous été confrontés à des défis en 2020 et 2021; mises à pied, confinements, travail à distance, manque de contacts sociaux avec nos proches, et bien plus encore.

Alors que nous envisageons l’année à venir avec plus de positivité et que nous allons collectivement surmonter la COVID-19, la section locale 2002 d’Unifor continuera d’être là pour les membres; pour vous assurer à vous et à votre famille un meilleur lendemain. Nous avons également hâte de vous accueillir de nouveau aux réunions, aux conférences et aux cours de formation en face à face, lorsqu’il sera sécuritaire de le faire.

Au nom du comité exécutif et du personnel de la section locale 2002, j’aimerais offrir à tous nos membres et à leurs familles nos meilleurs vœux de sécurité et de joie pour la période des Fêtes.

En toute solidarité,

Tammy Moore
Présidente, section locale 2002 d’Unifor


Blue, pink and white flowers commemorate the Trans Day of Remembrance.

Unifor Statement on the Trans Day of Remembrance Déclaration d’Unifor à l’occasion de la Journée du souvenir trans


Conseil des syndicats – Communiqué no 4

Quatrième mise à jour à propos de l’entente sur la fiducie d’actions de 2009
 

Chers membres du Conseil des syndicats,

Il s’agit du quatrième message du genre que nous adressons à nos membres – et après beaucoup d’efforts collectifs et de coopération entre nos groupes syndiqués, nous sommes enfin en mesure de vous donner de bonnes nouvelles.

Les membres du Conseil des syndicats ont diffusé conjointement aujourd’hui un communiqué de presse [link] à la suite de l’annonce officielle d’Air Canada [link] sur la conclusion d’une entente qui permettrait de libérer les actions détenues dans une fiducie à usage réservé, sous réserve de l’approbation des organismes de réglementation.

L’entente, si elle est approuvée, procurera aux milliers de participants des régimes de retraite à prestations déterminées d’Air Canada – dont les retraités actuels et à venir – davantage de certitude et d’argent dans leurs poches pour la retraite grâce à une série de versements forfaitaires qui compenseraient partiellement les augmentations du coût de la vie touchant les pensions des travailleurs.

Ce résultat représente l’aboutissement de nombreuses années de discussions internes parmi nos groupes syndiqués, de consultations avec des conseillers experts et de tentatives menées par le passé pour parvenir à une entente avec toutes les parties.

Nous aimerions souligner les efforts et le dévouement des nombreux dirigeants de nos groupes syndiqués, de même que nos experts en retraites qui ont fait preuve d’une détermination et d’une créativité incroyables pour tenter de résoudre la situation dans l’intérêt de nos membres actuels et retraités. La défense des prestations de nos membres est une valeur commune à tous nos syndicats respectifs, et cette entente devrait montrer notre détermination durable et visionnaire à préserver et à améliorer les perspectives de retraite de tous nos travailleurs.

Nous tenons aussi à remercier la direction d’Air Canada pour le rôle qu’elle a joué en permettant à tous les groupes de parvenir finalement à une solution mutuellement satisfaisante.

Comme indiqué, l’entente doit obtenir l’approbation des organismes de réglementation. Nous allons continuer à tenir nos membres au courant à mesure que nous en saurons davantage.

Pour obtenir davantage de renseignements contextuels, vous pouvez consulter les messages précédents du Conseil des syndicats :

Avril 2021 [link]
Juillet 2019 [link]
Mai 2019 [link].

Solidairement vôtre,

Association des pilotes d’Air Canada
Canadian Airline Dispatchers Association
Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) – composante Air Canada
Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale
Unifor

Council of Unions Communication #4

2009 Share Trust Agreement Update #4
 

Dear Council of Unions members,

This is the fourth such message we are writing to our members – and after a significant collective effort and cooperation between our labour groups, we are finally in a position to provide you with positive news.

Today, the members of the Council of Unions jointly issued a news release [link] which followed Air Canada’s formal announcement [link] on the conclusion of an agreement that would allow for the unlocking of shares that had been held in a restricted trust, subject to the approval of the regulators.

If approved, the agreement will provide the thousands of members of the Air Canada defined benefit pension plans – including current and future retirees – with more certainty and more money in their pockets for retirement through a series of lump-sum payments that would partially offset cost of living increases that affect worker pensions.

This outcome represents the culmination of many years of internal discussions among our union groups, consultation with expert advisors, and past attempts to come to an agreement with all the parties.

We would like to acknowledge the effort and dedication of the many leaders within our union groups, alongside our pension experts who demonstrated tremendous persistence and creativity in seeking a resolution for the benefit of our current and retired members. Advocating on benefits for our members is a shared value at each of our respective unions, and this agreement should signal our lasting and forward-looking commitment to care for and improve the retirement prospects for all of our workers.

Equally, we would like to acknowledge the leadership at Air Canada for their role in allowing all groups to finally achieve a mutually agreeable solution.

As noted, the agreement requires approval from regulators. We will continue to keep our members informed of more information as and when it is available.

For more detailed background information, you can access the previous messages issued by the Council of Unions as follows:

April 2021 [link]
July 2019 [link]
May 2019 [link].

In solidarity,

Air Canada Pilots Association
Canadian Airline Dispatchers Association
Canadian Union of Public Employees, Air Canada Component
International Association of Machinists & Aerospace Workers
Unifor

Council of Unions Come to an Agreement Supported by Air Canada Which Strengthens Retirement Incomes for Workers for the Long Term 

Council of Unions (CNW Group/Air Canada Pilots Association)


TORONTO, Nov. 12, 2021 /CNW/ – Unions representing more than 20,000 Air Canada employees applaud today’s announcement on the finalization of an agreement which will see more certainty and more money in the pockets of the thousands of current and future retired employees who are part of the company’s defined benefit pension plans.

This agreement includes the unions’ long-sought mechanism to provide a series of lump-sum payments that would partially offset cost of living increases that affect worker pensions.

In 2009 and facing insolvency, Air Canada was granted relief from solvency funding which would have otherwise required onerous special payments totaling billions of dollars. As part of this arrangement, a significant amount of Air Canada stock was put in a Share Trust to be accessed by the unions at a later date for the single purpose of assisting with solvency funding in one or more of the plans.

On October 26, 2009, under terms of the agreement, Air Canada issued more than 17 million or 15% of its Class B common voting shares to a joint Share Trust with the Air Canada Unions (the Unitholders) as sole beneficiaries.

Since 2009, this block of shares has been held in a restricted use, single joint trust account, governed by the multi-party 2009 Share Trust Agreement. As a result of subsequent public offerings, these shares have been diluted and now represent approximately 5% of all outstanding Air Canada stock.

Since 2015, the unions who represent Air Canada workers, through the Council of Unions, have been discussing and exploring options as to how to best utilize and distribute the value held within the Share Trust for the benefit of current and future pensioners – many of whom endured significant uncertainty and distress during the previous pension insolvency.

Today, following extensive negotiations between the Council of Unions and Air Canada, the leadership of each of these union groups are proud to announce that an agreement has been struck that will wind down the Share Trust over a period of time in order to improve the certainty and quality of life for thousands of Air Canada employees and pensioners.

Air Canada Pilots Association CEO, Robert Giguere, lauded the agreement, saying:

“ACPA and our pension experts have invested countless hours working alongside our fellow union leaders to ensure these long-held shares can be deployed for the benefit of our current and future retired members and their families. This is a good day for workers in an industry that was nearly devasted by the 2008 financial crisis, and more recently by the global pandemic.”

CALDA Council Chairman Rob King said:

“I am extremely pleased for the retirees and future retirees that we have reached this point. It has been a truly collaborative process with all the unions, and we look forward to final approvals so that this can proceed.”

Wesley Lesosky, President, Air Canada Component of CUPE said:

 Coming out of the chaos and uncertainty of the pandemic, our members deserve some good news. Thanks to the hard work of our fellow unions and our airline, we have an agreement that will allow current and future generations of retirees to bank on a more secure and more stable retirement at the end of their career.”

IAMAW District 140 President & Directing General Chairperson Dave Flowers said:

“Workers’ pensions and retirement security is a core value of the IAMAW. This breakthrough agreement between the Council of Unions and Air Canada represents the tangible proof of that commitment. Solidarity of vision, purpose and action has allowed us to achieve this very positive outcome for all of our members.”

Unifor National President Jerry Dias said:

“This is a win for workers, and a win for Air Canada. By working together, we saved the company in a previous economic crisis, and have now finally ensured that our workers are able to get what they are entitled to. This day has been a long time coming.”

This arrangement will not be finalized until it has received required regulatory approvals which are now being sought. The employees and pensioners of Air Canada look forward to receiving the needed final approvals on this matter.

About the Council of Unions

The Council of Unions was established to represent the interests of the unionized employees of Air Canada during a turbulent time that included pension insolvency. Leaders from each of Air Canada’s unions – the Air Canada Pilots Association (ACPA); Canadian Airline Dispatchers Association (CALDA); Canadian Union of Public Employees (CUPE) – Air Canada Component; the International Association of Machinists and Aerospace workers (IAMAW); and Unifor – meet to discuss issues of common concern. Together, our Unions represent more than 20,000 unionized employees of Air Canada.

SOURCE Air Canada Pilots Association

Le conseil des syndicats parvient à une entente soutenue par Air Canada qui renforce les revenus de retraite des travailleurs à long terme

Council of Unions (Groupe CNW/Air Canada Pilots Association)

NOUVELLES FOURNIES PARAir Canada Pilots Association 

Nov 12, 2021, 08:11 ET

PARTAGER CET ARTICLE


TORONTO, le 12 nov. 2021 /CNW/ – Les syndicats représentant plus de 20 000 employés d’Air Canada se réjouissent de l’annonce d’aujourd’hui sur la finalisation d’une entente qui va apporter plus de certitude et mettre plus d’argent dans les poches des milliers d’employés actuellement retraités et futurs retraités participant aux régimes de retraite à prestations déterminées de la Compagnie.

Cette entente inclut le mécanisme attendu de longue date par les syndicats, qui prévoit une série de versements forfaitaires destinés à compenser partiellement les augmentations du coût de la vie touchant les pensions des travailleurs.

En 2009, alors qu’elle faisait face à une insolvabilité, Air Canada s’est vu accorder un allègement de la capitalisation du déficit de solvabilité sans lequel elle aurait dû effectuer des versements spéciaux onéreux totalisant des milliards de dollars. Dans le cadre de cet arrangement, une portion importante des actions d’Air Canada ont été déposées dans une fiducie à laquelle les syndicats auraient accès par la suite, et ce, dans le seul but d’aider à capitaliser le déficit de solvabilité d’un ou de plusieurs des régimes.

En vertu des modalités de l’entente, Air Canada a placé le 26 octobre 2009 plus de 17 millions ou 15 % de ses actions ordinaires de catégorie B avec droit de vote dans une fiducie détenue conjointement avec les syndicats d’Air Canada (les porteurs de parts) qui en étaient les seuls bénéficiaires.

Depuis 2009, ce bloc d’actions est détenu dans un compte en fiducie conjoint unique à usage réservé, qui est régi par l’entente de fiducie d’actions multipartite de 2009. Du fait des offres publiques subséquentes, ces actions ont été diluées et représentent maintenant environ 5 % de toutes les actions en circulation d’Air Canada.

Depuis 2015, les syndicats qui représentent les travailleurs d’Air Canada par le truchement du Conseil des syndicats discutent et examinent des options pour déterminer la meilleure façon d’utiliser et de distribuer la valeur détenue dans la fiducie d’actions dans l’intérêt des retraités actuels et à venir – dont beaucoup ont connu beaucoup d’incertitude et de détresse pendant la précédente insolvabilité des régimes de retraite.

À la suite d’intenses négociations entre le Conseil des syndicats et Air Canada, les dirigeants de chacun de ces groupes syndiqués sont fiers d’annoncer aujourd’hui la conclusion d’une entente qui va liquider la fiducie d’actions sur une certaine période afin d’offrir plus de certitude et une meilleure qualité de vie à des milliers d’employés et de retraités d’Air Canada.

« L’APAC et ses spécialistes des retraites ont investi un nombre incalculable d’heures de travail aux côtés des dirigeants syndicaux pour faire en sorte que ces actions détenues de longue date puissent être déployées dans l’intérêt de nos membres qui sont d’actuels et de futurs retraités ainsi que de leurs familles », a déclaré Robert Giguere, PDG de l’Association des pilotes d’Air Canada, qui s’est félicité de l’entente. Il s’agit d’une bonne journée pour les travailleurs d’une industrie qui a été quasi dévastée par la crise financière de 2008 et plus récemment par la pandémie mondiale. »

« Je suis extrêmement ravi pour les retraités et les futurs retraités que nous ayons pu atteindre ce stade, a indiqué Rob King, président du conseil de la CALDA. Il s’agit du fruit d’une véritable collaboration avec tous les syndicats et nous attendons avec impatience les approbations finales pour que cela devienne effectif. »

« Après le chaos et l’incertitude de la pandémie, nos membres méritent d’avoir de bonnes nouvelles, a fait savoir Wesley Lesosky, président de la composante Air Canada du SCFP. Grâce aux efforts des autres syndicats et de notre société aérienne, nous avons une entente qui va permettre aux générations actuelles et futures de retraités de compter sur une retraite plus sûre et plus stable à la fin de leur carrière. »

« La sécurité des rentes et de la retraite des travailleurs est une valeur fondamentale de l’AIMTA, a affirmé Dave Flowers, président et directeur général du district 140 de l’AIMTA. Cette entente révolutionnaire entre le Conseil des syndicats et Air Canada est la preuve tangible de cet engagement. Cette solidarité de vision, d’intention et d’action nous a permis de parvenir à ce résultat extrêmement concluant pour tous nos membres. »

« Il s’agit d’une victoire et pour les travailleurs et pour Air Canada, a indiqué Jerry Dias, président d’Unifor. Ensemble, nous avons sauvé la compagnie lors d’une précédente crise économique et enfin fait en sorte à présent que nos travailleurs puissent obtenir ce à quoi ils ont droit. Nous attendions ce jour depuis longtemps. »

Cet arrangement ne sera finalisé que lorsqu’il aura reçu les approbations réglementaires en cours d’obtention. Les employés et les retraités d’Air Canada sont impatients d’obtenir les autorisations finales dans ce dossier. 

À propos du Conseil des syndicats

Le Conseil des syndicats a été mis sur pied pour représenter les intérêts des travailleurs syndiqués d’Air Canada pendant une période de turbulences qui a inclus l’insolvabilité des régimes de retraite. Les dirigeants de chacun des syndicats d’Air Canada – l’Association des pilotes d’Air Canada (APAC); la Canadian Airline Dispatchers Association (CALDA); le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) – composante Air Canada; l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA); et Unifor – se réunissent pour discuter d’enjeux communs. Nos syndicats représentent à eux tous plus de 20 000 employés syndiqués d’Air Canada.

SOURCE Air Canada Pilots Association

BULLETIN RCRI
GIDIP DISA-BULLETIN


Join the campaign to Extend the CRB and Fix EI, take action 
Joignez-vous à la campagne pour la prolongation de la PCRE et la réforme de l’AE

SIGN THE PETITION signer la pétition


Consœurs, confrères,

Êtes-vous exaspéré par l’inaction des gouvernements face à la crise climatique?

Nous vous invitons à vous joindre aux milliers de travailleuses et travailleurs qui marcheront le samedi 6 novembre prochain pour dénoncer le manque d’ambition climatique de nos gouvernements et réclamer des mesures suffisantes pour atteindre la cible de réduction des gaz à effet de serre de l’Accord de Paris.

Il s’agit d’un évènement familial et pacifique organisé dans le cadre de la COP26.  La marche québécoise s’inscrit dans la foulée des quelque 75 manifestations et actions qui auront lieu à travers le monde!

  • Point de rassemblement : Monument à Sir George-Étienne Cartier, au pied du parc du mont Royal
  • Heure : Midi (12 h)
  • Apportez un foulard ou un bout de tissu vert pour participer à l’action!

Partagez l’évènement Facebook! : https://www.facebook.com/events/1221086698372909/?ref=newsfeed

L’évènement est organisé par le Réseau intersyndical pour le climat (RIC)

Les organisations syndicales membres du RIC : Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Centrale des syndicats démocratiques (CSD), Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Confédération des syndicats nationaux (CSN), Fédération autonome de l’enseignement (FAE), Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) et Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ)



Vous avez 35 ans et moins et souhaitez développer de bonnes habitudes d’épargne ou encore connaître les étapes qui vous mèneront à l’achat d’une première propriété ? Participez aux conférences virtuelles organisées par la Caisse Desjardins des Travailleuses et Travailleurs unis.


Air Canada CSSA: Clarification on Wage Rates

October 13, 2021 at 5:00 PM

In the last round of bargaining, gains for Unifor members included significant improvement to wages for frontline workers at Air Canada. Unifor members saw immediate increases of $2/hour to start. Additionally, the Unifor bargaining committee negotiated a much-needed increase for our lowest wage earners. Increases on the wage scale would occur twice in a year, after the first full pay period after February 28, and another increase on the anniversary of company service.

Within 2 weeks of ratification of the new collective agreement, the world began to shutdown as the global pandemic reached Canada and began to close down our sector.

Unifor members were placed on income replacement programs (Canada Emergency Wage Subsidy – CEWS or Canada Emergency Response Benefit – CERB) as Air Canada grounded 90% of its flights. In early June of 2020, Air Canada announced unprecedented layoffs in all bargaining units, as did the entire global aviation industry.

In 2021, we began to see a slow recall of Unifor members as the industry started to open for business, but not without setbacks. To date we are closer to having all Unifor 2002 members at Air Canada recalled. Payroll concerns have been met with much confusion, and an understaffed, overwhelmed Employee Care Team, were seriously delayed in responding to payroll and company service date inquiries. The bargaining committee has confirmed with Air Canada, that even the laid off members would receive the annual increase, and the company service increase would be per Article 5.03 of the collective agreement, “scheduled advancement in pay within the salary scales established by this agreement shall be upon the first day of the pay period following completion of service of each period of 52 weeks.” The wage table below shows 10 steps of wages vertically, and an annual increase horizontally.

Unifor 2002

Article 5.03 states “scheduled advancement shall be upon the first day of the pay period following the completion of service of each period of 52 weeks.”

Members that were put on layoff will be given an adjusted service date equal to the time they were away from work until they were recalled.

If you did not hit an anniversary date before layoff on June 7, upon your return to work, you will need to accumulate the additional number of weeks required to complete 52 weeks needed to advance to the next step of the pay scale. If you did reach an anniversary date, before lay off, your next increase will occur on the first day of the full pay period after February 28, 2022. The annual increases will continue after the first full pay period following February 28th in each year of the agreement.

Undoubtedly, layoffs due to the pandemic have slowed progression through the pay scale. If you are unclear on the progression and how it works, please do not hesitate to speak to your workplace representatives or your regional bargaining representatives. Your adjusted company service date can be found on the Aeronet under your career history. This will indicate when you step down to the next level of the scale.

During the 2020 Bargaining, the Unifor bargaining committee was able to achieve one pay scale. The new scale will merge into one pay scale through the life of this agreement. The committee recognizes that the pay scale is not perfect as it affects members differently as they progress through the scale. If you have any questions how you should progress through the pay scale, please contact your local District Chairperson or Bargaining Representative.

Unifor made positive gains in this last contract, but not all contracts are perfect. The Union has, and always commits to making improvements during negotiations on behalf of the membership.

In solidarity,

Air Canada Bargaining Committee
Steve Murphy – Pacific Region
Joanne Goulet – Interim Chairperson, Western Region
David Peng – Central Region
Benoit Lapointe – Eastern Region
Cheryl Robinson – Atlantic Region
Tammy Moore – President¬ Unifor Local 2002
Frances Galambosy – Unifor National Service Representative, Airline Sector
Leslie Dias – Unifor Director, Airlines Sector

AVSC d’Air Canada : Clarification sur les taux salariaux

octobre 13, 2021 à 17:00

Lors de la dernière ronde de négociations, les gains pour les membres d’Unifor en 2020 comprenaient une hausse significative des salaires des travailleuses et travailleurs de première ligne d’Air Canada. Les membres d’Unifor ont vu des augmentations immédiates de 2 $ l’heure pour commencer. De plus, le comité de négociation d’Unifor a négocié une augmentation indispensable pour les employés les moins bien rémunérés. Les salaires augmenteront deux fois par an, soit après la première période de paye complète après le 28 février, et de nouveau à l’anniversaire de votre service pour l’entreprise.

Dans les deux semaines qui ont suivi la ratification de la nouvelle convention collective, le monde avait commencé à s’arrêter lorsque la pandémie a atteint le Canada et entraîné la fermeture de notre secteur.

Les membres d’Unifor ont pu profiter de programmes de remplacement du revenu (Subvention salariale d’urgence du Canada ou Prestation canadienne d’urgence) alors qu’Air Canada clouait au sol 90 % de ses vols. Au début du mois de juin 2020, Air Canada a annoncé des mises à pied sans précédent dans toutes les unités de négociation, tout comme l’ensemble de l’industrie aéronautique mondiale.

En 2021, nous avons commencé à voir un lent rappel des membres d’Unifor alors que l’industrie commençait à reprendre ses activités, non sans difficultés. À ce jour, nous sommes sur le point de rappeler tous les membres de la section locale 2002 d’Unifor chez Air Canada. Les questions relatives à la paye ont suscité beaucoup de confusion, et l’équipe d’aide aux employés, en sous-effectif et débordée, a pris beaucoup de retard pour répondre aux demandes de renseignements sur la paye et les dates de service dans l’entreprise. Le comité de négociation a confirmé auprès d’Air Canada que même les membres mis à pied recevraient l’augmentation annuelle, et que l’augmentation pour le service à l’entreprise se ferait conformément à l’article 5.03 de la convention collective. Le tableau des salaires de la page suivante montre 10 échelons salariaux verticalement, et une hausse annuelle horizontalement.

Unifor 2002

L’article 5.03 indique ce qui suit : « L’avancement d’échelon de paie, selon la Convention, s’effectue le premier jour de la période de paie qui suit chaque période de cinquante-deux (52) semaines. »

Les membres qui ont été mis à pied se verront attribuer une date de service rajustée égale à la période pendant laquelle ils ont été absents du travail jusqu’à ce qu’ils soient rappelés.

Si vous n’avez pas atteint une date d’anniversaire avant votre mise à pied le 7 juin, vous devrez accumuler, à votre retour au travail, le nombre de semaines supplémentaires nécessaires pour compléter les 52 semaines requises pour passer à l’échelon suivant de l’échelle salariale. Si vous avez atteint une date d’anniversaire avant votre mise à pied, votre prochaine augmentation aura lieu le premier jour de la période de paye complète après le 28 février 2022. Les hausses annuelles se poursuivront après la première période de paye complète suivant le 28 février de chaque année de la convention.

Il ne fait aucun doute que les mises à pied attribuables à la pandémie ont ralenti la progression sur l’échelle salariale. Si vous ne comprenez pas bien la progression sur l’échelle et son fonctionnement, n’hésitez pas à communiquer avec les représentant(e)s de votre milieu de travail ou vos représentant(e)s régionaux aux négociations. Votre date de service rajustée se trouve sur l’Aeronet dans votre historique de carrière. Elle indiquera le moment où vous passerez à l’échelon suivant sur l’échelle.

Au cours des négociations de 2020, le comité de négociation d’Unifor a réussi à obtenir une seule échelle salariale. La nouvelle échelle sera fusionnée en une seule échelle pendant toute la durée de la présente convention. Le comité reconnaît que l’échelle salariale n’est pas parfaite puisqu’elle affecte les membres différemment selon leur progression. Si vous avez des questions sur la façon de progresser sur l’échelle salariale, communiquez avec la présidente ou le président de district de votre section locale ou votre représentant(e) aux négociations.

Unifor a réalisé des gains positifs dans ce dernier contrat, mais tous les contrats ne sont pas parfaits. Le syndicat s’est engagé, et s’engage toujours, à apporter des améliorations au cours des négociations au nom des membres.

En toute solidarité,

Comité de négociation d’Air Canada
Steve Murphy – Région du Pacifique
Joanne Goulet – Présidente par intérim, région de l’Ouest
David Peng – Région du Centre
Benoit Lapointe – Région de l’Est
Cheryl Robinson – Région de l’Atlantique
Tammy Moore – Présidente de la section locale 2002 d’Unifor
Frances Galambosy – Représentante nationale d’Unifor, secteur du transport aérien
Leslie Dias – Directrice d’Unifor, secteur du transport aérien



Unifor Statement for World Day for Decent Work | Déclaration d’Unifor à l’occasion de la Journée mondiale pour le travail décent

Le texte en français suit celui en anglais.

Every year, Unifor marks the World Day for Decent Work on October 7.

As a trade union, we believe that good jobs, fair wages, and improving the many conditions in which people go to work each day is the way to achieve a better world for everyone.

Amidst the challenges and difficulties of working and living through the ongoing pandemic, Unifor’s young workers take this opportunity to remind all Unifor members that our collective future is worth the fight!

Even before the pandemic, the climate crisis was looming and income inequality had reached critical levels. The pandemic exposed our world’s biggest inequalities, and made everything so much more challenging for everyone, including young workers’ and their prospects for the future.

This time last year, our union was calling to support essential rights for essential workers. Throughout the pandemic, many young workers got laid-off. Some did not get their jobs back. Many young workers were looking after their young children while schools were closed. Today, some are still worried about the risks of exposure to the virus in schools across the country. Young workers did their best – just like all workers – to navigate a crisis and to come out of it safely. Some did not.

Young workers today are seriously worried that the world they are inheriting from previous generations is in far worse shape than the one their parents lived through.

Through this pandemic, young workers have come to better understand that safe workplaces, barrier-free access to good, green jobs, and well-funded public services are essential to a better and brighter future.

Today, on the World Day for Decent Work, we face a choice: we can live to see the devastating impacts that will inevitably result from today’s crises, or we can pick up the fight and build a better future.

This week, Unifor’s young workers held a series of online events to gather, strategize, and commit to the long-term fight for a better world. Through virtual events and an email conference, they shared stories of activism, exchanged tools and best practices and were intentional about creating space in our union to foster hope.

They invited young artist Hana Shafi to design three images that represent the commitment of young workers to our collective future. Unifor members can download, print and share these images today.

Let’s not let our young workers hope and fight on their own. Today, and every day, let’s remember that our future is worth the fight.

Read this statement online

Download the shareables

In solidarity,
Jerry Dias

***

Chaque année, Unifor souligne la Journée mondiale pour le travail décent le 7 octobre.

En tant que syndicat, nous croyons que de bons emplois, des salaires équitables et l’amélioration des nombreuses conditions dans lesquelles les gens vont travailler chaque jour sont le moyen de parvenir à un monde meilleur pour tous.

Face aux défis et aux difficultés de travailler et de vivre pendant la pandémie en cours, les jeunes travailleuses et travailleurs d’Unifor saisissent cette occasion pour rappeler à tous les membres d’Unifor que notre avenir collectif vaut la peine de se battre!

Avant même la pandémie, la crise climatique était imminente et les inégalités de revenus avaient atteint des niveaux critiques. La pandémie a mis en lumière les plus grandes inégalités de notre monde et a rendu les choses beaucoup plus difficiles pour tout le monde, y compris pour les jeunes travailleuses et travailleurs et leurs perspectives d’avenir.

L’année dernière, à la même époque, notre syndicat appelait à soutenir les droits essentiels des travailleuses et travailleurs essentiels. Tout au long de la pandémie, de nombreux jeunes travailleuses et travailleurs ont été mis à pied. Certains n’ont pas retrouvé leur emploi. De nombreux jeunes travailleuses et travailleurs se sont occupés de leurs jeunes enfants alors que les écoles étaient fermées. Aujourd’hui, certains s’inquiètent encore des risques d’exposition au virus dans les écoles du pays. Les jeunes travailleuses et travailleurs ont fait de leur mieux – comme tous les travailleurs – pour traverser la crise et en sortir en toute sécurité. Certains n’ont pas réussi.

Les jeunes travailleuses et travailleurs d’aujourd’hui s’inquiètent sérieusement du fait que le monde qu’ils héritent des générations précédentes est en bien pire état que celui qu’ont connu leurs parents.

Devant cette pandémie, les jeunes travailleuses et travailleurs ont mieux compris que des lieux de travail sécuritaires, un accès sans obstacles à de bons emplois verts et des services publics bien financés sont essentiels à un avenir meilleur et plus radieux.

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale pour le travail décent, nous sommes confrontés à un choix : nous pouvons vivre en regardant les impacts dévastateurs qui résulteront inévitablement des crises actuelles, ou nous pouvons reprendre le combat et bâtir un meilleur avenir.

Cette semaine, les jeunes travailleuses et travailleurs d’Unifor ont organisé une série d’événements en ligne pour se rassembler, élaborer des stratégies et s’engager dans la lutte à long terme pour un monde meilleur. Par le biais d’événements virtuels et d’une conférence par courriel, ils ont partagé des histoires de militantisme, échangé des outils et des pratiques exemplaires et se sont efforcés de créer un espace dans notre syndicat pour favoriser l’espoir.

Ils ont invité la jeune artiste Hana Shafi à concevoir trois images qui représentent l’engagement des jeunes travailleuses et travailleurs envers notre avenir collectif. Les membres d’Unifor peuvent télécharger, imprimer et partager ces images dès aujourd’hui.

Ne laissons pas nos jeunes travailleuses et travailleurs espérer et se battre seuls. Aujourd’hui, et chaque jour, rappelons-nous que notre avenir vaut la peine de se battre.

Lisez cette déclaration en-ligne

Téléchargez le contenu partageable

En toute solidarité,
Jerry Dias


acc

Environment

Environment

Nous devons agir rapidement si nous voulons réduire les gaz CO2. Nous devons également assurer une transition pour les travailleurs dans les secteurs polluant

alors que la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques se déroule le 6 novembre à Glasgow, au Canada, nous devrons faire pression sur notre gouvernement : marcher dans plusieurs municipalités et envoyer un courriel à nos membres du parlement pour adopter une transition pour les travailleurs.

L’Accord de Paris, la réduction des émissions de gaz à effet de serre a été fixé à moins de 1,5 degré. Des études récentes ont montré que nous serons à une augmentation de 2 degrés d’ici 2050.

Les gouvernements à tous les niveaux doivent prendre des mesures drastiques pour réduire nos gaz à effet de serre tout en prenant soin des personnes dans ces industries.

Veuillez envoyer un courriel à nos députés et assurez-vous que nous obtenons une transition juste pour les travailleurs. J’espère vous voir tous dans les rues de Montréal le 6 novembre. Plus d’informations à venir.

We need a transition for the employees and drastic changes to our lifestyles if we want to reduce our footprint of CO2.

While the United Nations Climate change conference is taking place on November 6 in Glasgow, in Canada we will have to get out into the streets and message our Mp.

Studies predict that we will see  an increase in temperature of 2 degrees by 2050. Countries are falling short from the Paris Agreement of 1.5 degrees. Governments in every level must take drastic measures to reduce our green house gases all the while taking care of the people in these industries.

Please email our members of parliament and make sure we get a just transition in place for the workers in these polluting work areas. I hope to see you all out in the streets of Montreal on November 6. More Information to come.

We need a transition for the employees and drastic changes to our lifestyles if we want to reduce our footprint of CO2.

While the United Nations Climate change conference is taking place on November 6 in Glasgow, in Canada we will have to get out into the streets and message our Mp.

Studies predict that we will see  an increase in temperature of 2 degrees by 2050. Countries are falling short from the Paris Agreement of 1.5 degrees. Governments in every level must take drastic measures to reduce our green house gases all the while taking care of the people in these industries.

Please email our members of parliament and make sure we get a just transition in place for the workers in these polluting work areas. I hope to see you all out in the streets of Montreal on November 6. More Information to come.

Ada Zampini

Liaison to environment committee

Sign this letter and call on Justin Trudeau to introduce just transition legislation now! 
Signez cette lettre et appelez Justin Trudeau à présenter une loi de transition juste dès maintenant !


Montreal Contact Center Schedule Timeline

 Contact Center Schedule will be extended from the 31st October – 7th November  

New Schedule Starting the 7th November 

Text Box3  

Paula/District Chairperson 03 OCT 2021 


Message from Jerry

Dear members,

Unifor stands united with the families of murdered and missing Indigenous women, girls and two-spirted peoples.

Each year October 4 is commemorated as a day to honour MMIWG2S while showing love and support for their families. We’re honoured to partner with organizations such Drag the Red to make volunteer and financial contributions to support their journey for closure in the search of the Red River.

There are many ways you can show support and raise awareness:

  1. Click here to contact your Member of Parliament and demand they be a vocal supporter of a stronger national plan to eliminate violence against Indigenous women, girls, and two-spirited persons.
  2. Circulate the Unifor social media shareable with hashtags #WhyWeWearRed #MMIWG2S #NoMoreStolenSisters #NotInvisible #SISVigils
  3. Sisters In Spirit Vigil: On October 4 at 2 p.m. Eastern, participate in the Native Women’s Association of Canada’s (NWAC) live streamed national vigil. The webcast will be streamed from https://www.facebook.com/NWAC.AFAC
  4. For other Sisters in Spirit community vigils/events commemorative activities (either live or online), check https://www.nwac.ca/event/sisters-in-spirit-virtual-vigil/ for all registered events across the country leading up to October 4.

I hope you can join me on Monday to show our union’s support for Indigenous communities’ demands for truth, justice, and reconciliation.

In solidarity,

Jerry Dias
Unifor National President

Le message de Jerry

Chers membres,

Unifor fait front commun avec les familles des femmes, des filles autochtones et des personnes bi-spirituelles assassinées ou disparues.

Chaque année, le 4 octobre est commémoré comme une journée pour honorer les FFADA2S tout en montrant de l’amour et du soutien à leurs familles. Nous sommes honorés de nous associer à des organisations telles que Drag the Red (Draguer la rivière Rouge) pour apporter des contributions bénévoles et financières afin de les aider à faire leur deuil en menant des recherches dans la rivière Rouge.

Il existe de nombreuses façons de manifester votre soutien et de sensibiliser le public :

  1. Cliquez ici pour contacter votre député(e) et exiger qu’il ou elle soit un fervent défenseur d’un plan national plus fort pour éliminer la violence contre les femmes et filles autochtones et les personnes bi-spirituelles.
  2. Faites circuler les médias sociaux d’Unifor avec les mots-clic #WhyWeWearRed (Pourquoi nous portons du rouge) #FFADA2S #NoMoreStolenSisters (Plus jamais de sœurs volées) #NotInvisible (Pas invisibles) #Sœurs par l’esprit.
  3. Vigiles et événements de la communauté des Sœurs par l’esprit au Québec – Pour les activités commémoratives en direct ou en ligne, consultez Femmes autochtones du Québec : https://www.faq-qnw.org/
  4. Suiviez FAQQNW sur Twitter et Facebook et repartagez leurs mises à jour.

J’espère que vous pourrez vous joindre à moi lundi pour montrer le soutien de notre syndicat aux demandes de vérité, de justice et de réconciliation des communautés autochtones.

En toute solidarité,Jerry Dias
Président national d’Unifor



Journée nationale de la vérité et de la réconciliation (Journée du chandail orange)

Chers membres,

La semaine prochaine, le jeudi 30 septembre, les membres d’Unifor à travers le Canada commémoreront la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation (Journée du chandail Orange) afin de rendre hommage aux expériences des anciens élèves et des survivants du système des pensionnats et de promouvoir la sensibilisation au système des pensionnats et aux dommages qu’il a causés et continue de causer aux communautés autochtones.

Nous vous encourageons à porter du orange et à participer à des événements dans votre communauté!

Unifor a demandé à l’artiste Haisla Nathan Wilson de créer un design pour notre t-shirt 2021 et le matériel pour les événements. Apprenez-en plus sur l’artiste et le design et placez votre commande en ligne à uniforstore.com

Il y a aussi une nouvelle affiche que vous pouvez imprimer et partager sur votre lieu de travail.

Où que vous soyez, vous pouvez montrer votre solidarité et défendre la réconciliation. Portez de l’orange, prenez une photo et partagez-la en ligne en utilisant les mots-clic #unifor et #chaqueenfantcompte. Envoyez vos photos à communications@unifor.org et nous les ajouterons à l’album national.

Merci de votre participation,

Jerry Dias
Président national d’Unifor

National Day for Truth and Reconciliation (Orange Shirt Day)

Dear members,

Next week on Thursday, September 30, Unifor members across Canada will be commemorating the National Day for Truth and Reconciliation (Orange Shirt Day) to honour the experiences of former students and survivors of the residential school system and to promote awareness about the residential school system and the harm it has had and continues to have on Indigenous communities.

We encourage you to wear orange and join events in your community!

Unifor commissioned Haisla artist Nathan Wilson to create a design for our 2021 t-shirt and event materials. Learn more about the artist and the design and place your order online at uniforstore.com

There is also a new poster for you to print and share around the workplace.

No matter where you are, you can show your solidarity and be an advocate for reconciliation. Wear orange, take a photo, and share online using the hashtags #unifor and #everychildmatters. Send your photos to communications@unifor.org and we’ll add them to the national album.

Thank you for your commitment,

Jerry Dias
Unifor National President


Joel Lebron Medrano

RIP

Exposition

Exposition

Complexe Pierrefonds
14370, boul. Pierrefonds
Pierrefonds
H9H 4R7Dimanche, 3 octobre 202110:00-12:00
14:00-21:00

Au lieu de fleurs … Make a donation in Joel’s Name


BULLETIN RCRI GIDIP BULLETIN




Membres à l’emploi d’Air Canada : les questions de salaire et de vacances sont au centre des préoccu
Air Canada Members: Pay and Vacation Issues Front and Centre

septembre 13, 2021 à 17:00
Beaucoup de nos membres récemment rappelés ont connu des écarts de salaire. Le syndicat, au niveau du district et du comité de négociation, a interpelé la compagnie dans sa gestion de ces problèmes. Nous n’acceptons pas l’explication selon laquelle les retards dans le traitement des corrections étaient simplement dus à un grand nombre de rappels. La compagnie doit réagir de toute urgence lorsqu’elle traite de questions monétaires qui affectent le gagne-pain de nos membres.

Le comité de négociation a identifié une importante source de confusion et a demandé à la compagnie, lors de la récente réunion syndicale-patronale au siège social, de fournir des informations facilement accessibles sur la « date de service corrigée ».

Cette information est essentielle pour calculer la progression salariale et pour que nos membres puissent s’assurer que le calcul est exact. Le syndicat suivra l’évolution de la situation et informera les membres dès que des mises à jour seront disponibles.

Bien que la compagnie ait indiqué que de nombreux problèmes de rémunération ont été réglés et qu’elle s’est engagée à procéder à des révisions complètes des taux et échelons de nos membres qui sont revenus de mise à pied jusqu’au 19 août, nous encourageons nos membres à continuer de signaler les erreurs à ECT avec une copie au syndicat. En raison de la nature privée et confidentielle de ces questions, elles doivent être traitées au cas par cas. Nous nous ferons une priorité de régler chaque cas rapidement.

Nos membres rappelés d’une mise à pied ont reçu un questionnaire sur les vacances en 2021. Après des demandes répétées du syndicat aux différents niveaux pour planifier les offres de vacances le plus tôt possible, la compagnie a finalement réalisé que cela devait être une priorité. Beaucoup d’entre vous ont demandé si la compagnie pouvait calculer au prorata le droit aux vacances. Conformément à l’article 14.02.04 de la convention collective, oui, elle le peut. Nous encourageons nos membres à exercer leurs options en fonction de leurs préférences.

Veuillez noter que l’appel d’offres régulier pour les vacances de 2022 aura lieu en novembre, comme d’habitude. D’autres informations seront communiquées dès qu’elles seront disponibles. Dans l’intervalle, veuillez vous assurer que vous vous êtes abonné au bulletin électronique à l’adresse suivante www.unifor2002.org

En toute solidarité,
Comité de négociation des membres chez Air Canada
Steve Murphy – région du Pacifique
Joanne Goulet – région de l’Ouest
David Peng – région du Centre
Benoit Lapointe – région de l’Est
Cheryl Robinson – région de l’Atlantique
Frances Galambosy – représentante nationale de service d’Unifor, secteur du transport aérien
Leslie Dias – directrice du secteur du transport aérien d’Unifor
Tammy Moore – présidente, section locale 2002 d’Unifor

September 13, 2021 at 5:00 PM
Many of our recently recalled members have experienced discrepancies in their pay. The union at the district and bargaining levels has engaged the company in its handling of such issues. We do not accept the explanation that delays in processing corrections were merely due to a large volume of recalls. The company must react with urgency when dealing with monetary issues that affect our members’ livelihood.

The bargaining committee identified a major area of confusion and asked the company at the recent Union-Management Headquarters Meeting to provide easily accessible information on ‘Adjusted Service Date’. This information is essential in calculating pay progression, and for our members to ensure the calculation is accurate. The union will monitor this development and report to the membership when updates are available.

Although the company indicated that many pay issues have been addressed, and committed to full reviews of rates/steps of our members who returned from layoff up until August 19, we encourage our members to continue reporting errors to ECT with a copy to the union. Due to the private and confidential nature of these issues, they are to be handled on a case-by-case basis. We will make it a priority to have each case settled soon.

Our members recalled from layoff have received a questionnaire on vacation within 2021. After repeated demands from the union to the different levels to plan the vacation bidding as soon as possible, the company finally realized that this needed to be a priority.   

Many of you have asked if the company can prorate the vacation entitlement? As per the Collective Agreement Article 14.02.04 yes, they can. We encourage our members to exercise your options based on your preference.

Please note the regular vacation bid for 2022 will be conducted in November as usual. Further information will be communicated as it becomes available. In the interim, please ensure that you have subscribed to e-news at www.unifor2002.org

In solidarity,
Air Canada Bargaining Committee
Steve Murphy – Pacific Region
Joanne Goulet – Western Region
David Peng – Central Region
Benoit Lapointe – Eastern Region
Cheryl Robinson – Atlantic Region
Frances Galambosy – Unifor National Service Representative, Airline Sector
Leslie Dias – Unifor Director, Airlines Sector
Tammy Moore – President Unifor Local 2002



Clinique de Cannabis Thérapeutique
Medical Cannabis Clinic

To: Unifor Active Members, Retired Members, and Eligible Dependants

Greetings,

You may or may not have heard that Unifor and Aleafia Health Inc. have launched a leading-edge partnership to provide union members with access to medical cannabis through Aleafia’s Canabo Medial Clinics. Aleafia is a leading medical cannabis clinic in Canada that services patients throughout the country in both official languages.

Recently, workers at Aleafia’s Canabo Medical Corporation call centre in Newfoundland joined Unifor, making Canabo the first unionized medical cannabis clinic in Canada.

Whether you have medical cannabis coverage or not, active and retired Unifor members and their eligible dependants are entitled to the discounts and benefits with Canabo. With Canabo, you have the added benefit of a 20% discount on medical cannabis products when approved by a physician.

Unifor National Representatives have begun working with locals and employers across the country to seek medical cannabis coverage in benefit plans.

Unifor members, eligible dependants and retirees may book an appointment to speak with a physician at Canabo Medical Clinics by visiting cmclinic.ca/unifor or by calling 1-888-507-7710. All appointments are fully covered by your provincial health insurance.

When using the benefits and coverage available from our relationship with Aleafia and Canabo, it remains your responsibility to ensure that you are adhering to your own workplace and employer policies regarding cannabis use. Members are advised to consult their doctor and to refer to their employer’s drug and alcohol policy to ensure compliance prior to utilizing medical marijuana therapy.

In solidarity,

Jerry Dias
National President


Un message de Jerry Dias, Président National d'Unifor

À : Membres actifs d’Unifor, membres retraités et personnes à charge admissibles

Bonjour,

Vous avez peut-être entendu dire qu’Unifor et Aleafia Health Inc. ont lancé un partenariat avant-gardiste pour permettre aux membres du syndicat d’avoir accès au cannabis thérapeutique par le biais des cliniques Canabo Medical d’Aleafia. Aleafia est une clinique de cannabis thérapeutique de premier plan au Canada qui offre des services aux patients dans tout le pays dans les deux langues officielles.

Récemment, les travailleuses et travailleurs du centre d’appels Canabo Medical Corporation à Terre-Neuve-et-Labrador se sont joints à Unifor, faisant de Canabo la première clinique de cannabis thérapeutique syndiquée au Canada.

Que vous déteniez ou non une couverture du cannabis thérapeutique, les membres actifs et retraités d’Unifor et leurs personnes à charge admissibles ont droit aux rabais et aux avantages offerts par Canabo. Grâce à Canabo, vous bénéficiez en plus d’un rabais de 20 % sur les produits de cannabis thérapeutique lorsqu’ils sont approuvés par un médecin.

Les représentantes et représentants nationaux d’Unifor ont commencé à collaborer avec les sections locales et les employeurs de tout le pays pour intégrer la couverture du cannabis thérapeutique aux régimes d’avantages sociaux.

Les membres d’Unifor, les personnes à charge admissibles et les membres retraités peuvent prendre un rendez-vous pour parler à un médecin dans les cliniques Canabo en visitant le site https://cmclinic.ca/unifor/ ou en composant le 1-888-507-7710. Tous les rendez-vous sont entièrement couverts par votre régime d’assurance-maladie provincial. Veuillez noter que le site Web d’Aleafia n’est présentement disponible qu’en anglais. Cependant, la clinique offre des rendez-vous et des services en anglais et en français.

Lorsque vous utilisez les avantages et la couverture offerts grâce à notre relation avec Aleafia et Canabo, il vous incombe de vous assurer que vous respectez les politiques de votre milieu de travail et de votre employeur concernant la consommation de cannabis. Nous invitons les membres à consulter leur médecin et à se reporter à la politique de leur employeur en matière de drogues et d’alcool pour s’assurer qu’ils s’y conforment avant de recourir à la thérapie par le cannabis thérapeutique.

En toute solidarité,

Jerry Dias
Président national




Message from the President of Unifor 2002
Message de la présidente de la section locale 2002 d’Unifor
There is no denying that this past year has been particularly difficult as we continue to manoeuvre through the uncertainties of COVID-19. However, we need to remain optimistic that we will come through this pandemic soon. We can rejoice as the aviation sector recovers and our colleagues return to work from layoff. But this has also meant learning of government legislation that push employers to create their own vaccination policies which may impact you.

The recent announcement of mandatory vaccination policies (or “mandates”) is unchartered territory for everyone involved; government, employers, unions and workers. The federal government is implementing mandatory vaccinations for federally regulated sectors including the workers and passengers in both the aviation and rail sectors. This means that many Unifor Local 2002 members will be affected and are now having to take part in some difficult discussions.

Your Local 2002 leadership will be there to support members, regardless of their opinions on the issue of mandatory vaccinations (per the members’ respective employer). Unifor’s legal department has advised that the implementation of mandatory vaccination policies is not violating individuals’ human rights. Additionally, the Canadian Charter of Rights and Freedoms is not relevant to this issue as the mandate pertains to private employer(s) policies; the Charter only applies to government action. Mandatory vaccination policies are being rolled out by employers as a safety issue for you, your fellow workers and customers.

If the company you are employed with is implementing mandatory vaccinations with deadlines, members who do not comply with policy deadlines should expect repercussions from the employer. Your union will stand up for each member who cannot (or will not) comply with a mandatory vaccine policy, and the union will advocate for alternative solutions. Unfavourable legal opinion will not prevent us from fighting for each and every member.

We have made it this far together. This mandate is very divisive and we need to continue to support each other and work together to get through the reminder of the pandemic. The only way that we can be successful is to listen to each other and be respectful, even when we have opposing views and opinions.

We are in this together.  


  In Solidarity, Tammy Moore
President, Unifor Local 2002   
LE 07 SEPTEMBRE 2021
Il est indéniable que l’année écoulée a été particulièrement difficile, alors que nous continuons à naviguer à travers les incertitudes de la COVID-19. Cependant, nous devons rester optimistes et croire que nous sortirons bientôt de cette pandémie. Nous pouvons nous réjouir de la reprise du secteur de l’aviation et du retour au travail de nos collègues après une mise à pied. Mais cela a aussi été l’occasion d’apprendre la législation gouvernementale qui pousse les employeurs à créer leurs propres politiques de vaccination, ce qui a éclipsé la fête du Travail.


L’annonce récente de politiques de vaccination obligatoire (ou mandats) est un terrain inconnu pour toutes les parties concernées : gouvernement, employeurs, syndicats et travailleurs. Le gouvernement fédéral met en place des vaccinations obligatoires pour les secteurs sous réglementation fédérale, y compris pour les travailleuses et travailleurs et les passagers des secteurs de l’aviation et du transport ferroviaire. De nombreux membres de la section locale 2002 d’Unifor seront touchés et ils doivent maintenant prendre part à des discussions difficiles.

Les dirigeantes et dirigeants de la section locale 2002 seront là pour soutenir les membres, quelle que soit leur opinion sur la question des vaccinations obligatoires (selon l’employeur respectif des membres). Le Service juridique d’Unifor a indiqué que la mise en œuvre des politiques de vaccination obligatoire ne viole pas les droits de la personne. De plus, la Charte canadienne des droits et libertés n’est pas pertinente à cette question puisque le mandat concerne les politiques d’un employeur privé; la Charte ne s’applique qu’aux mesures gouvernementales. Les politiques de vaccination obligatoire sont mises en place par les employeurs pour votre sécurité, celle de vos collègues de travail, de vos clients et du public en général.

Si la compagnie pour laquelle vous travaillez met en place des vaccinations obligatoires avec des échéances, les membres qui ne respectent pas ces échéances doivent s’attendre à des répercussions de la part de l’employeur. Votre syndicat défendra chaque membre qui ne peut (ou ne veut) pas se conformer à une politique de vaccination obligatoire, et le syndicat préconisera des solutions alternatives. Un avis juridique défavorable ne nous empêchera pas de nous battre pour chaque membre.

C’est ensemble que nous avons réussi à traverser cette pandémie. Ce mandat est très diviseur et nous devons continuer à nous soutenir mutuellement et à travailler ensemble pour surmonter le rappel de cette pandémie. La seule façon de réussir est de s’écouter les uns les autres et de faire preuve de respect, même lorsque nous avons des points de vue et des opinions opposés.

Nous sommes tous unis.   

En toute solidarité, Tammy Moore
Présidente, section locale 2002 d’Unifor   

Membres chez Air Canada: le champ d’application du travail n’est pas à vendre
Air Canada Members: Scope work is not for sale

septembre 7, 2021 à 15:45

Unifor est au courant qu’Air Canada a approché des membres récemment retraités et leur a offert un contrat temporaire, les chargeant de répondre aux demandes de renseignements au service d’assistance des aéroports. Il est décevant que la compagnie se soit comportée de cette manière. Plutôt que d’approcher le syndicat en premier, la direction a décidé d’approcher certains retraités de manière sournoise, créant ainsi de l’anxiété parmi les membres actuels.

Le travail dévolu à l’unité de négociation ne sera pas compromis ou partagé à cause du manque de planification de la direction. Au cours des dernières semaines, les violations du champ d’application se sont multipliées alors que la compagnie se livre à une gestion de panique. Le syndicat a déposé des dizaines de griefs en l’espace de quelques semaines.

Dans un autre ordre d’idées, merci à tous nos membres qui ont été vigilants sur les questions de la juridiction du travail. Lorsque vous utilisez le service d’assistance de l’aéroport pour l’une des options couvertes par du personnel non syndiqué, n’oubliez pas que vous ne devez pas les laisser effectuer des transactions réelles en suivant leurs instructions. Vous devrez gérer ces transactions de votre côté, comme les transferts liés à des perturbations, la clôture d’un dossier, etc.

Les appels au service d’assistance sur la billetterie, les tarifs et TIMATIC doivent être traités par des membres de notre unité de négociation au Canada. Veuillez demander à qui vous parlez et signaler au syndicat si vos appels sur ces sujets sont pris par des employés aux États-Unis, car ils sont représentés par IBT (les Teamsters). Ils ne font pas partie de notre unité de négociation; par conséquent, cela constitue quand même une violation du champ d’application.

Unifor a mis Air Canada en demeure de cesser immédiatement cette pratique et de mettre fin à la sous-traitance de notre travail. Nous protégerons et maintiendrons la juridiction de notre travail par tous les moyens à notre disposition. Nous ne reculerons pas.

En toute solidarité,
Comité de négociation Air Canada
Steve Murphy – région du Pacifique
Joanne Goulet – région de l’Ouest
David Peng – région du Centre
Benoit Lapointe – région de l’Est
Cheryl Robinson – région de l’Atlantique
Frances Galambosy – représentante nationale de service d’Unifor, secteur du transport aérien
Tammy Moore – présidente de la section locale 2002 d’Unifor

Air Canada Members: Scope work is not for sale

September 7, 2021 at 3:44 PM

Unifor is aware that Air Canada has reached out to recently retired members and offered them a temporary contract, instructing them to respond to queries at the airport help desk.  It is disappointing that the company has behaved in this manner. Rather than approaching the union first, the management decided to approach some retirees underhandedly, creating anxiety among current members.  

Scope work will not be compromised or shared because of management’s lack of planning. Over the last few weeks, scope violations have been mounting as the company engages in panic management. The union has filed dozens of grievances in a matter of weeks.

On another note, thanks to all our members who have been vigilant about scope issues. When you use the airport help desk for one of the options covered by non-union staff, please be mindful that you must not let them perform actual transactions while following their instructions. You will handle these transactions on your end, such as disruption transfers, ending a file, etc.

Calls made to the help desk on ticketing, rates, and TIMATIC must be handled by members in our bargaining unit in Canada.  Please ask whom you are speaking to and report to the union if your calls on these matters are taken by employees in the US as they are represented by IBT (Teamster’s Union). They are not part of our bargaining unit; therefore, it still constitutes a scope violation.

Unifor has put Air Canada on notice to cease and desist this practice immediately and to stop the contracting out of our work. We will guard and maintain our scope of work with all avenues available to us. We will not back down.

In solidarity,
Air Canada Bargaining Committee
Steve Murphy – Pacific Region
Joanne Goulet – Western Region
David Peng – Central Region
Benoit Lapointe – Eastern Region
Cheryl Robinson – Atlantic Region
Frances Galambosy – Unifor National Service Representative, Airline Sector
Tammy Moore – President Unifor Local 2002


The Federal elections is around the corner. Make sure you go out and vote.

Send a text to join the voting campaign!          1 833 554 1656    TYPE     YES

Here are some interesting links:

https://www.elections.ca/content2.aspx?section=vote&document=index&lang=e

https://www.unifor2002.org/Services-Departments/Political-Action-Committee

Il est important que nous votions tous aux prochaines élections fédérales.

Envoyez un SMS pour rejoindre la campagne de vote ! 1 833 554 1656    TAPER     OUI

Je joins quelques liens utiles:

https://www.elections.ca/content2.aspx?section=vote&document=index&lang=f

https://www.unifor2002.org/Services-Departments/Political-Action-Committee?lang=fr-ca


Déclaration de la section locale 2002 d’Unifor concernant la vaccination obligatoire sur les lieux de travail

Unifor Local 2002 Statement on mandatory vaccination in the workplaces

August 26, 2021 at 8:45 AM
Despite significant progress made in Canada’s campaign to stop the spread of COVID-19 over recent months, including nearly three-quarters of eligible people being fully vaccinated, the country is staring down a fourth wave of the virus. Despite its promising start to vaccination, Canada is far from ending the COVID-19 crisis. National case counts and death tolls continue to climb. 

Sadly, this comes as little surprise. Epidemiologists the world over continue to warn that until vaccines reach a critical mass of people, globally, variants will spread – evolving into more highly transmissible and potentially deadlier strains. 

Unifor Local 2002, continues to encourage all of our members across Canada to get vaccinated to protect themselves, their coworkers, their families, and their communities.  Maintaining the health and safety of our members and the travelling public is a top priority.  Unifor members have a right to be safe at work, and our union must uphold that right. This is of paramount importance to our union. Of course, any such mandate must accommodate for legitimate health exemptions, address personal privacy and data protection issues and uphold relevant human rights statutes – not unlike existing mandatory vaccine measures employed in Canada.

The federal government announced on August 13 that COVID-19 vaccinations would be mandatory for federal employees and those working in federally regulated industries, including the aviation sector no later than the end of October.   Transport Minister Omar Alghabra also announced that the vaccination requirement will also extend to certain travelers.  This includes all commercial air travelers,” his office said in a statement.

Unifor’s Legal Position
Individuals have the right to choose to be vaccinated, but employers have also always had a right to enact reasonable workplace rules. Accordingly, if someone declines vaccination which is their right, and an employer mandates it, which is also their right, and if a decision-maker agrees it was a reasonably necessary measure to keep others safe, including coworkers and the public. Subject to accommodation for documented health and religious exceptions, the worker declining to abide by the policy will likely face consequences, up to and including termination.

The Union is in agreement that these announced measures are crucial as health and safety requirements to protect each other in the workplace. Science and legal opinions we have received support that position.
Local 2002 will also engage with employers to continue to protect the health, safety, and rights of our members. Employers must also ensure that any mandatory vaccine policies, advanced screening, testing, and other measures have input from Unifor. 

Our union expects employers to adhere to and uphold collective agreement language, where applicable, and collaborate with us on establishing appropriate processes as well as organizing mandatory information sessions for workers. Our union will continue working to ensure members have clearly defined safety protocols and sufficient access to PPE.

Unifor commits to relentlessly championing progressive, practical, principled, and science-based policies to get Canada through this pandemic and facilitate a safe return to work in the spirit of building a fair, resilient, and inclusive economy.

This has been an especially challenging year for everyone in all sectors, but particularly in our aviation sector.  It is our collective responsibility to keep each other safe.

In Solidarity,
Tammy Moore
President-Unifor Local 2002

août 26, 2021 à 08:45
En dépit des progrès significatifs réalisés ces derniers mois dans la campagne canadienne visant à stopper la propagation de la COVID-19, notamment la vaccination complète de près des trois quarts des personnes admissibles, le pays est confronté à une quatrième vague du virus. Malgré le début prometteur de la vaccination, le Canada est loin d’avoir mis fin à la crise de la COVID-19. Le nombre de cas et le nombre de décès à l’échelle nationale continuent de grimper. Malheureusement, cela n’est guère surprenant. Les épidémiologistes du monde entier continuent d’avertir que tant que les vaccins n’auront pas atteint une masse critique de personnes, les variants se propageront dans le monde entier, évoluant vers des souches plus hautement transmissibles et potentiellement plus mortelles.

La section locale 2002 d’Unifor continue d’encourager tous ses membres à travers le Canada à se faire vacciner pour se protéger, protéger leurs collègues, leurs familles et leurs communautés. Le maintien de la santé et de la sécurité de nos membres et du public voyageur est une priorité absolue. Les membres d’Unifor ont le droit d’être en sécurité au travail, et notre syndicat doit faire respecter ce droit. C’est d’une importance capitale pour notre syndicat.

Bien entendu, tout mandat de ce type doit tenir compte des exemptions légitimes pour raisons de santé, aborder les questions de protection de la vie privée et des données et respecter les lois pertinentes sur les droits de la personne – tout comme les mesures de vaccination obligatoire en vigueur au Canada.

Le gouvernement fédéral a annoncé le 13 août que la vaccination contre la COVID-19 serait obligatoire pour les employés fédéraux et ceux qui travaillent dans des industries sous réglementation fédérale, y compris le secteur de l’aviation, au plus tard à la fin octobre. Le ministre des Transports, Omar Alghabra, a également annoncé que l’obligation de vaccination s’étendrait à certains voyageurs. Cela inclut « tous les voyageurs aériens commerciaux », a déclaré son bureau dans un communiqué.

Position légale d’Unifor
Les individus ont le droit de choisir de se faire vacciner, mais les employeurs ont également toujours eu le droit d’adopter des règles raisonnables sur le lieu de travail. Par conséquent, si une personne refuse la vaccination, ce qui est son droit, et qu’un employeur l’impose, ce qui est également son droit, et si un décideur convient qu’il s’agit d’une mesure raisonnablement nécessaire pour assurer la sécurité des autres, y compris celle des collègues et du public, sous réserve d’un accommodement pour des exceptions documentées en matière de santé et de religion, le travailleur qui refuse de se conformer à la politique s’expose à des conséquences pouvant aller jusqu’au licenciement.

Le syndicat est d’accord pour dire que ces mesures annoncées sont cruciales en tant qu’exigences de santé et de sécurité pour se protéger mutuellement sur le lieu de travail. Les avis scientifiques et juridiques que nous avons reçus appuient cette position.

La section locale 2002 s’engagera également auprès des employeurs pour continuer à protéger la santé, la sécurité et les droits de ses membres. Les employeurs doivent également s’assurer que toute politique de vaccination obligatoire, tout dépistage anticipé, tout test et toute autre mesure bénéficient de la participation d’Unifor. 

Notre syndicat s’attend à ce que les employeurs respectent et fassent respecter le libellé de la convention collective, le cas échéant, et qu’ils collaborent avec nous à l’établissement de processus appropriés ainsi qu’à l’organisation de séances d’information obligatoires pour les travailleuses et travailleurs. Notre syndicat continuera à travailler pour s’assurer que les membres ont des protocoles de sécurité clairement définis et un accès suffisant aux EPI.

Unifor s’engage à défendre sans relâche des politiques progressistes, pratiques, fondées sur des principes et des données scientifiques, afin de permettre au Canada de traverser cette pandémie et de faciliter un retour au travail en toute sécurité, dans l’esprit de bâtir une économie équitable, résiliente et inclusive.

Cette année a été particulièrement difficile pour tout le monde, dans tous les secteurs, mais surtout dans notre secteur de l’aviation. Il est de notre responsabilité collective de veiller à la sécurité de chacun.

En toute solidarité,
Tammy Moore
Présidente, section locale 2002 d’Unifor


Air Canada CSSA Members: Recalled Members and Pay Issues

Membres AVSC, Air Canada: membres rappelés au travail et problèmes de salaire

août 26, 2021 à 14:30
Nos membres récemment rappelés au travail ont retrouvé des lieux de travail très différents, en raison de la pandémie, mais ils sont reconnaissants d’avoir été rappelés et sont impatients de soutenir les clients dans leurs projets de voyage.

Cela dit, nous avons entendu des membres dire que le taux de rémunération auquel ils retournent n’est peut-être pas exact. La procédure normale consiste à contacter l’équipe d’assistance aux employés pour que le taux de rémunération soit corrigé, le cas échéant.

Cependant, les réponses que certains membres ont reçues semblaient incomplètes ou incorrectes et les ont laissés avec encore plus de questions. Bien que les mises à pied survenues au cours des derniers mois compliquent le calcul des augmentations salariales, tous les membres doivent être payés correctement comme le stipule notre convention collective.

Le comité de négociation d’Unifor a convoqué une réunion avec Air Canada cette semaine afin de s’assurer que nos membres reçoivent toute l’information à laquelle ils ont droit et que toute erreur potentielle soit corrigée en temps opportun.

Pour le moment, nous attendons toujours les réponses finales de la compagnie sur cette question. Nous vous communiquerons à nouveau des mises à jour dès que nous les recevrons. 

En toute solidarité,
Comité de négociation Air Canada
Steve Murphy – région du Pacifique
Joanne Goulet – région de l’Ouest
David Peng – région du Centre
Benoit Lapointe – région de l’Est
Cheryl Robinson – région de l’Atlantique
Frances Galambosy – représentante nationale de service, secteur du transport aérien d’Unifor
Tammy Moore – présidente, section locale 2002 d’Unifor

August 26, 2021 at 2:30 PM
Our recently recalled members have returned to very different workplaces, as a result of the pandemic, but are grateful to have been recalled and are eager to support our customers with their travel plans.

That said, we have heard from members that the rate of pay they are returning to may not be correct. The normal process is to contact the Employee Care Team for the rate of pay to be corrected if need be. However, the answers some members have received seemed incomplete or incorrect and left them with even more questions. Though the layoffs that occurred over the past months are complicating the wage increase calculations, all members need to be paid the correctly as stipulated in our collective agreement.

The Unifor Bargaining Committee has called for a meeting with Air Canada this week in order to make sure our members get all of the information they are entitled to and that any potential mistakes be corrected in a timely manner.

At this moment, we are still waiting for final answers from the company on this issue. We will communicate with you again with updates as we receive them. 

In Solidarity,
Air Canada Bargaining Committee
Steve Murphy – Pacific Region
Joanne Goulet – Western Region
David Peng – Central Region
Benoit Lapointe – Eastern Region
Cheryl Robinson – Atlantic Region
Frances Galambosy – Unifor National Service Representative, Airline Sector
Tammy Moore – President Unifor Local 2002



Deadline fast approaching for GHO/VPP

La date limite pour postuler au GHO/VPP approche à grands pas


 ATTENTION ALL MEMEBERS RETURNING FROM A LEAVE

Pension plan service buyback and payback of contributions are possible within the 90days of your return .

For  more information go

HX CONNEX

1  Policies and  Forms

2  My Benefits

3  Time Away from Work

4  Select the appropriate leave

ATTENTION À TOUS LES MEMBRES DE RETOUR DE CONGÉ.

Le rachat de service au régime de retraite et le remboursement des cotisations sont possibles dans les 90 jours suivant votre retour.

Pour plus d’informations, allez

HX CONNEX

1  Politique et formulaire

2  Mes avantages

3  Absences du travail

4  Sélectionner le congé qui vous applique


Félicitation / Congratulation Tammy

MESSAGE DE BENOIT ……… MESSAGE FROM BENOIT

Message from Bargaining :

Bonjour tout le monde,

Nous avons reçu plusieurs questions concernant les ouvertures qui ont été déclarées par la compagnie à l’aéroport de YUL ces derniers jours. Nous aimerions vous rappeler le processus lorsqu’il y a de telles ouvertures dans un lieu donné.

Par exemple, si les ouvertures de postes sont déclarées pour l’aéroport YUL et que tous les membres ont étés rappelés au travail pour la base de Montréal, les ouvertures seront d’abord comblées par la liste de demande de mutation par ancienneté pour ceux et celles qui ont une demande valide en attente.

J’espère que cela répond à vos questionnements. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin de plus de précisions.

Benoit

————————————–

Hello everyone,

We have received many questions about the latest YUL Airport openings declared by the company. We would like to remind you about the process when such openings occur in a specific location.

For example, if the openings are all declared at YUL Airport and that all members have been recalled in the Montréal base, the openings will be first filled by the transfer request list, by seniority for those who have a valid one.

I hope that answers your questions. If you need any more clarification, do not hesitate to reach us.

Benoit



Congratulations butterfly Animated Gifs

Judith Portelance

Judith Portelance
Email: judith@unifor2002.org
514-422-4244
1-855-252-8076

Judith sera la nouvelle intervenante auprès des femmes à partir du 1er août.

Judith will be our new women advocate as of August 1.

Air Canada: Vacancy for (1) Bilingual Women’s Advocate position – Eastern Region
Air Canada: Un (1) poste vacant d’intervenante bilingue auprès des femmes – Région de l’Est

Air Canada: Un (1) poste vacant d’intervenante bilingue auprès des femmes – Région de l’Est

juin 21, 2021 à 08:33
La section locale 2002 d’Unifor cherche à combler un poste vacant d’intervenante bilingue auprès des femmes d’Air Canada dans la région de l’Est. Le poste d’intervenante auprès des femmes de la section locale 2002 d’Unifor est un poste négocié dans la convention collective avec Air Canada.

L’intervenante auprès des femmes offre des services de références sur des questions comme l’agression sexuelle, la violence familiale, la prévention du suicide, la dépression, la grossesse, le stress, la séparation et le divorce. Le rôle de l’intervenante auprès des femmes est d’écouter et de fournir un soutien, d’offrir de l’information et des ressources appropriées.

Les personnes intéressées à postuler pour le poste d’intervenante auprès des femmes d’Unifor chez Air Canada doivent soumettre un curriculum vitae et une lettre de présentation décrivant leur expérience particulière et les raisons de postuler pour le poste au plus tard le lundi 5 juillet 2021, à 13 h (HNE).
Veuillez envoyer votre CV par courrier, télécopie ou courriel, accompagné d’une lettre de motivation, à l’adresse suivante:
Section locale 2002 d’Unifor
Poste d’intervenante bilingue auprès des femmes chez Air Canada – Région de l’Atlantique
Attention: 
Kerry Turner
7015 Tranmere Drive, Unité 5 Mississauga (Ontario) L5S 1M2
Téléc.: (905) 678-0100/ (866) 635-5956
Courriel: kerry@unifor2002.org

Le mandat sera d’une durée de trois ans et débutera le 1er août 2021. La candidate retenue devra suivre une formation initiale de base de 40 heures et une séance annuelle de recyclage. La personne retenue relèvera de la présidente de la section locale 2002 d’Unifor.

Pour le libellé spécifique concernant le poste d’intervenante auprès des femmes, veuillez vous référer à l’article ci-dessous:

2018-07-11Womens_Ad_French.jpg
Article: 19.13 INTERVENANTE AUPRÈS DES FEMMES
19.13.01 La Société reconnaît qu’il arrive que des employés soient aux prises, dans leur vie personnelle, avec des situations de violence ou d’abus qui peuvent se répercuter sur leur assiduité ou leur rendement au travail. C’est pourquoi la Société et le Syndicat s’entendent sur le fait que, sur attestation d’un professionnel reconnu (par exemple médecin, avocat, conseiller diplômé), l’employé qui se trouve dans une situation d’abus ou de violence ne sera pas passible de mesures disciplinaires si l’absence peut être reliée à cette situation. Les absences qui ne sont pas couvertes par les congés de maladie ou le régime collectif de protection de revenu en cas d’invalidité seront des congés autorisés non rémunérés.

19.13.02 La Société et le Syndicat reconnaissent que des employées peuvent parfois avoir besoin de parler avec une autre femme de sujets tels que la violence ou l’abus à la maison ou le harcèlement au travail. C’est pourquoi les parties conviennent de reconnaître le rôle d’une personne désignée pour faire fonction d’intervenante auprès des femmes au travail dans chacune des cinq (5) régions du pays. L’intervenante auprès des femmes dans la région Est doit être bilingue.

19.13.03 Chaque intervenante auprès des femmes est désignée, d’un commun accord entre la Société et le Syndicat, parmi les membres féminines de l’unité de négociation Unifor-Air Canada qui sont recommandées par Unifor, compte tenu des compétences, de l’expérience et des aptitudes des candidates. L’intervenante auprès des femmes rencontre des membres féminines au besoin, discute des problèmes avec elles et les dirige vers un organisme approprié, au besoin.

19.13.04 La Société convient de garantir à l’intervenante auprès des femmes deux (2) heures par semaine de congé autorisé payé par la Société pour accomplir ses tâches. Le moment où l’intervenante est libérée de ses fonctions est convenu entre l’intervenante auprès des femmes et son supérieur dans les deux (2) semaines suivant l’attribution de son horaire. Tous les efforts seront déployés pour s’assurer que l’heure choisie pour libérer l’employée de ses fonctions a le moins de répercussions possible sur l’exploitation.

19.13.05 Si des problèmes particuliers relevant des fonctions de l’intervenante auprès des femmes exigent plus que les deux (2) heures par semaine de congé autorisé garanti, l’intervenante doit demander au préalable au directeur – Relations du travail l’autorisation d’être libérée de ses fonctions pour une plus longue période.

19.13.06 La Société convient de donner à chaque intervenante auprès des femmes accès à une ligne téléphonique confidentielle qui est réservée à ses tâches. Si une employée demande à rencontrer en personne l’intervenante auprès des femmes, la Société fera de son mieux pour donner accès à un bureau fermé de façon à assurer la confidentialité de l’entretien.

19.13.07 La Société et le Syndicat élaboreront des communications appropriées afin d’informer les employés du rôle de défenseur de l’intervenante auprès des femmes et fourniront le numéro de la ligne téléphonique confidentielle.

19.13.08 Chaque intervenante auprès des femmes participe à un programme de formation initial de quarante (40) heures organisé par Unifor et à un programme de revalidation annuel de trois (3) jours.

Air Canada: Vacancy for (1) Bilingual Women’s Advocate position – Eastern Region

June 21, 2021 at 8:33 AM
Unifor Local 2002 is seeking to fill a vacancy for the Air Canada-Bilingual Women’s Advocate position in the Eastern Region. The Unifor Local 2002 Women’s Advocate is a negotiated position in the collective agreement with Air Canada.

The Women’s Advocate provides referrals on issues such as sexual assault, domestic violence, suicide prevention, depression, pregnancy, stress, separation, and divorce. The role of the Women’s Advocate is to listen and provide support, offer information and appropriate resources.

Individuals interested in applying for the Unifor Air Canada Women’s Advocate position are to submit a resume and cover letter outlining their particular experience and reasons for applying for the position no later than Monday, July 5, 2021, at 13:00 EST.
Please mail, fax, or email your resume along with a cover letter to:Unifor Local 2002
Air Canada Bilingual Women’s Advocate Position –
 Atlantic Region
Attention: 
Kerry Turner
7015 Tranmere Drive, Unit 5 Mississauga, ON L5S 1M2
Fax: (905) 678-0100/ (866) 635-5956
Email: kerry@unifor2002.org

The term of office will be for three years beginning on August 1st, 2021. The successful candidate will be required to attend an initial 40-hour basic training session and a yearly refresher session. The successful candidate will report to the President of Unifor Local 2002.

For specific language regarding the women’s advocate position, please refer to the following article below:

Article: 19.13 WOMEN’S ADVOCATE
19.13.01 The Company agrees to recognize that employees sometimes face situations of violence or abuse in their personal life that may affect their attendance or performance at work. For that reason, the Company and the Union agree, when there is adequate verification from a recognized professional (i.e. doctor, lawyer, registered counselor), an employee who is in an abusive or violent situation will not be subjected to discipline if the absence can be linked to the abusive or violent situation. Absences that are not covered by sick leave or disability insurance will be granted as absent with permission without pay.

19.13.02 The Company and the Union recognize that female employees may sometimes need to discuss with another woman, matters such as violence or abuse at home or events in the workplace. For this reason, the parties agree to recognize the role of a female member to be the Women’s Advocate in each of the five (5) regions of the Country. The Women’s Advocate in the eastern region must be bilingual.

19.13.03 Each Women’s Advocate will be designated, by joint agreement by the Company and the Union, from within the female members of the Unifor / Air Canada bargaining unit that are recommended by the Unifor, based upon the candidate’s qualifications, experience, and aptitudes. The Women’s Advocate will meet with female members as required, discuss problems with them and refer them to the appropriate agency when necessary.

19.13.04 The Company agrees to provide the Women’s Advocate with a guarantee of two (2) hours per week of Company-paid release time in order to perform her duties. The time of the release from duties will be mutually agreed upon between the Women’s Advocate and her manager within two (2) weeks following the awarding of her schedule. Every effort will be made in order to ensure that the time of the release has the least impact upon operations.

19.13.05 If more than the two (2) hours per week of guaranteed release time is required to address particular issues that fall within the duties of the Women’s advocate, the Women’s Advocate must seek prior approval for an additional released time from the Director of Labour Relations.

19.13.06 The Company agrees to provide each Women’s Advocate with access to a confidential phone line to be used exclusively for the duties of the Women’s Advocate. When a female member requests a meeting in person with the Women’s Advocate at a Company location, the Company will make its best effort to provide access to a private office so that confidentiality can be maintained when a female employee is meeting with the Women’s Advocate.

19.13.07 The Company and the Union will develop appropriate communications to inform employees about the advocacy role of the Women’s Advocate and provide the contact number for the confidential phone line.

19.13.08 Each Women’s Advocate will participate in an initial 40-hour training program organized by Unifor and an annual three-day update-training program.

Merci Rosa … Thanks You

Je la remercie de son travail acharné et de son accueil. Vous nous manquerez. Enjoy your new adventure AU REVOIR


Canada Day and Reconciliation
Fête du Canada et réconciliation

Consœurs, confrères et amis,

Le Mois national de l’histoire autochtone a été sans précédent. L’annonce, le 24 juin, de la découverte des restes de 751 enfants sur le site de l’ancien pensionnat indien situé sur le territoire des Cowessess en Saskatchewan a amplifié les demandes de recherches sur d’autres sites à la grandeur du pays.

Les sections locales d’Unifor se demandent ce qu’elles peuvent faire pour soutenir leurs membres en deuil et les communautés autochtones voisines.

Bien qu’il n’y ait aucune solution facile pour effacer le génocide culturel, ainsi que la douleur et le traumatisme intergénérationnels qu’il cause encore aujourd’hui, Unifor fait partie du mouvement pour la vérité, la justice et la réconciliation. Maintenir cette question au programme politique national est une priorité absolue.

Nous demandons aux membres d’Unifor de transformer leur colère en action.
  

  1. Portez un chandail de couleur orange le jour de la fête du Canada. Lancée en 2013 par Phyllis Jack Webstad, une survivante des pensionnats indiens, l’initiative des chandails orange est devenue un symbole pour honorer les survivants des pensionnats indiens.
      
  2. Partagez les lignes d’écoute téléphonique ouvertes tous les jours, 24 heures sur 24.
    a. Ligne d’écoute téléphonique de Résolution des questions de pensionnats indiens :
    1-866-925-4419
    b. Ligne de soutien pour les femmes et filles autochtones disparues et assassinées :
    1-844-413-6649
    c. Ligne d’écoute d’espoir pour le mieux-être :
    1-855-242-3310
      
  3. Unifor appuie les 94 recommandations émises par la Commission de vérité et de réconciliation. Elles constituent un appel urgent à l’action pour que le gouvernement et les organisations prennent des mesures concrètes pour régler de nombreuses questions en suspens comme la protection des langues et des cultures autochtones, l’éducation et la justice pour les victimes de violence dans les pensionnats indiens. Communiquez avec votre député(e) et exigez qu’il soit un fervent défenseur des 94 appels à l’action au sein de son caucus et auprès du gouvernement.
      
  4. Le Service de l’éducation d’Unifor participe au programme de formation en matière de sécurité San’yas Indigenous Cultural Safety Training. Cette formation favorise un climat qui reconnaît et respecte l’histoire unique des peuples autochtones afin de fournir des soins et des services appropriés de manière équitable et sûre, sans discrimination. Pour savoir comment votre section locale peut participer, écrivez-nous à l’adresse education@unifor.org.
      
  5. Faites un don à l’Indian Residential School Survivors Society.
      
  6. Encouragez le soutien aux organisations, programmes ou initiatives locaux et régionaux dans le cadre d’activités de réconciliation avec les peuples autochtones.

Faites tout votre possible pour amplifier les voix autochtones dans votre communauté.

Quelle que soit l’action que vous entreprendrez, n’oubliez pas de partager vos activités avec le bureau national et dans les médias sociaux afin que d’autres suivent notre exemple et fassent leur part pour favoriser la réconciliation.

En toute solidarité,

Jerry Dias
Président d’Unifor

Dear Sisters, Brothers and Friends,

This has been a National Indigenous History Month like no other. The June 24 announcement of the confirmation of the remains of 751 children at the former residential school site on Cowessess territory in Saskatchewan has further amplified the calls for searches at other sites across the country.

Unifor locals are asking what they can do to support grieving members and nearby Indigenous communities.

While there are no easy answers to undoing cultural genocide and intergenerational pain and trauma it causes to this day, Unifor is part of the movement for truth, justice, and reconciliation. Keeping this on the national political agenda is a top priority.

We’re asking Unifor members to translate anger into action:
  

  1. Wear orange on Canada Day. Started by residential school survivor Phyllis Jack Webstad in 2013, orange shirts have become a symbol to honour survivors of residential schools.
      
  2. Share these 24/7 helplines:
    a. National Indian Residential School Crisis Line:
    1-866-925-4419
    b. Missing and murdered Indigenous Women and Girls Support Line:
    1-844-413-6649
    c. Hope for Wellness Help Line and Chat:
    1-855-242-3310
      
  3. Unifor supports the 94 recommendations issued by the Truth and Reconciliation Commission. They are an urgent call to action for government and organizations to take meaningful action on a many outstanding issues, ranging from protecting language and culture to education to ensuring justice for the victims of residential school violence. Contact your Member of Parliament and demand they be a vocal supporter of the 94 Calls to Action within their caucus and to government.
      
  4. Unifor’s Education Department has a relationship with San’yas Indigenous Cultural Safety Training. This training fosters a climate that recognizes and respects the unique history of Indigenous peoples to provide appropriate care and services in an equitable and safe way, without discrimination. To find out how your local can participate, please contact education@unifor.org
      
  5. Donate to the Indian Residential School Survivors Society.
      
  6. Encourage support for local and regional organizations, programs or initiatives to engage in active reconciliation with Indigenous people.

With all your efforts, please amplify Indigenous voices in your community.

Whichever action you take, please share your work with the National Office and on social media so others can follow our example to do their part in reconciliation.

In solidarity,

Jerry Dias
President



Processus de rappel simplifié pour les membres d’Air Canada

Simplified Recall Process for members at Air Canada

juin 29, 2021 à 11:00

Air Canada a acquis un nouveau logiciel qui simplifiera le processus de rappel. L’employeur fait présentement l’essai du nouveau logiciel, qui est semblable à son processus actuel de programme d’achat de vacances. Les principes fondamentaux du processus de rappel ne changent pas.

Une fois que vous aurez reçu votre avis de rappel potentiel, l’employeur vous informera par téléphone que vous devez vous attendre à recevoir un courriel par le biais de votre adresse électronique d’Air Canada. Vous devez répondre dans un délai de 72 heures de la réception du courriel de l’employeur.

Grâce à l’automatisation, il n’est plus nécessaire d’imprimer, de signer et de scanner les formulaires pour les renvoyer. Il vous suffit de faire vos choix et le système les enregistrera et enverra automatiquement votre réponse au service approprié. Une fois que c’est fait, vous recevrez un accusé de réception de votre transaction. Si vous ne recevez pas « l’avis d’exécution » ou rencontrez des difficultés, communiquez immédiatement avec votre représentant(e) du comité de négociation. Les numéros de téléphone et les adresses électroniques sont indiqués ci-dessous.

En toute solidarité,

Votre comité de négociation d’Air Canada

RÉGION DU PACIFIQUE
Steve Murphy
steve@unifor2002.org
Tél. : 778-773 0086

RÉGION DE L’OUEST
Joanne Goulet
joanne@unifor2002.org
Tél. : 403-461-2460

RÉGION DU CENTRE
Frances Galambosy – Présidente
frances@unifor2002.org
Tél. : 416-770-5128

RÉGION DE L’EST
Benoit Lapointe
benoit@unifor2002.org
Tél. : 514-575-7479

RÉGION DE L’ATLANTIQUE
Tammy Moore
tammy@unifor2002.org
Tél. : 506-333-1858

June 29, 2021 at 11:00 AM

Air Canada has secured new software that will streamline the recall process for members returning to work. Beginning today, the employer is rolling out new software which is similar to their existing Vacation Purchase Program (VPP) process. There is no change to the fundamentals of the recall process.

Once you receive your notice of potential recall, the employer will advise you by telephone to expect an email via your Air Canada email address. You must respond within 72 hours of receipt of the employer’s email message.

The automation removes the need to print, sign and scan back the forms. Simply make your selection(s) and the system will record it and auto generate your response to the appropriate department. Once completed, you will receive an acknowledgement that your transaction has been received. If you do not receive the “completed notice” or are having difficulties, please contact your Bargaining Representative immediately. Phone numbers and emails are listed below.

In Solidarity,

Your Air Canada Bargaining Committee

PACIFIC REGION
Steve Murphy
Steve@unifor2002.org
Tel: (778) 773 0086

WESTERN REGION
Joanne Goulet
Joanne@unifor2002.org
Tel: (403) 461-2460

CENTRAL REGION
Frances Galambosy – Chairperson
Frances@unifor2002.org
Tel: (416) 770-5128

EASTERN REGION
Benoit Lapointe
Benoit@unifor2002.org
Tel: (514) 575-7479

ATLANTIC REGION
Tammy Moore
Tammy@unifor2002.org
Tel: (506) 333-1858


Le changement climatique est un problème grave. agir maintenant Act now stop Climate change

Le comité de L’environnement de Unifor local 2002

Bonjour

Nous devons agir maintenant et j’ai besoin de votre aide. Veuillez envoyer un courriel, tweeter ou appeler les sénateurs et assurez-vous qu’ils gardent le projet de loi c12 sur la table jusqu’à ce que nous ayons une résolution. La prochaine génération dépend d’un climat sain non seulement au Canada mais dans le monde.

Hi All

I need your help. Pls email,tweet or Call the Senators and make sure that they keep Bill c12 on the table till it is passed. Our future depends on a Healthy Climate not only in Canada but for the world.

Merci  / Thank You

Ada Zampini

Vice-president Eastern Region

Liaison to the Environment committee

Thank you to all that were able to participate. Merci à tous ceux qui ont pu participer

Thank you for the efforts last week by emailing, tweeting and calling the Mps and Senators on the issue of Bill 12 the Canadian Net-Zero Emissions Accountability.   The Senate passed emissions-target bill before the summer break . With determination and perseverance, we can be the force of change.

Bill C 12 is not perfect, however,  the actions that we have taken , has ensured that Canada has Climate accountability law. In the future we will hold the government accountable to the promises that they have made.

Thanks Again for Your pressure, we were able to obtain critical amendments to the bill. The 2026 emission objective is stronger. There will be progress reports. Also an independent advisory panel and  recommendation by  climate scientist.

___

Nous l’avons fait . Le Sénat a adopté le projet de loi c 12 sur la responsabilité canadienne en matière d’émissions nettes zéro. Cela est dû à notre travail acharné. La semaine dernière, nous nous sommes assurés d’envoyer  des messages clairs au député et aux sénateurs. Nous avons submergé leurs e-mails, leur compte Twitter et leurs lignes téléphoniques.

Le projet de loi C 12 n’est pas parfait, mais les mesures que nous avons prises ont permis au Canada d’avoir une loi sur la responsabilité climatique. À l’avenir, nous tiendrons le gouvernement responsable des promesses qu’il a faites.

Merci encore pour votre travail acharné, nous avons pu obtenir des amendements importants au projet de loi. L’objectif d’émissions 2026 est renforcé. Dorénavant, il y aura des rapports d’étapes, des expertises indépendantes et des recommandations de climatologues.

Ada Zampini Liaison to the Environment Committee


Dites à votre député(e) de mettre en œuvre les 94 appels à l’action de la CVR

Tell your MP to implement 94 TRC calls to action

https://www.unifor.org/fr/passer-a-laction/compagnes/dites-a-votre-deputee-de-mettre-en-oeuvre-les-94-appels-a-laction-de-la


Changes at the Local Office Changements au bureau local
JUNE 18, 2021  
To all Unifor 2002 Members: Personnel changes  

In mid-April, Air Canada began the process to implement Early Retirement Incentive Packages (ERIP) in order to mitigate layoffs as stipulated in the Group Termination provisions of the Canadian Labour Code. Although this is an Air Canada initiative, the result has had an impact on several Unifor 2002 elected and appointed positions.
 
  LOCAL PRESIDENT There is a vacancy in the office of the President that will be filled in accordance with the bylaws by posting nominations for the position on July 5, 2021.
See our election page for details.   

ASSISTANT TO THE LOCAL PRESIDENT Ashley Watkins will be retiring on July 31, 2021. The position has been posted and is currently in the interview process.   

EMPLOYEE ASSISTANT PROGRAM (EAP) COORDINATOR Charlotte Pape (Vice President, Central Region) has been appointed to take over the EAP Coordinator position which was left vacant on June 1, 2021.   

MOBILIZATION COORDINATOR Sean Smith will be retiring on July 31, 2021. This position is appointed by the Unifor National President and Lucy Alessio has been selected to take over the position when Sean retires.   

AIR CANADA DISTRICT ELECTIONS More than 350 Unifor Local 2002 members were approved to retire via Early Retirement Incentive Packages. This has triggered vacancies in workplace representative positions that are currently in the process of being filled by the elections process.
See our election page for details.   

AIR CANADA WOMEN’S ADVOCATES Vacancies for Central, Eastern, and Atlantic Women’s Advocates for Air Canada will be posted shortly.   
For more information, please contact:
Don Ross – Interim President of Unifor Local 2002     



  LE 18 JUIN 2021  

À tous les membres de la section locale 2002 : Changements de personnel   À la mi-avril, Air Canada a entamé le processus de mise en œuvre des programmes d’incitation à la retraite anticipée (PIRA) afin d’atténuer les mises à pied, comme le stipulent les dispositions du Code canadien du travail en matière de licenciement collectif. Bien qu’il s’agisse d’une initiative d’Air Canada, le résultat a eu un impact sur plusieurs postes élus et nommés à la section locale 2002 d’Unifor.

   PRÉSIDENTE DE LA SECTION LOCALE Un poste est vacant au sein du bureau de la présidente de la section locale, lequel sera doté conformément aux règlements en affichant un appel de candidatures le 5 juillet 2021
Consultez notre page sur les élections pour les détails.   

ADJOINT À LA PRÉSIDENTE DE LA SECTION LOCALE Ashley Watkins qu’il prendra sa retraite le 31 juillet 2021. Le poste a été affiché et le processus d’entrevue est en cours.   

COORDONNATRICE DU PROGRAMME D’AIDE AUX EMPLOYÉ(E)S (PAE) Charlotte Pape (vice-présidente, région du Centre) a été nommée pour reprendre le poste de coordonnatrice du PAE qui a été laissé vacant le 1er juin 2021.   

COORDONNATEUR DE LA MOBILISATION Sean Smith prendra sa retraite le 31 juillet 2021. Ce poste provient du bureau du président national d’Unifor et Lucy Alessio a été élue pour prendre la relève lorsque Sean prendra sa retraite.   

ÉLECTIONS DE DISTRICT D’AIR CANADA Plus de 350 membres de la section locale 2002 d’Unifor ont été autorisés à prendre leur retraite par le biais de programmes d’incitation à la retraite anticipée. Cela a entraîné des vacances dans les postes de représentantes et représentants en milieu de travail qui sont actuellement en train d’être dotés par le processus d’élection.
Consultez notre page sur les élections pour les détails.   

INTERVENANTES AUPRÈS DES FEMMES D’AIR CANADA Les postes vacants pour les intervenantes auprès des femmes des régions du Centre, de l’Est et de l’Atlantique chez Air Canada.    Pour obtenir plus de renseignements, contactez :
Don Ross, président par intérim de la section locale 2002 d’Unifor     
 

AIR CANADA BARGAINING COMMITTEE UPDATE

LE POINT DU COMITÉ DE NÉGOCIATION – AIR CANADA

LE POINT DU COMITÉ DE NÉGOCIATION – AIR CANADA

juin 15, 2021 à 16:15

RAPPELS
Bonne nouvelle! Compte tenu du nombre élevé de membres qui prennent leur retraite et des perspectives positives concernant la reprise après la pandémie, la compagnie a délaissé les mises à pied pour rappeler les employés au travail.

En date du 25 mai 2021, un poste vacant a été déclaré pour 610 membres dans l’ensemble de la compagnie. Certains sites ont encore du chemin à parcourir pour rappeler les membres sur le lieu de travail. Le Centre de contact de Saint John (YSJ) est l’un de ces endroits qui est presque revenu aux niveaux d’avant la crise. La première série de rappels est terminée et la deuxième vague commencera la semaine du 14 juin 2021.
Comme le plan d’activités pour un retour à la normale continue d’évoluer, nous nous attendons à ce que d’autres déclarations de postes vacants soient annoncées et que d’autres membres soient rappelés au travail. Vous trouverez ci-dessous le processus de rappel. Si vous envisagez de modifier votre feuille de rappel, veillez à le faire le plus rapidement possible. Une fois que l’instantané a été pris, aucun changement ne sera accepté.

  • L’instantané du poste déclaré vacant est pris ce jour-là. Cela signifie que vous devez envoyer votre transfert/feuille de rappel actualisée avant ce jour. Le syndicat n’est pas averti de la vacance d’un poste.
  • Les mutations sont traitées. Les offres de rappel fermes sont envoyées. Les offres de rappel conditionnelles sont envoyées. Si vous recevez une offre conditionnelle, vous ne pouvez pas la refuser, sauf si vous avez une autre offre ferme. Vous ne pouvez pas « tenter votre chance » et espérer que quelque chose d’autre soit proposé. Si vous refusez une offre conditionnelle et qu’elle devient ferme, vous serez licencié.
  • Les rappels sont effectués par ordre d’ancienneté de la base. La compagnie décide de l’emplacement du rappel au sein de la base en fonction de ses besoins au moment du rappel. Pour accélérer le processus, la compagnie déterminera le jour de votre retour sur la liste de paie. Toutefois, il se peut que l’on vous attribue une date de formation plus tard dans la semaine. Ceci est fait pour s’assurer que l’ancienneté a été respectée.

TAUX DE RÉMUNÉRATION DES MEMBRES RAPPELÉS
De nombreux membres rappelés au travail ont indiqué qu’ils avaient vérifié leur taux de rémunération et qu’ils pensaient qu’il y avait une erreur. La première étape consiste à contacter l’équipe d’assistance aux employés (ECT) et à vérifier avec elle. Si vous pensez toujours qu’il y a une erreur, veuillez contacter votre président(e) de district. Veuillez noter que les membres qui ont été mis à pied le 6 juin 2020 et rappelés le 5 juin 2021 ont perdu une année de service. Cela signifie que votre avancement dans l’échelle salariale est retardé d’un an. L’augmentation annuelle de février est automatique. Votre progression dans l’échelle salariale suivra.

PLAN D’INCITATION À LA RETRAITE ANTICIPÉE
Comme prévu, nous avons eu une réponse très forte au plan d’incitation à la retraite anticipée. Les dates de départ ont été fixées par la compagnie. Lors de la dernière réunion du comité syndical-patronal, nous avons demandé à la compagnie si elle comptait offrir une deuxième ronde avec plus de dates de départ à l’automne. La compagnie nous a informés que, bien qu’elle soit très satisfaite du succès de l’offre qui vient de se terminer, elle ne proposera pas de deuxième série de dates de départ à l’automne.

PROCÉDURE DE SOUMISSION
La compagnie a proposé au comité de négociation d’automatiser le processus de soumission pour les horaires, à l’instar du processus électronique de soumission pour les vacances. Il ne s’agit pas d’un système de soumissions préférentielles. Le syndicat est ouvert à l’idée et nous avons formé un comité pour veiller à ce que nos intérêts soient protégés à mesure que le projet évolue.

LICENCIEMENT COLLECTIF – INDEMNITÉS APRÈS UN AN DE MISE À PIED
(Ce processus n’affecte pas vos droits de rappel, ils restent intacts).
La compagnie est en train de compléter le licenciement collectif des membres qui ont été mis à pied le 6 juin 2020 et qui n’ont pas été rappelés. Cela signifie que le Code canadien du travail définit le processus que la compagnie doit suivre.

Des informations générales peuvent être trouvées sur le lien du gouvernement du Canada ci-dessous:  
https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/services/normes-travail/rapports/cessation-emploi.html

À la fin de leur emploi, les employés touchés par un licenciement collectif devraient recevoir:

  • tous les salaires impayés, y compris la rémunération des heures supplémentaires, (banque de temps),
  • une indemnité de vacances,
  • une indemnité de licenciement, si un préavis écrit de deux semaines n’a pas été donné,
  • une indemnité de départ pour les employés ayant plus de 12 mois de service.

La compagnie a communiqué avec les personnes concernées par courriel et par Postes Canada. Le Code canadien du travail stipule que vous devez recevoir vos paiements 30 jours après la date de licenciement. Si vous croyez qu’il y a une erreur dans votre calcul, ou si vous n’avez pas reçu d’avis avant le 6 juillet 2021, veuillez communiquer immédiatement avec votre président(e) de district.

IMPRESSION DE LA CONVENTION COLLECTIVE
Cette situation a été frustrante pour tous. Nous travaillons activement avec la compagnie pour compléter les changements de la convention collective et les publier pour distribution. Malheureusement, la pandémie a entraîné des retards de publication et nous travaillons activement à rectifier la situation. Veuillez noter; toutes les dispositions et modalités du nouvel accord sont en vigueur.

En toute solidarité,
Votre comité de négociation – Air Canada
Frances Galambosy, région du Centre, présidente
Tammy Moore, région de l’Atlantique
Benoit Lapointe, région de l’Est
Joanne Goulet, région de l’Ouest
Steve Murphy, région du Pacifique
Leslie Dias, directrice du secteur des lignes aériennes d’Unifor

AIR CANADA BARGAINING COMMITTEE UPDATE

June 15, 2021 at 4:15 PM

RECALLS:
Great news! With the high number of members retiring and with the positive outlook on the pandemic recovery, the company has been shifting from layoffs to recalling employees back to the workplace.
As of May 25, 2021, a vacancy was declared for 610 members system-wide. Some locations still have a ways to go in bringing members back to the workplace.  One location that has nearly returned to pre-covid levels is our (YSJ) Saint John- Contact Centre. The first round of recalls has been completed and the second wave commences the week of June 14, 2021.

As the business plan for a return to normal operations keeps evolving, we are expecting that there will be more declarations of vacancies announced and more members will be recalled to the workplace.  Below is the Recall Process. If you are thinking of changing your recall sheet, please ensure you do it as quickly as possible. Once the snapshot has been taken no changes will be accepted.

  • Vacancy declared snapshot taken that day. This means that you must have your transfer/updated recall sheet in by that day. The union gets no warning that the vacancy will be declared.
  • Transfers are processed. Firm recall offers are sent out. Conditional recall offers are sent out. If you receive a conditional offer, you cannot decline it unless you have another firm offer. You cannot “take a chance” and hope something else arrives. If you decline a conditional offer and it becomes firm you will be terminated.
  • Recalls are done in seniority order by the base. The company decides on the location of the recall within the base according to its needs at the time of the recall. To speed up the process the company will identify the day you will return to payroll. However, you may be assigned a training date later in the week. This is done to ensure that seniority has been respected.

RETURNING MEMBERS RATES OF PAY:
Many returning members have advised that they have checked their rate of pay and believe there is an error. The first step is to contact the Employee Care Team (ECT) and verify with them. If you still believe it is wrong, please contact your District Chairperson. Please be advised for members who were laid off June 6th, 2020, and recalled June 5th, 2021 you have lost one year of service. This means your advancement through the pay scale is delayed by one year. The February annual raise is automatic. Your progression through the scale will follow.

EARLY RETIREMENT INCENTIVE PLAN (ERIP):
As expected, we had a very strong response to the ERIP.  The exit dates were set by the company. At the last UMHQ, (Union Management Headquarters Meeting), we asked the company if they would be offering round two with more exit dates in the fall. The company advised us although they were very pleased with the success of the just-completed offer, they will not be offering a second-round of exit dates in the fall.

EBID PROCESS:
The company has approached the bargaining committee about automating the schedule bidding process similar to the vacation e-bid. This is not a preferential bidding system. The union is open to the idea and we have formed a committee to ensure our interests are protected as the project evolves.

GROUP TERMINATION – SEVERANCE AFTER ONE YEAR OF LAYOFF:
(This process does not affect your recall rights, they remain intact)
The company is in the process of completing the Group Termination for members who were laid off on June 6, 2020, and have not been recalled. What this means is that the Canada Labour Code defines the process a company must follow.

General information can be found on the Government of Canada link below:  
https://www.canada.ca/en/employment-social-development/services/labour-standards/reports/termination.html

At the end of their employment, employees affected by a group termination of employment should receive:

  • all outstanding wage including overtime pay, (time bank),
  • vacation pay;
  • termination pay, if two weeks written notice was not provided;
  • severance pay for employees with more than 12 months of service

The company has been contacting individuals who are affected by email and by Canada Post. The Canada Labour Code states that you must receive your payments 30 days from the date of termination. If you believe there is an error in your calculation, or you have not received notification by July 6th, 2021, please contact your District Chairperson immediately.

PRINTING OF THE COLLECTIVE AGREEMENT BOOKLETS:
This has been frustrating for all. We are actively working with the company to complete the Collective Agreement changes and publish them for distribution. Unfortunately, the pandemic has caused publishing delays and we are actively working to rectify the situation. Please note; all provisions and terms of the new agreement are in effect.  

In Solidarity,
Your Air Canada Bargaining Committee
Frances Galambosy, Central Region, Chairperson
Tammy Moore, Atlantic Region
Benoit Lapointe, Eastern Region
Joanne Goulet, Western Region
Steve Murphy, Pacific Region
Leslie Dias,Unifor Director – Airlines Sector


INSTAURER UN RÉGIME D’ASSURANCE-EMPLOI INCLUSIF, ÉQUITABLE ET RÉSILIENT POUR LES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS AU CANADA
Securing an inclusive, equitable and resilient Employment Insurance Program for workers in Canada

le processus de rappel………………………………….Recall process

Bonjour tout le monde,

Nous avons reçu plusieurs questions concernant le processus de rappel. J’aimerais donc apporter quelques clarifications :

Les rappels des membres en mise à pied se font par ancienneté par base (ville) selon les choix indiqués par le ou la membre tel que stipulé à l’article 10.12.01. Il est donc important de comprendre que c’est la compagnie qui décide dans quel lieu de travail spécifique de cette base se fera le rappel. L’ancienneté ne détermine pas le lieu de travail. Cela dépend des besoins de la compagnie au moment du rappel. L’ancienneté détermine seulement qui sera rappelé en premier et dans quelle base (ville).

De plus, lorsque les membres sont rappelés suite à une mise à pied, toutes leurs demandes de mutation deviennent invalides. Car l’article 12.01.02.03 s’applique et spécifie que l’employé ou l’employée doit demeurer un minimum de 12 mois dans le lieu de travail avant de pouvoir faire une demande de mutation.

En espérant que cela clarifie la situation,

Benoit

Hello everyone,

We have received many questions concerning the recall process. I would like to clarify a few points:

Recalls from lay off are done by seniority, by base (city) according to members choices as stipulated at art 10.12.01. It is important to understand that the company decides in which location within that base the employee will be recalled. Seniority does not determine the location. It depends on the company’s needs at the time of the recall. Seniority determines the order of the recall and the base (city) only.

Moreover, when members get recalled from layoff, all their transfer requests become null and void because of the application of article 12.01.02.03. This article stipulates that an employee must remain in the location for a minimum period of 12 months before applying to any other location.

Hoping that clarifies the situation.

Benoit


Nouveau jour férié chômé : la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation
Introducing new statutory holiday – National Day for Truth and Reconciliation

Nouveau jour férié chômé : la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

Introducing new statutory holiday – National Day for Truth and Reconciliation

Les employeurs sous réglementation fédérale, comme Air Canada, ajouteront un nouveau jour férié chômé à leur année civile, il y en aura donc 10 plutôt que 9 pour les employés en poste au Canada, conformément à l’annonce faite par le premier ministre Justin Trudeau le 3 juin. 

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation a été créée pour commémorer les 150 000 enfants autochtones arrachés à leur famille et forcés de fréquenter les pensionnats administrés par l’Église, où bon nombre d’entre eux ont été victimes de violence physique et sexuelle, de malnutrition et de négligence. Elle vise aussi à rendre hommage aux survivants, à leurs familles et à leurs collectivités. Le projet de loi a reçu la sanction royale la semaine dernière, après que le Parlement eut été appelé à en accélérer l’adoption.

Le jour férié chômé sera observé le 30 septembre. Cette date a été choisie en raison de ses liens avec la Journée du chandail orange, qui a aussi lieu le 30 septembre. La Journée du chandail orange souligne la période de l’année où des enfants autochtones ont été retirés de leur foyer et emmenés dans des pensionnats. Elle se fonde sur l’histoire de Phyllis (Jack) Webstad, une ancienne élève de pensionnat qui s’est fait enlever sa chemise orange lorsqu’elle avait six ans, à sa première journée.

Une politique révisée relative aux jours fériés chômés se trouve dans le portail Connex RH : Politiques et formulaires > Formulaires et documents de référence > Politiques et programmes RH > Politique des Ressources humaines – Jours fériés – Canada.

Federally regulated employers, such as Air Canada, will be adding a new statutory holiday to their calendar year, increasing the number to 10 holidays from 9 for Canada-based employees, following Prime Minister Justin Trudeau’s announcement on June 3. 

National Day for Truth and Reconciliation was created to commemorate the 150,000 Indigenous children who were ripped from their families and forced to attend church-run residential schools, where many suffered physical and sexual abuse, and malnutrition and neglect, and to honour the survivors and their families and communities. The bill was given royal assent last week after Parliament was called to fast-track the bill.

The holiday will be observed on Sept. 30. This date was selected because of its link to Orange Shirt Day, which is held on Sept. 30 as well. Orange Shirt Day marks the time of year when Indigenous children were removed from their homes and taken to residential schools. It is based on the story of Phyllis (Jack) Webstad, a former residential school student who had her orange shirt taken away from her when she was six years old on her first day at a residential school.

A revised 2021 Statutory Holiday policy is available on the HR Connex portal under Policies & Forms > Forms and Reference Documents > HR Policies & Programs > HR Policies – Statutory Holiday – Canada.





Le moment est venu de dire au revoir à certains de nos collègues. Le syndicale vous souhaite un merveilleux nouveau départ. BONNE RETRAITE et MERCI POUR LES BEAUX SOUVENIRS.

What a ride! It is time to say GOODBYE to some of our collogues. The Unifor Team would like to wish you a fantastic new life. HAPPY RETIREMNT


Le secteur de l’aviation reçoit un coup de pouce, mais ce n’est pas suffisant pour qu’il prenne son envol
Aviation sector gets boost, but needs more to really soar

Le secteur canadien du transport aérien a enfin reçu une aide financière de la part du gouvernement au cours des derniers mois, mais il devra bénéficier d’une attention accrue avant de pouvoir se rétablir de la crise de la COVID-19.

« Le secteur du transport aérien a été durement touché, a commenté Jerry Dias, président national d’Unifor. Nous avons plus que jamais besoin d’une feuille de route vers la relance qui inclut un plan exhaustif pour la réouverture des frontières du Canada et un plan garantissant des emplois de qualité et la durabilité sociale pour les travailleuses et travailleurs de ce secteur. »

Depuis des mois, Unifor demande au gouvernement de mettre en œuvre un plan national de relance pour le secteur du transport aérien qui comporte une aide financière et un plan pour ouvrir les frontières, en plus de mettre l’accent sur les moyens de mettre fin aux emplois précaires et de favoriser le bien commun après la pandémie.

Au cours des mois précédant le budget, le gouvernement a enfin répondu en accordant des prêts totalisant 6,95 milliards de dollars aux transporteurs aériens du Canada par le biais de son programme Crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE). Ce programme procure une aide à court terme sous forme de prêts à terme portant intérêt aux grands employeurs canadiens touchés par la pandémie de COVID-19. Les employeurs industriels ont également reçu du soutien par le biais de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC).

Dans le cadre de cet investissement de 6,95 milliards de dollars, le gouvernement fédéral a conclu en mars une entente d’aide financière avec Air Canada, qui devait fournir au transporteur aérien 5,9 milliards de dollars, à condition qu’Air Canada accepte de rembourser les clients dont les vols ont été annulés en raison de la pandémie. Air Canada a également convenu de rétablir les vols dans 17 aéroports régionaux. Le gouvernement a accordé 700 millions de dollars à Air Transat, 375 millions de dollars à Sunwing et un montant confidentiel à Flair Airlines.

Parmi les autres investissements modestes mentionnons un engagement à garder ouvertes les tours de contrôle de la circulation aérienne. Le gouvernement a aussi accordé des fonds pour maintenir les services aériens essentiels dans les communautés nordiques. Le CUGE comportait certaines conditions importantes demandées haut et fort par Unifor depuis un an, notamment une exemption au rachat d’actions, des restrictions sur les dividendes et la rémunération des cadres supérieurs, ainsi qu’un engagement à respecter les conventions collectives.

Le budget fédéral présenté le mois dernier a provisoirement répondu à une demande de longue date visant à mettre fin aux transferts de contrats, mais il n’oblige pas les nouveaux sous-traitants à embaucher le personnel employé par le sous-traitant précédent et ne vise pas non plus tous les travailleurs et travailleuses des aéroports.

Avant la pandémie, quelque 16 500 membres travaillaient dans le secteur du transport aérien d’Unifor notamment comme pilotes, contrôleur(se)s de la circulation aérienne, représentant(e)s du service à la clientèle, ingénieur(e)s, agent(e)s de bord et mécanicien(ne)s d’aéronefs.

Les membres d’Unifor travaillent chez certains des plus grands employeurs de ce secteur, comme Air Canada, NAV Canada, Sunwing, l’Autorité aéroportuaire du Grand Toronto, Jazz Air et Swissport.

Le secteur du transport aérien se retrouve dans une situation précaire en raison de la pandémie de COVID-19.

Les grands transporteurs aériens canadiens ont transporté moins de 800 000 personnes en janvier, ce qui représente une baisse de 90 % du nombre de passagers par rapport à la même période en 2020. En janvier de cette année, 45 % des membres d’Unifor qui travaillent dans le secteur du transport aérien ont été mis à pied, mis en congé forcé ou congédiés.

Unifor a déclaré que NAV Canada doit s’engager à mettre fin aux mises à pied et à former un plus grand nombre de contrôleur(se)s et de spécialistes de la circulation aérienne. Le gouvernement doit améliorer les règles pour mettre fin aux transferts de contrats dans les aéroports. Les travailleuses et travailleurs doivent bénéficier de normes d’emploi plus strictes et de prestations pour soins de santé et avoir accès à des régimes de retraite. Les aéroports ont besoin d’un plan et de fonds pour rappeler les travailleuses et travailleurs mis à pied. Il est beaucoup plus complexe de rappeler au travail les travailleuses et travailleurs des aéroports puisque le maintien des compétences et les laborieuses attestations de sécurité du personnel ne permettent pas un retour rapide.

« Jusqu’à présent, certaines de nos demandes ont été satisfaites, notamment l’investissement de 7 milliards de dollars pour les transporteurs aériens, mais ce n’est vraiment pas suffisant pour pallier l’effondrement du secteur », a expliqué Jerry Dias.

En comparaison, le gouvernement des États-Unis a investi plus de 50 milliards de dollars pour soutenir son industrie aérienne, et les pays membres de l’Union européenne avaient investi 31,5 milliards de dollars en date d’octobre 2020.

L’administration Biden a fait plusieurs déclarations sur l’importance des voyages et des transports pour une économie nationale et la nécessité de faire des dépenses d’infrastructure une priorité. Il s’est engagé à rénover les aéroports dans le cadre de son plan d’emploi américain et à créer des emplois syndiqués de qualité. Au Canada, les aéroports ne se sont vu accorder que la possibilité de reporter leurs paiements de loyer jusqu’en 2024, moment où ils devront commencer à rembourser le loyer dû pour les quatre années précédentes.

Le syndicat a indiqué savoir que les sociétés essaieront d’utiliser la crise de la COVID-19 comme prétexte pour déréglementer davantage le secteur et revenir aux relations d’emploi établies sur la base de la négociation à la baisse. Les membres du secteur de l’aviation d’Unifor sont déjà passés par là, et le syndicat a déclaré qu’il ne laisserait pas la situation se reproduire sans rien faire pour l’empêcher.

« Il est impossible de rebâtir en mieux notre pays si le secteur du transport aérien n’est pas dynamique, a déclaré Jerry Dias. Autrement, le pays est dans le pétrin. »

Pour de plus amples renseignements, visitez unifor.org/aviation.

Canada’s airline industry has finally seen some government support over the past few months, but will still need much more attention to get it ready to soar after COVID-19.

“The airline industry has been hit hard enough,” said Jerry Dias, Unifor National President. “We need a road map to recovery now more than ever, complete with a comprehensive plan for re-opening Canada’s borders, and a plan to ensure good jobs and social sustainability for the industry’s workers.”

Unifor has been calling on government to implement a National Recovery Plan for the air transportation industry for months, including financial support, a plan to open borders and a focus on ending precarious work and promoting the public good going forward.

The government finally responded in the months leading up to the budget with $6.95 billion in loans to Canada’s airlines through its Large Employer Emergency Financing Facility (LEEFF) program. The program provides short-term assistance in the form of interest-bearing term loans to large Canadian employers who have been affected by the COVID-19 outbreak. Industry employers have also received support through the Canada Emergency Wage Subsidy (CEWS).

As part of that $6.95 billion investment, federal government reached a financial support agreement with Air Canada in March that it would provide the airline with $5.9 billion provided Air Canada agree to refund customers who had their flights cancelled because of the pandemic. They also agreed to restore flights to 17 regional airports.  The government provided $700 million to Air Transat, $375 million to Sunwing, and an undisclosed amount to Flair Airlines.

Other small investments include a commitment to keep air traffic control towers open. They have also provided funding to maintain essential air services northern communities. The LEEFF program included some important conditions which Unifor has been vocally calling for all year including no share buy backs, restrictions on dividends and executive compensation and commitment to respect collective agreements.

The federal budget last month tentatively addressed a long-standing ask to end contract-flipping, but it doesn’t require employees working for the previous contractor to be hired by the new contractor, nor does it include all airport workers.

Prior to the pandemic, Unifor had approximately 16,500 members working in the air transportation sector, including pilots, air traffic controllers, customer service reps, engineers, flight attendants, aircraft mechanics among others.

Unifor members work at some of the industry’s largest employers, such as Air Canada, Nav Canada, Sunwing Airlines, the Greater Toronto Airports Authority, Jazz Air and Swissport.

COVID-19 has put the airline industry in a tailspin.

Large Canadian airlines carried less than 800,000 people in January – a 90% drop in passengers compared to the same time in 2020. In January this year 45% of Unifor’s members in the airline sector were either laid-off, furloughed or had their employment severed.

Unifor said NAV Canada needs to commit to end the layoffs and train more controllers and air traffic specialists. The government needs to improve regulations to end contract flipping at airports.  Workers need stronger employment standards, health care benefits and access to pension plans.  Airports need a plan and funding to bring back workers from layoff. It is far more complex to bring airport workers back on the job as skills maintenance and lengthy security clearances do not permit a swift return.  

Jerry Dias speaking into a mic for a rally.“So far, some of our demands have been met – including the $7 billion investment in airlines, but it is not nearly enough to meet the devastation in the industry,” said Dias.

In comparison, the U.S. government has provided more than $50 billion in support to help its airline industry and EU Member Nations have provided $31.5 billion, as of October 2020. 

The Biden administration has made several statements about the importance of travel and transportation to the national economy, and the need to make infrastructure spending a priority.  He has pledged to renew airports as part of their American Jobs Plan creating good union jobs.  In Canada, airports have only been provided the ability to defer rent payments until 2024 when they will have to begin repaying the rent owed from the previous four years.

The union said it’s aware that corporations will try to use this as an opportunity to further deregulate the industry and reset employment relationships through concessionary bargaining. Its members in aviation have been down this road before and Unifor said they will not stand idly by and let it happen again. 

“You can’t have a build back better nation without a strong airline industry,” said Dias. “If you don’t have that, you’re in deep trouble.”

For more info please visit, unifor.org/aviation.


June is Indigenous History Month

Background

The month of June is National Indigenous History Month! This is a month typically filled with events that all Canadians are invited to celebrate. It is a time to honour and appreciate the history, heritage and diversity of First Nations, Inuit and Metis peoples in Canada. Members are invited to share and learn throughout June with these online opportunities while acknowledging that action on Truth and Reconciliation is needed every day of the year:

Boat launch in Drag the Red campaign

Unifor is a key supporter and sponsor of the Winnipeg community-driven campaign to drag the Red River in Manitoba for the bodies of missing women.

When the community organizers were in need of a new vessel to continue their work, Unifor made a generous donation from Unifor’s Canadian Community Fund to supply a new purpose-built aluminum boat.

With the launch* of the new boat, volunteers can proceed with the sixth season on the waters of the Red River in hopes of finding closure for devastated families. Unifor vows to continue to work with the co-founder of the Coalition of Families of Missing and Murdered Women in Manitoba and the Drag the Red Initiative, NDP MLA Bernadette Smith.

*pandemic restrictions pending

National Indigenous Peoples’ Day

Unifor is proud to celebrate First Nations, Inuit and Metis peoples’ diverse and enduring culture, history and achievements. Members are encouraged to take action this day by calling on the federal government to implement the recommendations of the Truth and Reconciliation Commission.

Turtle Island Webinar Series

Gina Smoke, Unifor Indigenous Liaison will moderate this June webinar series with Indigenous leaders and scholars. Join the discussion and learn how you can engage in ReconciliACTION!

For more information and registration: https://onlineeducation.unifor.org/honouring_treaty_rights

  1. June 1 Honouring Treaty Rights – A conversation with Niigaan Sinclair, Columnist for the Winnipeg Free Press, Professor at University of Manitoba Aboriginal Languages Strategy.
  2. June 8 MMIWG2S – A conversation with Manitoba NDP MLAs Nahanni Fontaine and Bernadette Smith, the co-founders of the Coalition of Families of Missing and Murdered Women in Manitoba.
  3. June 15 Indigenous Rights and Title – A conversation with Pam Palmater, Mi’kmaq lawyer, Professor at Ryerson University and Activist.
  4. June 22 Exploring the Importance of the United Nations Declaration of the Rights of Indigenous Peoples (UNDRIP) – A conversation with Brenda L. Gunn, Indigenous Scholar and Professor at the University of Manitoba Faculty of Law.
Juin est le Mois national de l’histoire autochtone

Contexte

Juin est le Mois national de l’histoire autochtone! C’est un mois généralement rempli d’événements que tous les Canadiens sont invités à célébrer. C’est l’occasion d’honorer et d’apprécier l’histoire, le patrimoine et la diversité des Premières Nations, des Inuits et des Métis du Canada. Les membres sont invités à partager et à apprendre tout au long du mois de juin grâce aux occasions offertes en ligne, tout en reconnaissant que les actions en matière de vérité et de réconciliation sont nécessaires chaque jour de l’année.

Mise à l’eau d’un bateau dans le cadre de la campagne « Drag the Red »

Unifor est l’un des principaux partisans et commanditaires de la campagne menée par la communauté de Winnipeg pour fouiller la rivière Rouge au Manitoba pour retrouver les corps de femmes disparues.

Lorsque les organisateurs communautaires ont eu besoin d’un nouveau bateau pour poursuivre leur travail, le syndicat a fait un généreux don grâce au Fonds communautaire canadien d’Unifor en offrant un nouveau bateau en aluminium spécialement conçu à cette fin.

Grâce à la mise à l’eau* du nouveau bateau, les bénévoles peuvent passer une sixième saison sur les eaux de la rivière Rouge dans l’espoir d’aider les familles dévastées à faire leur deuil. Unifor s’engage à continuer de travailler avec la cofondatrice de la Coalition des familles des femmes disparues et assassinées au Manitoba et de l’initiative « Drag the Red », la députée néo-démocrate Bernadette Smith.

*Selon les restrictions pandémiques en vigueur

Journée nationale des peuples autochtones

Unifor est fier de célébrer la culture, l’histoire et les réalisations diverses et durables des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Les membres sont encouragés à agir concrètement lors de cette journée en demandant au gouvernement fédéral de mettre en œuvre les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

Série de webinaires sur l’île de la Tortue

Gina Smoke, agente de liaison avec les Autochtones d’Unifor, animera cette série de webinaires présentée en juin en collaboration avec des dirigeants et des universitaires autochtones. Participez à la discussion et apprenez comment vous pouvez vous engager dans la RéconciliACTION!

Pour de plus amples renseignements et vous inscrire : https://onlineeducation.unifor.org/honouring_treaty_rights.

  1. 1er juin, Honorer les droits issus de traités – Conversation avec Niigaan Sinclair, chroniqueur au Winnipeg Free Press, professeur en stratégie des langues autochtones à l’Université du Manitoba.
  2. 8 juin, Femmes, filles et personnes bispirituelles autochtones disparues et assassinées – Conversation avec Nahanni Fontaine et Bernadette Smith, députées provinciales du NPD au Manitoba, cofondatrices de la Coalition des familles des femmes disparues et assassinées au Manitoba
  3. 15 juin, Droits et titres autochtones – Conversation avec Pam Palmater, avocate micmaque, professeure à l’Université Ryerson et militante
  4. 22 juin, Explorer l’importance de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones – Conversation avec Brenda L. Gunn, universitaire et professeure autochtone à la Faculté de droit de l’Université du Manitoba

Bid 27 28 Mai 2021

Le Nouvel Horaire de travail / New Work Schedule

Bonjour

La présente vise à vous rappeler que le nouvel horaire de travail entrera en vigueur dimanche le 13 juin2021.  Veuillez noter que la durée de l’horaire sera du 13 juin, 2021 – 29 août, 2021 (avec possibilité de changement). 

La sélection de poste aura lieu jeudi le 27 mai/vendredi le 28 mai, 2021

Le but principal de ce courriel est pour vous partager l’horaire et pour vous aviser que vous pouvez maintenant l’accéder sur notre SharePoint YMQBID.  L’horaire sera continuellement mis à jour la journée du bid.  Ceci vous permettra de voir les lignes disponibles lors de votre rendez-vous.  Afin de respecter la distanciation sociale, le choix d’horaire se fera strictement par téléphone. Veuillez appeler le 514-422-7260 lors de votre rendez-vous, soit de votre domicile ou soit de votre poste de travail (nous ne vous téléphonerons pas).

Si vous êtes dans l’impossibilité de téléphoner durant la période de sélection qui vous a été attribuée, vous pouvez envoyer un courriel à Res.operations-yul@aircanada.ca et à ymq.d400@gmail.com avec vos sélections préférées au plus tard le 26 mai à 23:59.

Veuillez vérifier que vous avez accès au SharePoint en cliquant sur le lien suivant et ce, le plus tôt possible et non la journée du bid :

https://aircanada.sharepoint.com/sites/ysjcc/ymqbid

Ensuite, assurer vous de cliquer sur « follow » pour pouvoir facilement rejoindre le site par la suite. Si vous éprouver des difficultés, veuillez aviser un Chef d’équipe (team manager).

Pour les agents participant au programme Reduction de la Semaine de Travail, vous remarquerez que les jours supprimés des horaires de rotation ont déjà été identifiés par couleur. Pour les agents qui choisissent un horaire fixe, un lien vous sera envoyé à la fin de la journée vous invitant à soumettre votre jour de congé préféré.  Une fois que nous aurons reçu toutes les sélections, les jours seront accordés par ancienneté.

Vous avez deux minutes pour faire votre choix.  Une fois que c’est fait, vous ne pouvez pas modifier votre sélection (il faudra soumettre une demande pour être placé sur une liste d’attente).

Si vous manquez votre rendez-vous, votre sélection sera placée au bas de la liste et traitée par le comité responsable des cycles, une fois que toutes les demandes présentées en bonne et due forme seront terminées. Si vous téléphonez avant la fin du bid, il sera possible de faire votre choix à partir des postes disponibles à ce moment.

Veuillez noter que les heures de rendez-vous sont à suivre et seront disponible dans le SharePoint une fois prêt.

Merci

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Hello

This is a reminder that the new work schedule will come into effect Sunday, June 13, 2021. Please note that the schedule will run from June 13, 2021 – August 29, 2021 (with possible changes).

Line Selections will take place Thursday May 27th/Friday May 28th.

The main purpose of this email is to share the schedule and to let you know that you can now access it on our YMQBID SharePoint. The schedule will be continuously updated on bid day. This will allow you to see the available lines at your appointment time.  In order to respect physical distancing, the bid will strictly be done by phone. Please call 514-422-7260 at your scheduled appointment time, either from home or from your workstation (we will not call you).

If you are unable to make your time slot, your alternative would be to send an e-mail to Res.operations-yul@aircanada.ca and ymq.d400@gmail.com with your preferred choices no later than May 26th at 23:59.

Please verify that you have access to the SharePoint by clicking on the following link as soon as possible and not on bid day:

https://aircanada.sharepoint.com/sites/ysjcc/ymqbid

Then make sure you click “follow” so you can easily reach the site afterwards. If you are having difficulties, please notify a team manager.

For agents participating in the Reduced Work Week program, you will note that the days to be removed from the rotational schedules have already been identified by color coding. For the agents who bid a fixed schedule, a link will be sent to you at end of day inviting you to submit your preferred day off.  Once we have received all the selections, the days will be granted by seniority.

You will be allowed 2 minutes to make your selection.  Once a decision has been made, you cannot alter it.  You can request to be waitlisted for an open line should you so wish.

If you miss your time slot, your selection will drop to the bottom of the list and be done by the Cycling Committee, once all legal selections have been completed.  If the agent calls before the end of the bid, the agent will be allowed to select at that time from the remaining choices.

Please note that appointment times are to follow and will be available in the SharePoint once ready.

Thank You

Doreen Abdo
Resource Deployment ManagerChef du Déploiement des Ressources

T 514 670-0598

Doreen.Abdo@aircanada.ca


Email

Adresse e-mail pour le comité de santé et la sécurité au bureau de réservation. Email address the the health and safety team in Reservation .

D400health&safety@unifor2002.org


Air Canada / Aeroplan: Early Retirement Incentive Plan numbers
Air Canada / Aéroplan : Régime d’encouragement à la retraite anticipée

Air Canada / Aeroplan: Early Retirement Incentive Plan numbers

May 21, 2021 at 5:00 PM

Unifor has been provided the number of Early Retirement Incentive Plan (ERIP) applications from Air Canada. All applications have been approved. Your Unifor bargaining committees are sharing the numbers with you. Please see below:
  

AIR CANADA CSSA GROUP

  • Vancouver Airport – 46
  • Calgary Airport – 18
  • Calgary Customer Relations – 2
  • Edmonton Airport – 3
  • Winnipeg Airport – 16
  • Toronto Airport – 108
  • Toronto Contact Centre – 20
  •  Toronto Customer Journey Management – 7
  • Ottawa Airport – 14
  • Montreal Airport – 61
  • Montreal Customer Relations – 1
  • Montreal Contact Centre – 12
  • Saint John Res – 3
  • Halifax Airport – 8
  • St. John’s Airport – 4

      Total: 323

AIR CANADA IN-FLIGHT CREW SCHEDULING

  • Montreal – 10

      Total: 10

AEROPLAN

  • Vancouver – 16
  • Montreal – 19

      Total: 35

Your Unifor Bargaining Committees,
Air Canada
Aeroplan

Air Canada / Aéroplan : Régime d’encouragement à la retraite anticipée

mai 21, 2021 à 17:00

Unifor connaît maintenant le nombre de demandes de participation au Régime d’encouragement à la retraite anticipée d’Air Canada. Toutes les demandes ont été approuvées. Votre comité de négociation partage ces chiffres avec vous ci-dessous.:
  

AIR CANADA : VENTES ET SERVICE CLIENTÈLE

  • Vancouver Aéroport – 46
  • Calgary Aéroport – 18
  • Calgary Relations clientèle – 2
  • Edmonton Aéroport – 3
  • Winnipeg Aéroport – 16
  • Toronto Aéroport – 108
  • Toronto Réservations – 20
  • Toronto – Gestion de l’itinéraire clients – 7
  • Ottawa Aéroport – 14
  • Montréal Aéroport – 61
  • Montréal Relations clientèle – 1
  • Montréal Réservations – 12
  • Saint John Réservations – 3
  • Halifax Aéroport – 8
  • St. John’s Aéroport – 4

      Le total: 323

AIR CANADA : AFFECTATION DES ÉQUIPAGES EN VOL

  • Montréal – 10

      Le total: 10

AÉROPLAN

  • Vancouver – 16
  • Montréal – 19

      Le total: 35

Représentant(e)s du comité de négociation d’Unifor
Air Canada
Aéroplan


Unifor a ajouté de nombreux nouveaux webinaires que vous pourriez trouver intéressants. Jetez un œil sur le site et inscrivez-vous. Unifor has added new webinars. sign up for any class

La section santé et sécurité de notre site Web a été mise à jour avec le processus de dépôt d’une plainte en matière de santé et de sécurité.

The health and safety section of the site has been update with the process to follow to file a complaint.



Unifor souligne la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie de 2021 en exprimant sa solidarité avec les personnes de toutes les minorités sexuelles et de genre.
Journée internationale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie

Le 17 mai 2021

Unifor souligne la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie de 2021 en exprimant sa solidarité avec les personnes de toutes les minorités sexuelles et de genre.

Unifor reste déterminé à poursuivre la lutte contre l’homophobie et la transphobie par le changement social et la lutte pour les droits de la personne pour tous.

Alors que nous refaisons surface après la pandémie et commençons à bâtir un monde meilleur, nous devons nous débarrasser des inégalités et de l’oppression qui conduisent à la discrimination.

Unifor demande à tous les paliers gouvernementaux de reconnaître les travailleuses et travailleurs LGBTQ dans les efforts de relance et au gouvernement fédéral d’adopter enfin une loi interdisant la soi-disant « thérapie de conversion ».

La thérapie de conversion est une pratique dangereuse et infondée qui implique souvent des abus sur des mineurs et entraîne des traumatismes à vie. L’hypothèse de base selon laquelle l’orientation sexuelle, l’identité ou l’expression de genre d’une personne est quelque chose à modifier ou à corriger, menace la dignité et le bien-être des travailleuses et travailleurs LGBTQ. Cela va à l’encontre de la position du syndicat qui soutient les droits de tous les travailleurs et travailleuses.

Unifor s’oppose à la thérapie de conversion sous toutes ses formes et soutient les efforts visant à mettre un terme à cette pratique par des interdictions municipales, provinciales et fédérales.

La Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie et la Journée de la fierté auront un visage différent cette année. De nombreuses sections locales organisent des événements en ligne pour unir la communauté après une année d’isolement.

Écrivez un courriel à pride@unifor.org pour partager des informations sur les événements des sections locales afin qu’ils soient ajoutés au calendrier de la Fierté 2021.

Cette année, pour la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, Unifor encourage les sections locales, les comités et les membres à rédiger des messages numériques originaux, à créer des mèmes et des vidéos pour contrer l’homophobie et la transphobie et pour partager des histoires positives de membres queer et trans.

Diffusez ces histoires en ligne pour les partager avec vos membres, et utilisez le mot-clic #UniforFierté.

Téléchargez le contenu partageable.

Téléchargez l’affiche.

Lisez cette déclaration en-ligne
 

Unifor marks the 2021 International Day Against Homophobia, Transphobia, and Biphobia (IDAHOT) with solidarity for people of all sexual and gender minorities.
International Day Agains Homophobia, Transphobia and Biphobia

 May 17, 2021

Unifor marks the 2021 International Day Against Homophobia, Transphobia, and Biphobia (IDAHOT) with solidarity for people of all sexual and gender minorities.

Unifor remains resolved to continue the fight against homophobia and transphobia through social change and the fight for human rights for all.

As we resurface from the pandemic and begin to build a better world, we must do away with the inequalities and oppression that lead to discrimination.

Unifor calls upon governments of all levels to recognise LGBTQ workers in recovery efforts and for the federal government to finally pass legislation to adopt a ban on so-called ‘conversion therapy’.

Conversation therapy is a dangerous, unfounded practice that often involves minors’ abuse and leads to lifetime trauma. The basic assumption that a person’s sexual orientation, gender identity or expression is something to be altered or corrected, threatens LGBTQ workers’ dignity and well being. This runs against the union’s position on supporting the rights of all workers.

Unifor is opposed to conversion therapy in all forms and supports efforts to put a stop to the practice through municipal, provincial, and federal bans.

The International Day Against Homophobia, Transphobia, and Biphobia and Pride will look different this year. Many local unions are organizing online events to unite community after an isolating year.

Email pride@unifor.org with information about Local Union events, to have your events added to a Pride 2021 Calendar.

This year for IDAHOT, Unifor encourages local unions, committees and members to create original digital posts, memes, and videos to counter homophobia and transphobia and to share positive stories from queer and trans members.

Post these stories online to share with your members, and use the hashtag #UniforPride.

Download the shareable.

Download the poster.

Read this statement online